Archives du mot-clé Humour

Du rififi à Wall Street

Du rififi à Wall Street, ou comment réviser ses classiques grâce à une vraie fausse traduction de Vlad Eisinger par Antoine Bello.

BelloUn jour à l’automne 2018 Antoine Bello reçoit un mail avec une pièce attachée, et aucun commentaire. Il s’agit d’un roman inachevé de Vlad Eiseinger commençant ainsi : « Il faut me croire. (…) lire les pages qui suivent en doutant de leur sincérité n’aurait aucun sens. . Accordez-moi votre confiance ou passez votre chemin. »

Première mise en abime, mais pas la dernière, car c’est en écrivant un roman de commande sous le pseudo de Tom Capote que Vlad Eisinger s’est plongé dans la mouise …

Première constatation, voilà un roman qui risque de laisser de marbre quelqu’un qui n’a pas une culture polar minimale, surtout polar français et américains du siècle dernier.

Je ne connaissais pas assez l’œuvre de Bello pour connaître le personnage de Eisinger, mais dès le départ ce sont deux autres références qui me sont venues à l’esprit : les « traductions » Vernon Sullivan / Boris Vian de J’irai cracher sur vos tombes, et Arthur Keelt / JB Pouy Le merle. Il y en a sans doute d’autres.

Pour en revenir au rififi, c’est un exercice brillant et on sent que l’auteur s’est beaucoup amusé. A démonter les grosses ficelles des polars burnés avec enquêteur hardboiled, à multiplier les références et les hommages, à utiliser page 200 les grosses ficelles qu’il vient de démonter page 100, à en montrer les incohérences, à copier les anciens … Le tout toujours avec humour et distance.

Du coup le lecteur averti lit le sourire aux lèvres, enchanté par le brio de l’exercice. Avec cependant, pour moi, une limitation, j’ai trouvé la partie centrale un peu longue, le procédé du roman, dans le roman, dans le roman (celui de Tom Capote) tirant un peu trop sur la corde, avant que cela ne redémarre pour un final vraiment drôle.

Ce doit être les effets délétères du confinement, je ne suis pas certain d’avoir été très clair …

Vlad Eisinger et/ou Antoine Bello / Du rififi à Wall Street, Série Noire (2020) traduit de l’anglais (USA) (vraiment ?) par Antoine Bello.

Joueuse

Je n’avais pas été convaincu par Cabossé de Benoît Philippon, plus convaincu par Mémé Luger, qu’en est-il de Joueuse ? De mieux en mieux.

PhilipponZack et son pote Baloo vivent en arnaquant les pigeons au poker. Comme ils se contentent de peu, ils arrivent à passer sous les radars. Jusqu’à ce qu’ils rencontrent Maxine. Une joueuse redoutable au charme dévastateur, et qui sait parfaitement doucher les ardeurs belliqueuses des mâles qui voient d’un mauvais œil de se faire plumer par une donzelle.

Maxine veut les embarquer dans un très gros coup. Mais pourquoi ? De quel passé veut-elle se venger ? Et qu’est-ce que Zack et Baloo ont à perdre ou à gagner dans cette aventure ?

Ce n’est pas le roman de l’année, mais avec Joueuse, Benoît Philippon se fait, et nous fait plaisir. Bons mots, phrases qui claquent, et scènes de bastons et parties de poker se succèdent. La construction est classique et efficace, avec présentation des protagonistes, confrontation inévitable puis montée de la tension jusqu’à l’affrontement final. Le lecteur de polar et amateur de films noirs est en terrain connu, la révélation finale, bien que prévisible dans les grandes lignes, surprend quand même en partie le lecteur.

Bref, on lit sourire aux lèvres, content de lire un bon polar qui joue habilement des clichés et des ressorts du genre.

Benoît Philippon / Joueuse, Les arènes/Equinox (2020).

