Archives du mot-clé D. B. John

Direction la Corée du Nord

Une curiosité aux Arènes : un roman d’espionnage anglais (ça c’est plutôt traditionnel) qui se déroule en partie en Corée du Nord : L’étoile du nord de D. B. John.

johnOctobre 2010. Jenna Williams sportive, la trentaine, est professeur à l’Université, à Washington, auteur d’une thèse sur la Corée du Nord. Elle est métisse, de père américain et de mère coréenne, et ne s’est jamais remise de la disparition de sa sœur jumelle, une douzaine d’année auparavant. En séjour d’études à Séoul, celle-ci a disparu alors qu’elle se trouvait sur une plage avec son copain. Pour la police coréenne ils se sont noyés tous les deux. Jenna est approchée par la CIA qui a détecté une intelligence brillante et recherche désespérément des spécialistes de la Corée.

Cho est un haut fonctionnaire, fidèle d’entre les fidèles, il habite Pyongyang et a appris l’anglais en prévision d’une mission délicate : accompagner une délégation officielle pour négocier avec la pourriture capitaliste et impérialiste à New York. Et ce juste au moment où la Corée du Nord fait ses premiers essais de lanceurs, en vue de la conquête spatiale … ou d’autre chose.

Moon est une vieille femme qui survit comme elle peut avec son mari, quelque part dans la campagne proche de la frontière avec la Chine. Un jour elle tombe sur un ballon, venu de Corée du Sud, avec des tracts, une lampe de poche et de cookies. Une découverte qui va entrainer de nombreux changements dans sa vie.

Trois destins qui n’auraient jamais dû se croiser, et pourtant …

N’attendez pas, malgré la quatrième plutôt sobre mais qui parle d’espionne, un roman d’espionnage qualité british. La crédibilité de la partie qui relève du genre est plutôt moyenne, et on est plus proche de James Bond que de Le Carré.

Cela veut-il dire qu’il ne faut pas lire L’étoile du Nord ? Pas du tout ! Bien au contraire.

C’est un roman passionnant, qui, dès le départ, vous accroche. Avec des personnages intéressants, qui vont évoluer durant le roman, et une intrigue bien ficelée, pleine de suspense, de tensions et de rebondissements. Un roman qui va vous faire tourner les pages du début à la fin, comme une bonne série d’action. Donc plaisir de lecture au premier degré garanti.

Mais ce n’est pas tout. Ce qui fait la richesse et l’originalité de ce polar c’est bien entendu la partie qui se déroule en Corée du Nord. Et là on ne rigole plus. Dire que ces pages sont sidérantes (on reste bouche bée devant autant d’absurdité et de connerie), et atterrantes et bouleversantes (on est soufflé par tant de cruauté), est un doux euphémisme.

Grâce à sa construction romanesque, l’auteur rend le mélange d’horreur et d’absurdité arbitraire supportable (moyennement supportable) et ne donne jamais l’impression de réciter ce qu’il a appris. On n’est pas dans un essai, on a bien un roman palpitant, qui s’appuie sur une impressionnante documentation, sans jamais lasser ni laisser entrevoir la quantité de travail qu’a nécessité son écriture.

C’est ça le talent, faire croire que quelque chose de difficile ayant demandé un gros effort est facile et évident. A lire donc sans faute.

  1. B. John / L’étoile du nord (Green sun, 2018), Les arènes / Equinox (2019), traduit de l’anglais par Antoine Chainas.