Archives du mot-clé Corée

Carnets d’enquête d’un beau gosse nécromant

Je continue à picorer dans les publications de la nouvelle maison d’édition Matin Calme qui publie des polars coréens. Avec un roman complètement déjanté, Carnets d’enquête d’un beau gosse nécromant de la très jeune Jung Jaehan.

Le cabinet secret du Beau Gosse, haut lieu du chamanisme à Séoul : Nam Hanjun, dit beau-Gosse, fan de fringues de luxe, le Chaman ; Hyejun, sa petite sœur, hackeuse de génie ; et Sucheol, grand et costaud, fan de paintball et d’armes factice, détective privé. Leur activité : la divination, au profit de tous ceux qui peuvent payer. En réalité de faux chamans, mais de vrais escrocs … Quoi que, comme ce sont d’excellents détectives, leurs conseils sont en général de très bonne tenue.

Tout roule, l’argent rentre, jusqu’à ce qu’ils découvrent, lors d’une chasse aux faux fantômes, un vrai cadavre dans un égout. Et se prennent dans les pattes Ye-eun, inspectrice, spécialiste d’arts martiaux, très obstinée, à la recherche d’une jeune fille qui a disparu.

Ces Carnets d’enquête d’un beau gosse nécromant ont les défauts de leurs qualités.

Ca va à fond, ça part dans tous les sens, il y a une énergie et un humour très communicatifs. Et ça manque un peu de tenue, l’attelage de chevaux fous échappe parfois au cocher. On lit à propos de l’auteur qu’elle a écrit un roman publié sur le web, par chapitres, à l’image des feuilletonistes (je n’ai pas compris si c’était celui-ci ou un précédent). Cela se sent, il y a cette énergie, ce besoin de vous donner envie de lire le suivant, mais si chaque chapitre se tient a le bon rythme, l’accumulation est parfois un peu chargée et parait s’essouffler. Ce n’est pas pareil de courir 8 fois le 100 mètres en 8 jours, ou de courir un 800 d’un coup.

Ceci étant dit, c’est quand même un roman intéressant, vif, amusant, le style est très direct, les description visuelles, l’auteur s’amuse à interpeler le lecteur, à revenir en arrière pour expliquer une scène. Donc on ne risque pas de s’endormir à la lecture.

Il y a surtout la description de Séoul et de ses habitants, très intrigante pour un lecteur peu au fait des coutumes du pays. On vit au rythme des sorties et des envies superficielles d’un enquêteur assez immature, du moins en apparence, dont on soupçonne peu à peu qu’il cache des secrets (révélés dans de prochains épisodes ?). Et on découvre une société coréenne étonnante, à la pointe de la technologie, et en même temps prête à croire le premier charlatan venu, et ce, visiblement, du plus pauvre et du moins éduqué aux plus hauts dirigeants, économiques et politiques. On entrevoit aussi ici des inégalités flagrantes que ceux qui ont vu Parasites connaissent déjà. Et ici comme ailleurs, les puissants semblent intouchables et peuvent profiter à leur aise des plus pauvres.

Un premier roman prometteur, qui semble appeler de nouvelles aventures que je découvrirai avec plaisir quand elles arriveront chez nous, en espérant que l’auteur aura alors gagné un peu de sérénité et saura canaliser sa fougue sans la perdre.

Jung Jaehan / Carnets d’enquête d’un beau gosse nécromant, (미남당 사건수첩, The minamdang case note, 2018), Matin Calme (2020) traduit du coréen par Han Yumi et Hervé Péjaudier.

Un peu de cinéma : Lucky Strike

Hier soir, petite séance de cinéma avec mon fils pour un polar coréen qui, sans prétendre au chef-d’œuvre, fera passer un très moment à ceux qui ne craignent pas l’humour noir et macabre. Si vous vous dépêchez tant qu’il passe encore en salle : Lucky Strike de Yong-Hoon Kim.

lucky_strike_01

Difficile de donner une idée de l’histoire sans trop en dire. Sachez qu’il sera question de dettes, de truands qui jouent du couteau, d’un sac plein d’argent, de maris violents et de femmes qui ne se laissent pas marcher sur les pieds.