Disque-Monde 6

La fin de l’année approche, il est temps de prendre quelques vacances avant la rentrée de janvier. Et quoi de mieux que de reprendre Les annales du Disque-Monde du génial Terry Pratchett. Sixième volume, Trois sœurcières, un chef d’œuvre.

TP6Royaume de Lancre, du côté des Montagnes du Bélier, l’endroit où se concentre la magie du Disque-Monde. Selon la tradition, le Duc de machin à assassiné le roi de Lancre pour prendre sa place. C’est assez habituel comme méthode de succession. Le problème est que le nouveau roi n’aime pas le Pays, et le Pays le sent, et sollicite, à sa façon, une de celles qui veillent sur lui : Mémé Ciredutemps.

Alors que de son côté le roi cherche à contrecarrer le pouvoir des sorcières par le pouvoir des mots, et demande à une troupe de théâtre d’écrire une pièce qui convaincra le peuple, Mémé, Nounou Ogg et la jeune Magrat, contre toutes leurs habitudes, décident de se mêler de politique. Tempête, tonnerre, spectres, trois sorcières, des meurtres, des rois … Toute ressemblance est forcément entièrement voulue par l’auteur.

Si Mémé apparait déjà dans un précèdent volume, c’est ici qu’elle prend toute son importance, sans aucun doute mon personnage préféré dans la série. Pour la présenter, rien de mieux que de laisser la parole à son créateur :

« Par nature, les sorcières ne sont pas grégaires, du moins avec leurs consœurs, et elles n’ont certainement pas de chef.

Mémé Ciredutemps était la mieux considérée des chefs qu’elles n’avaient pas ».

ou

« Magrat fouilla les alentours d’un œil angoissé. (…) Elle frissonna.

-Qu’est-ce qu’il y a à craindre ? Parvint-elle à dire.

– Nous, répondit Mémé Ciredutemps. »

Un volume absolument génial. J’ai éclaté de rire maintes fois, j’ai même pris un fou rire lors de la scène où les trois mégères vont pour la première fois au théâtre, spectacle qui heurte de plein fouet le côté très terrien de Mémé.

Mine de rien, ce roman est à la fois, un magnifique hommage au théâtre en général, et à celui de Shakespeare en particulier, une réflexion sur le pouvoir et le destin, on y entend parler de préoccupations écologiques dans la bouche de Magrat, on a un clin d’œil humoristique aux contes de fées.

Et puis, les romans qui vous font prendre plusieurs fous rires c’est rare non, et on en a bien besoin en ce moment. Merci Sir TP.

Terry Pratchett / Trois sœurcières (Wyrd sisters, 1988), L’Atalante/La Dentelle du cygne (1995), traduit de l’anglais par Patrick Couton.

Mauvais coûts

J’avais laissé passer le premier roman de Jacky Schwartzmann, Mauvais coûts. Sa présence lors du dernier festival TPS m’a permis de me le faire dédicacer, et de le lire.

SchwartzmannIl serait réducteur de dire que Gaby Aspinall, la cinquantaine ou presque, 1,90 plus de 100 kg, acheteur chez Arema, un gros industriel français dans le domaine de l’électricité, est un gros con. Réducteur mais pas faux. Cynique, impitoyable devant ses fournisseurs qu’il étrangle pour dégager de la marge, célibataire endurci et ivrogne, plus misanthrope que misogyne, il s’écrase devant sa chef et la ramène devant les autres.

Mais son analyse de la vie dans ce monde particulier qu’est une grosse entreprise ne manque ni de clairvoyance ni de finesse, et il ne se fait aucune illusion sur sa personne. Quand les tuiles se mettent à lui tomber sur le râble, il va se révéler, pour le meilleur ou pour le pire.

Comme j’ai lu les romans qui ont suivi, je sais déjà que Jacky Schwartzmann canarde tous azimuts. Ne poussez pas, il y en aura pour tout le monde. Syndicalistes opportunistes, jeunes cadres arrogants, nouveaux dirigeants à power point, politiques de tous bords, petits et grands chefs arrivistes, entreprise d’hier, et d’aujourd’hui, consultants surpayés … tout le monde est servi, et c’est acide, cinglant et pertinent.

