Loredan, suite et fin de la trilogie

Les vacances m’ont également permis de terminer la trilogie de Loredan de K.J. Parker commencée avec La couleur de l’acier. Deux tomes de plus, deux pavés, Le ventre de l’arc et La forge des épreuves.

Bardas Loredan s’est sorti de justesse de la catastrophe de la fin du premier volume. Et va retrouver, pour son plus grand malheur son frère et sa sœur. Si dans le premier volume on se doute bien que ce n’est pas le grand amour entre les membres de la famille Loredan, les 2° et 3° volumes vont creuser ces relations familiales pour le moins conflictuelles.

Sans rentrer dans le détail, sachez que partout où va le pauvre Bardas, même quand il n’aspire qu’à la paix, la guerre le suit et le happe, et qu’en général ceux qui sont autour de lui en pâtissent. Qu’il soit fabriquant d’arcs, testeur d’armures ou qu’il essaie de redevenir paysan, il lui faudra bien redevenir soldat à un moment ou un autre.

La trilogie reste plaisante jusqu’au bout. Avec quand même un léger effet de lassitude au terme des quelques 1500 pages de la trilogie. Si l’humour et la distance très british de la narration font toujours mouche, certains choix fonctionnent jusqu’au bout, d’autre moins.

Ce qui finit par lasser c’est en particulier le système de magie. Il est très obscur, on n’y comprend rien et c’est voulu, même ceux qui sont censés comprendre ne maîtrisent rien. C’est frais et original sur 500 pages, ça finit par être répétitif et frustrant sur 1500. De même la lenteur, la faible tension narrative, les digressions tout cela marche au début avant de devenir un peu lassant.

Ce qui reste très réussi ce sont les scènes de batailles. Loin, très loin de l’héroïsme et des grands faits d’armes, les erreurs à répétitions, les effets du hasard, et les bastons pas vraiment académiques en font des moments originaux et divertissants qui arrivent à prêter à rire là où, a posteriori, on a plutôt envie de pleurer.

Un bon divertissement, original, mais qui aurait gagné sans doute à être un peu resserré pour ne pas trop tirer sur certaines ficelles.

K.J. Parker / Le ventre de l’arc et La forge des épreuves, (The belly of the bow, 1999 et The proof house, 2000), Bragelonne (2006 et 2007) traduit de l’anglais par Olivier Debernard.

Une réflexion au sujet de « Loredan, suite et fin de la trilogie »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s