La dernière ville sur terre

Thomas Mullen délaisse la première police noire d’Atlanta pour remonter un peu le temps dans La dernière ville sur terre.

Nous sommes en 1918 dans les forêts du nord-ouest des USA. Charles Worthy et son épouse ont fondé la ville de Commonwealth autour de la scierie qui justifie sa création. Une ville et une scierie où tous sont égaux, tous vivent dans les mêmes maisons, tous ont les mêmes salaires. Ce qui ne plait pas, évidemment, aux gros propriétaires alentours, mais qu’y peuvent-ils ?

L’arrivée sur le territoire américain de la grippe espagnole pourrait tout bouleverser. La ville décide de se confiner et d’interdire tout contact, entrant ou sortant, avec l’extérieur. Au moment où les jeunes meurent sur le front en Europe, où ceux qui sont restés au pays sont durement frappés par la pandémie, les tensions internes et externes vont s’exacerber et mettre l’utopie de Commonwealth à rude épreuve. Trop rude ?

Dommage, j’aurais beaucoup aimé être enthousiaste, mais je ne le suis pas. Dommage car le propos est vraiment intéressant. La construction de l’utopie, puis la description de comment le collectif se délite peu à peu quand la pression se fait trop forte. Comment les égoïsmes reprennent le dessus sur le sens du bien commun. C’est bien rendu, en particulier au travers de quelques courts chapitres constitués uniquement de dialogues entre habitants non identifiés. Belle description du contexte social et historique et de la montée de la pandémie, qui fait écho à ce que nous avons connu (même si le roman a été écrit en 2006 donc bien avant le COVID).

Mais ce qui m’a plombé c’est que ça traine trop dans les deux premiers tiers du roman qui pèse quand même pas loin de 550 pages. Le début passe bien parce qu’il met le contexte en place, et dans les 100 dernières pages les choses s’accélèrent et les tensions mises en place se résolvent. Mais entre les deux j’ai eu du mal, au point de ne pas avoir très envie de me mettre à la lecture, ce qui ne m’arrive jamais quand le roman en cours me passionne.

Dommage donc, avec une partie centrale resserrée La dernière ville sur terre aurait été passionnant, là le roman est intéressant mais indigeste. Avis très subjectif que je partage.

Thomas Mullen / La dernière ville sur terre, (The last town on earth, 2006), Rivages/Noir (2023) traduit de l’anglais (USA) par Pierre Bondil.

9 réflexions au sujet de « La dernière ville sur terre »

  1. Françoise

    D’après ce que j’ai pu en lire par ailleurs, ce roman est son premier même s’il n’est édité en France que maintenant. Il a donc pu progresser depuis. Mais bon, je suis en retard dans mes lectures, donc je vais passer mon tour pour celui-ci.

    Répondre
      1. belette2911

        Je confirme que la série à Atlanta est excellente ! Bon, je ne vais pas me précipiter sur son dernier qui est son premier et j’ai même envie de l’oublier 🙂

  2. Camano

    Avis partagé! Partie centrale trop molle et délayée. Et puis quelques interrogations morales (pour la part) tant il est peu fait cas des meurtres des deux soldats.
    Dommage.

    Répondre
  3. Michèle Pambrun

    Ce qu’il aurait sans doute fallu, c’est un éditeur de bonne trempe, qui fasse resserrer cette grosse partie relâchée. Je parle évidemment de l’édition originale. Je n’ai jamais lu cet auteur. Mais ce que je regrette, c’est qu’un sujet pareil, du communisme en mouvement -qui n’a jamais été éprouvé dans la vie, tant les pays qui se sont réclamés du communisme en étaient bien éloignés, et même aux antipodes – , n’ait pas bénéficié d’une écriture aboutie. Ce qu’on peut comprendre pour un premier roman, même si beaucoup d’auteurs sont bons dès le premier roman, ou même dans l’unique roman de leur vie d’écriture.

    Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s