Un des talents de l’auteur, comme dans les romans suivants, et de savoir très exactement jusqu’où aller, et quand arrêter l’exercice pour qu’il reste amusant sans devenir répétitif et lassant. Au point qu’au moment de refermer le roman on en redemanderait bien un peu. Un exercice de funambule bien plus difficile qu’il n’y parait.

Pour ceux qui, comme moi, auraient lu les suivants, Mauvais coûts est moins drôle, non que l’humour de l’auteur ne marche pas, mais, derrière la rigolade, le personnage de Gaby est finalement plus perdu, désespéré et émouvant que ses héros à venir. Par contre la fin est toujours aussi délicieusement amorale. Un vrai plaisir. Il ne me reste plus maintenant qu’à attendre le prochain.

Jacky Schwartzmann / Mauvais coûts, points/Policier (2017).

Rusty Puppy

Un petit Hap et Leonard, quoi de mieux pour égayer une morne semaine d’hiver ? Rien. Ils sont de retour dans Rusty Puppy, toujours sous la plume du grand Joe Lansdale.

LansdaleHap Collins se remet de ses malheurs de Honky Tonk Samouraïs. Il est seul dans le bureau de l’agence dans laquelle lui et Leonard Pine travaillent, sa copine Brett étant grippée, et Leonard en vadrouille. C’est donc lui qui reçoit une dame noire qui voudrait voir le noir qui travaille là. Faute de merles … Elle se confie à Hap.

Son fils a été tué, et un homme a vu des flics le tabasser à mort. Le problème est que cet homme vit dans cité HLM de Camp Rapture, un trou à rat selon la dame elle-même, où Hap est un peu trop pâle pour passer inaperçu. D’un autre côté Leonard, même s’il a la bonne couleur de peau, n’est pas non plus très doué pour passer inaperçu …

Comme toujours les deux compères vont se mettre à dos quantité de nuisibles plus ou moins violents, plus ou moins méchants, dont les forces de l’ordre de Camp Rapture. Où on trouve des très violents et très méchants. La routine.

Que voulez-vous j’ai un gros faible pour les histoires de Hap et Leonard. En plus, vous connaissez mon amour immodéré pour tout ce qui porte cornette, soutane, frisette ou burka, alors quand dès la première page je lis :

« Ce sont des médecins et des infirmières qui m’ont sauvé du grand plongeon dans le noir, alors je n’ai pas remercié Jésus en revenant à moi. J’ai remercié l’équipe médicale, leurs années d’études et leurs formidables compétences. J’ai toujours pensé que, si j’étais médecin et que je sauve la vie à quelqu’un, et que ce quelqu’un à son réveil se mette à remercier Jésus, j’aurais envie de lui enfoncer une paire de forceps dans le cul en lui conseillant de demander à Jésus de venir les lui enlever ».

Je sais que tout ça va me plaire, et que je vais lire un grand sourire idiot collé sur la figure.

Et ça n’a pas raté. Dialogues toujours aussi drôles et scato, Leonard en grand fouteur de merde absolument irrésistible, la description sans la moindre complaisance ni angélisme (vous pouvez compter sur Lansdale pour ça) des conditions de vie dans une cité pourrie, des affreux particulièrement réussis, et des scènes de bastons enthousiasmantes.

Un très bon cru de la série, instructif entre deux éclats de rire.

Joe Lansdale / Rusty Puppy (Rusty Puppy, 2017), Denoël/Sueurs froides (2019), traduit de l’anglais (USA) par Frédéric Brument.

Ah, les braves gens !

J’avais adoré Hôtel du grand cerf de Franz Bartelt, c’est donc avec gourmandise que j’ai ouvert Ah, les braves gens ! Mais cette fois la magie n’a pas opéré.