Sachez également que les personnages forts se révèlent être les femmes, qu’il ne faut pas trop vous inquiéter si vous ne comprenez rien au début, les pièces du puzzle vont parfaitement se mettre en place.

lucky_strike_02

Si l’humour noir et macabre d’un macabre d’un Fargo ou d’un Pulp Fiction vous débecte, je vous conseille de passer votre chemin, Lucky Strike n’est pas pour vous. Mais si vous adorez la scène où le taré passe son complice au broyeur, et que la scène la voiture avec la grosse boulette de Travolta vous fait toujours rire, vous pouvez y aller.

Lucky Strike commence doucement, tranquillement, met en place les différentes pièces de l’intrigue que rien ne semble relier entre elles. Puis ça accélère, petit à petit, puis de plus en plus à partir du premier mort (qui ne sera pas le dernier). Une belle collection de tarés, d’abrutis, quelques femmes inoubliables et un final réjouissant pour un film que l’on regarde intrigué, puis le sourire aux lèvres et que l’on quitte heureux d’avoir passé un excellent moment.

lucky_strike_03

Sang chaud

Je n’avais pas encore eu l’occasion de me pencher sur la collection Matin Calme qui publie des polars coréens. C’est maintenant fait avec Sang chaud de Kim Un-Su.

KimBusan, grande ville, port important, face au Japon. Les trafics, tous les trafics ont été partagés entre différents clans. Celui du quartier de Guam tient le port et la plage, la contrebande et tous les commerces autour de la saison estivale. Son chef, Père Sohn, refuse de toucher à la drogue et mène ses affaires en bon père de famille. C’est aussi en père de famille parcimonieux qu’il gère ses troupes, dont Huisu, la quarantaine, son bras droit qui est manager en titre du grand hôtel sur la plage.

Le pauvre Huisu est en plein doute. Après plus de 20 ans de vie de truand, il vit à l’hôtel, n’a pas un sou en poche, aime toujours sans se l’avouer, son amour de jeunesse, ancienne prostituée reconvertie en patronne de bar, et ne voit vraiment pas comment il va pouvoir sortir de la spirale de cuites et boulots ingrats au service de Père Sohn. A moins qu’une occasion de voler de ses propres ailes ne se présente.

De Kim Un-Su j’avais déjà apprécié Les planificateurs. Ce nouveau roman, totalement différent, est à la fois très classique dans sa thématique : Ascension et chute d’un truand (on en a lu des dizaines), et totalement original dans son écriture et sa construction.

J’ai mis un peu de temps à rentrer vraiment dans le roman, même si dès le départ l’écriture est vive, avec des moments assez drôles, pittoresques à la limite du grotesque. Et puis petit à petit on s’attache à Huisu dont les préoccupations sont universelles, et qui traverse une crise existentielle commune à tous, et pas seulement aux truands coréens du port de Busan.

Et tout en gardant son écriture vive, et une belle capacité à saisir les détails drôles dans toute situation, le ton et l’ambiance se font plus sombres, la noirceur plus marquée, et la mainmise, ici comme ailleurs, de ceux qui ont le pouvoir et l’argent sur les vies des autres se fait de plus en plus sentir. La montée de la tension et de la violence est superbement maîtrisée et le lecteur est emporté dans un rythme de plus en plus frénétique, avec de grosses explosions de violence.

Une très belle découverte, je crois que je vais suivre très attentivement le travail de cette nouvelle collection.

Kim Un-Su / Sang chaud, (Tteugeoun Pi 뜨거운피, 2010), Matin Calme (2020) traduit du coréen par Kyungran Choi et Lise Charrin.

Le jardin

On ne peut pas dire que les polars coréens traduits en français courent les rues. J’étais donc content de lire Le jardin de Hye-Young Pyun. Mais je suis resté de marbre.

PyunOgui se réveille à l’hôpital. Paralysé et incapable de parler. Son dernier souvenir, l’accident de voiture. Il apprend que son épouse est morte sur le coup. Alors qu’il revient à la vie, la seule personne à venir le voir régulièrement est sa belle-mère avec qui ses relations n’étaient pas mauvaises, mais distantes.

