Archives du mot-clé Douglas Graham Purdy

Retour à Boston avec Cal et Dante

J’avais beaucoup aimé Les morsures du froid de Thomas O’Malley et Douglas Graham Purdy, je ne pouvais pas rater leur roman suivant Les brûlures de la ville.

Malley PurdyNous revoilà à Boston, trois ans après le premier roman, dans la chaleur caniculaire de l’été 54. Sur les confidences d’un indic, la police s’apprête à récupérer sur un bateau en provenance de New York une grosse cargaison d’armes à destination de l’IRA. Mais visiblement il y a eu des fuites, le bateau est vide. Et les cadavres d’irlandais commencent à s’accumuler dans la ville. La violence de l’IRA est-elle en train de déborder jusqu’à Boston ?

Pour enquêter l’inspecteur Owen demande à son cousin Cal O’Brien, ancien flic et soldat qui dirige maintenant une société privée de surveillance, et à son ami Dante Cooper de fouiner autour de la communauté irlandaise où ils ont leurs entrées. Ils vont se retrouver confrontés à un milieu très fermé, où mafia et lutte armée se mêlent, et où de vieilles rancœurs et vengeances sont à l’œuvre.

Pour ceux qui ont lu le premier, je trouve celui-ci toujours intéressant mais un peu moins réussi. Je m’explique.

Ce qui marche moins bien pour moi c’est l’intrigue. Elle est à la fois un peu confuse – je ne suis pas certain d’avoir bien compris pourquoi tel ou tel personnage se retrouvait à l’état de cadavre – et par moment trop simple, le lecteur devinant bien avant nos deux héros, qui pourtant ne sont pas des charlots, ce qui va arriver. C’est ma restriction, et ce qui est moins bien réussi que dans le premier.

Ce qui fonctionne toujours aussi bien c’est tout le reste : Deux personnages perdus, hantés par leurs morts, combattant comme il le peuvent leurs souffrances. Les quartiers pauvres superbement décrits, écrasés de chaleur. Les bars, la musique, la violence, comme dans le premier.

Et ici l’accent mis sur la communauté irlandaise. Problèmes d’immigration, de nostalgie pour certains, envie de couper les ponts et de s’intégrer dans un nouveau pays pour d’autres. La présence permanente de la religion, le poids de l’histoire et des luttes qui continuent dans le pays d’origine, la violence dont on se sert, qui fascine mais effraie en même temps.

Tout ce contexte social et historique est très bien décrit, et fait que l’on lit ce second roman avec plaisir et intérêt, malgré les quelques faiblesses de l’intrigue.

Thomas O’Malley et Douglas Graham Purdy / Les brûlures de la ville (We were kings, 2016), 10/18 (2018), traduit de l’anglais (USA) par François Rosso.

Boston, hiver 51.

Je continue à rattraper mon retard, avec beaucoup plus de succès cette fois : Les morsures du froid de Thomas O’Malley et Douglas Graham Purdy.

OMalleyPurdyBoston, hiver 1951. Un hiver implacable. Dur pour tout le monde, encore plus dur pour les pauvres. Et terrible pour les filles retrouvées tabassées et égorgées par celui que la presse appelle le Boucher de Boston. La dernière victime en date est différente des autres. Sheila n’était pas une prostituée. Son beau-frère, Dante, musicien tombé dans la came, et son ami Cal, ancien flic revenu fracassé de la guerre vont être les seuls à enquêter sérieusement pour savoir qui les a tuées. Pour la police, ce sont des mortes sans grande importance.

Dans le quartier populaire de Dorchester, Cal et Dante vont mettre les pieds où il ne faut pas, et déranger des gens bien plus importants que le Boucher. Pendant que certains meurent de froid, d’autres se préparent à gagner des millions.

Il faut commencer par rectifier tout de suite une idée que l’on pourrait avoir à la lecture du résumé. Non ce n’est pas la millième histoire de serial killer. Le Boucher n’est là que comme prétexte, comme point de départ, et ce n’est certainement pas sa traque, ou le récit de ses atrocités qui sont au centre du bouquin.

Loin d’être une nouvelle resucée d’un thème rebattu, Les morsures du froid est un magnifique roman noir. Un vrai de vrai, héritier de Charles Dickens (qui d’ailleurs est cité au détour d’une page).

On a bien un polar, avec deux héros bien déglingués, la pègre, et une classe politique complètement corrompue. Et on a un roman noir, social, à la Dickens, avec les bouges, le froid, une classe ouvrière qui survit difficilement, dans des logements insalubres, quand ce n’est pas dans des cabanes près des décharges. On a la collusion entre les syndicats et la pègre, les liens entre mafia et classe politique, et on a les répercussions sur un quartier d’où on veut (déjà), expulser les pauvres, sous prétexte de mieux les reloger, pour laisser le champ libre à des constructeurs de mèche avec ce que la ville a de plus corrompu.

Héros à la dérive, clubs de jazz, mafia, femme fatale, champs de course, drogue et alcool, la nuit, le froid, des meurtres, scènes d’action … Tout les ingrédients sont réunis. Et comme les deux cuisiniers sont talentueux, très talentueux, le résultat est un superbe roman noir, à l’ancienne, aussi savoureux qu’on bon plat longuement mijoté.

La suite des aventures de Dante et Cal est déjà traduite, je pense que je ne vais pas attendre l’été prochain pour la lire.

Thomas O’Malley et Douglas Graham Purdy / Les morsures du froid (Serpets in the cold, 2015), 10/18 (2017), traduit de l’anglais (USA) par Isabelle Maillet.