Puffigny, sans doute dans les Ardennes. Les gens y sont bizarres et menteurs, du moins d’après ceux qui ne sont pas de Puffigny. Julius Dump, un peu écrivain, beaucoup dilettante, y débarque. Il vient de découvrir que son père avait tué des gens et braqué un tableau très cher. Un tableau qu’il a cherché toute la fin de sa vie, et dont il aurait perdu la trace à Puffigny. Julius va donc louer une maison au propriétaire du café de la gare (même s’il n’y a plus de gare depuis longtemps, il y a toujours le café), et tenter de mener l’enquête, et pourquoi pas d’écrire un livre au milieu de ces gens bizarres et menteurs. Et buveurs aussi.

Etrange comme parfois une même « recette » peut ne plus marcher. Du moins avec moi ce coup-ci. Parce que par rapport au roman précédent on retrouve la gouaille, l’absurde, l’humour vache, la méchanceté assumée, le délire, le portrait en creux d’une communauté loin des centres urbains. Et tout ce qui m’avait emballé l’autre fois, m’a ici laissé de marbre.

Il faut dire que c’est un sacré exercice d’équilibriste de manipuler autant l’absurde sans se casser la binette. Et cette fois, il y en avait trop pour moi. Si j’ai apprécié certains passages, la mayonnaise n’a pas pris, j’ai trouvé que l’ensemble ne fonctionnait pas, et qu’on avait une succession de scénettes, certaines très réussies, d’autres un peu forcées, mais sans lien convainquant entre elles.

Peut-être a-t-il manqué un personnage fort pour emballer le tout, un flic gargantuesque comme Vertigo Kulbertus dans le précédent roman. Alors qu’ici Julius Dump est bien fade.

Je serais curieux de savoir ce que d’autres lecteurs ayant aimé L’hôtel du grand cerf ont pensé de ce dernier.

Franz Bartelt / Ah, les braves gens !, Seuil/Cadre noir (2019).

Pyongyang 1071

Ceux qui ont lu les premiers romans de Jacky Schwartzmann peuvent légitimement se poser la question suivante : Cet homme n’est-il pas un peu fou ? Pyongyang 1071 répond à cette question, sans la moindre ambiguïté : Oui.

Schwartzmann« J’ai décidé d’aller à Pyongyang lors d’une soirée créole. » De là à imaginer que le rhum n’était pas étranger à cette décision, il n’y a qu’un pas, que le lecteur franchira allègrement.

Pourquoi cette certitude que l’auteur est fou ? Parce que lors de cette soirée il décide d’aller courir le marathon de Pyongyang. Déjà courir un marathon … c’est-à-dire souffrir, longtemps, courir même pas après une balle, un ballon ou l’objet de ses désirs, que voilà une idée bien étrange. Mais en plus associer cette torture à un voyage guidé en Corée du Nord, c’est associer l’infernal au désagréable.

Et pourtant c’est un vrai plaisir pour le lecteur de suivre la préparation, la course, le voyage de Jacky Schwartzmann qui ne perd rien de la vivacité de son style et de son humour quelles que soient les circonstances.

En résulte un récit drôle, vif et très pertinent, critique bien entendu sur le pays, non pas visité, mais montré comme un zoo ou un musée sans aucune possibilité d’échanger avec quiconque, sauf les guides officiels ; mais également très critique envers ses compagnons de voyage.

Et je partage pleinement une des conclusions de l’auteur, même si je n’ai jamais, au grand jamais, couru ne serait-ce que le début du commencement d’un marathon, et que je ne mettrai sans doute jamais les pieds en Corée du Nord : « Au fond, le plus dur dans ce voyage, le plus pesant, ce ne sont pas les contraintes liées au régime et au folklore. Non. C’est le voyage organisé. »

Un voyage qui, grâce au talent de l’auteur, a au moins eu le mérite de me faire beaucoup rire, bien plus qu’une conférence connaissance du monde.

Jacky Schwartzmann / Pyongyang 1071, Paulsen (2019).