Une fois de retour chez lui, c’est elle qui va devoir s’occuper de lui, tâche qu’elle réalise avec un dévouement qui fait l’admiration de tous, jusqu’à ce que, petit à petit …

J’ai vu ici et là des critiques enthousiastes, qui toutes notaient la distance, le ton froid de l’auteur. J’avoue que c’est ça, en premier lieu, qui m’a complètement laissé en dehors du roman. On a beau être censé être dans la tête du narrateur qui vit quand même des choses assez éprouvantes, c’est tellement distancié, il y a un tel manque d’émotion, de quelque émotion que ce soit (peur, colère, amour, envie …) dans la description du quotidien ou dans les flashbacks qui décrivent sa vie d’avant que je me foutais complètement de ce qui pouvait lui arriver. Qui de plus est très prévisible.

Là aussi il y a quelque chose qui m’a laissé complètement en dehors du bouquin, c’est que si on a quelques surprises, petites, dans les révélations de ce qu’était la vie de Ogui avant l’accident, on voit venir le dénouement de loin. Et donc aucun suspense, aucune tension, aucune émotion pour moi, ni peur, ni effroi, rien.

Si vous voulez flipper, mais vraiment flipper, avec quelqu’un qui se trouve complètement aux mains de celui ou celle qui le soigne, je ne saurais trop conseiller Misery bien entendu, que j’imagine tout le monde a au moins vu au cinéma, mais surtout le génial et moins connu Côté jardin d’Alain Monnier qui, je vous le garantis, va vous mettre autrement les tripes à l’envers.

Hye-Young Pyun / Le jardin (The Hole, 2016), Rivages/Noir (2019), traduit du coréen par Lim Yeong-Hee et Lucie Modde.

Un peu de cinéma

Fin d’année faste pour moi pour le cinéma, j’ai pu y aller deux fois en moins d’une semaine, et pour voir deux excellents films, récents, les deux primés à Cannes.

Almodovar-01Tout d’abord Douleur et gloire, de l’incontournable Pedro Almodovar, avec un Antonio Banderas absolument génial.

Banderas joue un réalisateur, complètement déprimé, assailli de douleurs dont on ne sait si elles sont réelles ou imaginaires (sans doute les deux). Comme il le dit au début du film, quand il souffre en plusieurs endroits, il prie Dieu, quand il n’a mal qu’à un seul, il redevient athée. Une rétrospective d’un vieux film va l’obliger à sortir de sa retraite, et à revenir sur les souvenirs de toute une vie, de l’enfance pauvre, à ses débuts pendant la Movida madrilène, jusqu’à la mort de sa mère, quelques années auparavant.

Almodovar-03

Moins déjanté que certains autres films, certainement très personnel, magnifiquement filmé, avec quelques trouvailles assez géniales, extrêmement émouvant, Penelope Cruz dans le rôle qu’on lui connaît chez Almodovar, toujours aussi belle, et surtout un Antonio Banderas époustouflant de fragilité et d’émotion. Seul le maître espagnol peut vous embarquer dans un tel mélo, vous faire sourire, vous prendre aux tripes, sans que jamais vous n’ayez l’impression de bouffer de la guimauve au kilomètre.

Et une mise en scène et un scénario qui révèlent quand même une petite surprise. La phrase suivante semblera mystérieuse à ceux qui n’ont pas vu le film, et fera peut-être sourire les autres. Mais non, Pedro Almodovar ne fait pas d’erreur dans son film. On le découvre à la toute fin. Comprenne qui pourra … Je n’en dirai pas plus pour ne rien spoiler.

Autre grand plaisir de cinéma, Parasite de Bong Joon-Ho.

parasite-bongjoonho

Nous suivons deux familles. L’une riche, vit dans une maison impressionnante, œuvre d’un architecte connu. Le père rentre tard, la mère est débordée sans avoir rien à faire, une fille prépare l’entrée à l’université et le petit dernier, insupportable, est considéré comme un génie méconnu par sa mère. C’est en réalité la gouvernante qui fait tourner la maison, qu’elle connaît pour avoir travaillé pour son précédent propriétaire, l’architecte en personne.

