Archives du mot-clé Alexandria Marzano-Lesnevich

L’empreinte

Les vacances sont aussi l’occasion de tenter un style que je ne lis pas habituellement, l’enquête narrative. Je n’ai peut-être pas choisi le bon avec L’empreinte de Alexandria Marzano-Lesnevich, mais je n’ai pas été convaincu.

Marzano1992 dans une rue déshéritée d’une petit ville oubliée de Louisine, Ricky Langley, jeune homme paumé qui vit chez des amis assassine Jeremy, un gamin de 6 ans qui venait jouer avec son copain et n’a trouvé que Ricky à la maison. Rapidement démasqué il avoue et est condamné à mort.

Après quelques années dans le couloir de la mort de la sinistre prison d’Angola un second procès transforme la peine en réclusion à perpétuité.

L’auteur qui a voulu être avocate comme ses parents et est finalement professeur de littérature décide de rencontrer Ricky, la mère de Jeremy et d’essayer de comprendre ce qui peut amener un homme à un tel crime. Elle cherche aussi à régler ses comptes avec un lourd passé familial fait de silences et de non-dits.

Le début du livre m’a intéressé, et sa construction qui jongle habilement avec les temps et les points de vue (le meurtre, l’enquête de l’auteur, son histoire, …). Et il faut reconnaître que l’auteur évite habilement de tomber dans le voyeurisme et le racoleur tout en disant les choses.

Mais je me suis peu à peu fatigué, au long de pages qui finalement n’amènent aucune réponse à des questions assez classique dans un cas semblable (c’est à dire que les questions non plus ne sont pas passionnantes), et surtout je me suis fatigué du fait que l’auteur parle beaucoup plus d’elle que de l’affaire qui lui sert de prétexte.

Un récit est très centré sur elle-même, sur l’histoire de sa famille et ses non-dits, sur ses choix de vie, sur ses problèmes d’adolescence, sur ses doutes … ça tourne à l’autofiction, genre nombriliste que je n’ai supporté que très rarement dans ma vie de lecteur, John Fante étant l’exception la plus notable. Et comme je me suis ennuyé, je ne saurais dire si c’est vraiment bien écrit.

Alexandria Marzano-Lesnevich / L’empreinte (The fact of a body, a murder and a memoir, 2017), Sonatine (2019), traduit du l’anglais (USA) par Héloïse Esquié.