Archives du mot-clé Aro Sáinz de la Maza

Aro Sáinz de la Maza, nouvel auteur barcelonais.

Voici donc le premier roman d’un nouvel auteur catalan que je vais bientôt rencontrer à Ombres Blanches : Le bourreau de Gaudí de Aro Sáinz de la Maza.

Sainz-Maza-GaudiCinq heures du matin, un corps brûle suspendu à un balcon de la Pedrera, une des œuvres emblématiques de Gaudí à Barcelone. L’homme a auparavant été torturé de longues journées. A la demande de la juge en charge de l’enquête, Milo Malart, suspendu par mesure disciplinaire est réintégré dans l’équipe des enquêteurs. Milo et ses méthodes qui heurtent les autres flics. Quand une personnalité en vue est enlevée, comme la première victime, la pression monte. D’autant plus que le pape est attendu, quelques jours plus tard, pour bénir la Sagrada Familia.

Entre l’assassin sadique et fantomatique qui semble vouloir punir la ville et ses élites et Milo Malart la course est engagée.

Je ne vais pas vous raconter que c’est le polar de l’année. Ni même celui de la rentrée. On peut même lui trouver des défauts : Des personnages avec un air de déjà vu (un serial killer traumatisé dans son enfance, un flic en froid avec ses collègues, et avec un traumatisme qui le fragilise …), des ficelles parfois un peu trop visibles …

Mais ça marche.

Ca marche parce que la balade dans la Barcelone de Gaudí est belle. Parce l’auteur nous apprend beaucoup sur son œuvre sans jamais paraître didactique. Parce que la description de la main mise sur la ville par quelques familles, et celle de la chasse aux pauvres et à ceux qui font tâche depuis les JO est intéressante.

Ca marche parce qu’il est toujours intéressant d’avoir une nouvelle vision de Barcelone, une des villes les mieux peintes par les auteurs de polar, de Montalban à Gimenez Bartlett, en passant par Ledesma, Fallaras ou Mendoza.

Ca marche aussi parce que, malgré les quelques ficelles, l’auteur a une bonne maîtrise du tempo, et qu’en particulier l’accélération finale est très réussie.

Donc on prend plaisir à suivre l’intrigue, on apprend, les relations entre les deux flics au centre de l’histoire sont bien croquées, et finalement, c’est un premier essai plutôt réussi et, peut-être le début d’une série ?

J’aurai l’occasion de la demander à l’auteur le mardi 30 septembre à Ombres Blanches.

Aro Sáinz de la Maza / Le bourreau de Gaudí (El asesino de la Pedrera, 2012), Actes Sud/Actes noirs (2014), traduit de l’espagnol par Serge Mestre.

Rencontres toulousaines.

C’est la rentrée, cela n’aura échappé à personne. Et je suis plongé dans un pavé de plus (la rentrée est pavée de pavés plouf, plouf). Le dernier Padura, dense et passionnant (et dense …).

Ceci dit, pour les toulousains, entre fin septembre et début octobre, si vous voulez m’éviter il va falloir faire attention, je serai partout !

Jeudi 25 septembre, à partir de 20h (modification d’horaire), j’aurai l’immense plaisir et honneur d’animer la rencontre avec Leonardo Padura (justement) à Ombres Blanches.

La semaine suivante, mardi 30 septembre, rebelote, pour une rencontre avec Aro Sáinz de la Maza, à propos de son roman Le bourreau de Gaudí (que je n’ai pas encore lu …), toujours à Ombres Blanches, toujours à 18h00.

Dimanche 5 octobre à 15h00, dans le cadre de La Novela, je serai dans les jardins Raymond VI (du côté du musée des abattoirs) pour causer avec ceux qui viendront de Ville et Polar.

Ensuite c’est Toulouse Polars du Sud qui démarre. Avec cette année une nouveauté (entre autres) : l’ouverture à peine esquissée l’année dernière vers les librairies de l’hyper centre-ville s’accentue, et s’accentue en beauté. Les auteurs seront dans toutes les librairies indépendantes durant la semaine du 6 au 11 octobre, et pour ma part j’animerai trois rencontres :

  • Mardi 7 octobre à partir de 18h00, Deon Meyer sera à Ombres Blanches. Profitez-en, il ne pourra pas rester pour le week-end, victime d’une tournée européenne très fournie.
  • Jeudi 9 octobre, toujours à partir de 18h00, toujours à Ombres Blanches, ce sera Eric Maravélias. L’occasion de rencontrer cet auteur dont Aurélien Masson nous avait dit le plus grand bien lors de sa venue à Toulouse (et il avait bien raison).
  • Vendredi 10 octobre, à partir de 16h30-17h00, Ayerdhal sera à la librairie Bédéciné.
  • Et Eric Maravélias et Ayerdhal restent le week-end et seront en très bonne compagnie (Pierre Lemaître, Yasmina Khadra, Serge Quadruppani, Gianni Biondillo, Carlos Salem, Lorenzo Lunar, Stéphanie Benson, Cristina Fallaras, Michael Mention etc …) à la librairie de La Renaissance.

Je vous reparlerai bien entendu de tout ça au fur et à mesure des rencontres, mais vous pouvez commencer à cocher les dates dans vos agendas.