L’autre famille survit dans un appartement en sous-sol, avec vue imprenable sur la chaussée et l’ivrogne qui vient régulièrement pisser sur leurs fenêtres au ras du bitume. Le père a toujours des plans foireux, la mère ancienne lanceuse de marteau est la plus courageuse de la famille, le fils aimerait entrer à l’université, et la fille a tous les culots et un vrai talent de faussaire et de comédienne. Au début du film ils survivent en pliant des cartons de pizza.

Jusqu’à ce qu’un copain du fils qui part en formation à l’étranger le recommande pour aller donner des cours d’anglais à la jeune fille riche, moyennant un faux diplôme concocté par la sœur. C’est le cheval de Troie qui va faire entrer une famille dans la maison de l’autre, jusqu’à ce que …

parasite-02

Comment montrer la lutte des classes, les inégalités, l’injustice, sans jamais être démonstratif, avec un humour noir décapant, une maîtrise impressionnante de la montée de la tension, une superbe inventivité dans l’arnaque, et une explosion finale qui ne manque de surprendre, même si on se doutait bien que les choses ne pouvaient pas bien finir.

Les acteurs sont absolument parfaits, plus vrais que nature, dans les deux familles, les images superbes, avec une mention spéciale à une séquence dantesque pendant que des trombes d’eau s’abattent sur la ville, et la chute parfaite. Un polar à ne rater sous aucun prétexte, bien noir, grinçant, drôle et réjouissant.

Mon premier polar coréen

Vous aurez sans doute remarqué qu’il n’y a pas beaucoup de polars asiatiques ici. En voici quand même un : Les planificateurs du coréen Kim Un-Su.

UnSuDepuis plus de quatre-vingt ans, la bibliothèque du chien était le seul endroit où, que l’on soit un officiel ou un simple quidam (fortuné), on venait commanditer un assassinat. La dictature sud-coréenne est tombée, la bibliothèque est restée, tenue par père Raton-Laveur. Il a recueilli tout petit Laesaeng qui est devenu un de ses meilleurs tueurs.

Aujourd’hui Hanja, un autre de ses anciens employés, a monté une structure concurrente et moderne. Mais le marché de l’assassinat est une niche qui supporte mal la concurrence et entre Hanja et père Raton-Laveur la guerre est imminente. Alors que l’élection présidentielle approche et occupe tout le monde, Laesaeng se trouve pris dans un tourbillon dont il risque de ne pas sortir indemne.

Voici un roman étonnant qui vaut le détour. Ne connaissant strictement rien de la culture ou de la littérature coréenne, je ne saurais dire si le côté étrange de ce polar est typiquement coréen, ou s’il est propre à l’auteur. On est dans une sorte de conte (avec des personnages étonnant comme ce père Raton-Laveur), avec des moments surréalistes et d’autres brutaux et très terre à terre. On passe de scènes qui semblent oniriques au lecteur peu habitué que je suis, à d’autres d’un réalisme au raz du caniveau.

En parfait accord avec ces ambiances, Kim Un-Su sait passer d’une langue très poétique à des moments où l’écriture se fait beaucoup plus prosaïque.

Le récit est classique (avec des retours vers le passé qui éclairent la vie de Laesaeng), classique et parfaitement maîtrisé dans une montée progressive vers une explosion de violence inévitable.

Malheureusement, mon manque de connaissance total de ce que fut, et de ce qu’est encore la société coréenne, m’empêche de voir si ce conte policier est une métaphore de la vie politique et sociale de ce pays. Vu du fond de mon ignorance, c’est bien l’impression que cela donne, la brutalité ouverte d’une dictature qui n’a guère besoin de justification se cachant ensuite sous le masque d’entreprises privées tout aussi brutales mais beaucoup plus secrètes et hypocrites. Quant à l’intermède qui décrit la vie de l’ouvrier coréen, il est sans pitié (le revers d’un succès économique vanté par tous les économistes libéraux).

Tout ça pour dire que j’ai été dépaysé, étonné et ravi par mon premier polar coréen, à découvrir, vraiment.

Kim Un-Su / Les planificateurs (The plotters, 2010), L’aube noire (2016), traduit du coréen par Choi kyungran et Pierre Bisiou.