Archives du mot-clé Inuits

Grise fiord, même pas froid.

Beaucoup d’avis très enthousiastes sur les blogs à propos de Grise Fiord de Gilles Stassart. Mais moi il m’a laissé de glace.

StassartQuelque part dans le grand Nord canadien, Guédalia sort de prison et retrouve sa famille. Sa mère Maggie, son frère Jack avocat qui se bat pour les droits des Inuits, et son père Jo paralysé depuis une chute en motoneige. Guédalia qui pourtant était brillant quand il était jeune est complètement tombé dans l’alcool et la drogue après ses études à Montréal. Des addictions dans lesquelles il va retomber en sortant de prison, apportant le drame dans sa famille.

La seule solution sera peut-être de partir vers le nord, avec ses chiens, sur les traces de Dalia, la vieille chamane qu’il adorait étant enfant.

J’ai vu ici et là qu’il fallait mériter ce roman, faire l’effort d’y rentrer. Je n’ai pas dû essayer assez fort parce que je suis resté complètement extérieur. Certes on apprend beaucoup de choses sur ce qu’ont subi les Inuits, sur la survie dans ce milieu pour le moins hostile. Il y a également de très belles descriptions de paysages glacés. Mais rien, pas d’émotion, même pas froid.

Tout d’abord, une chose m’a un peu agacée. Je n’ai pas le moindre doute sur le fait que les Inuits, comme tous les peuples qui ne se plient pas à la sacro-sainte modernité et nécessité de produire et consommer toujours plus aient été exploités, maltraités, voire massacrés. De là à les présenter comme un peuple entièrement généreux, sans conflits, uniquement pervertis par les étrangers … ça ressemble beaucoup au mythe du bon sauvage, et j’aurais apprécié de voir, chez les Inuits comme ailleurs, des généreux, des fils de pute, des lâches, des courageux, des altruistes etc …

Ensuite, dans la première partie je trouve que les informations sur l’attitude des gouvernements canadiens et américains vis-à-vis de ces populations arrivent de façon artificielle, mal intégrée dans le récit, et j’ai l’impression parfois de lire un suite d’articles de fond, renseignés, intéressants, mais des articles, pas un roman qui m’emporterait.

Ensuite je trouve que le personnage principal manque de profondeur. Je n’ai pas vraiment compris pourquoi il dérive jusqu’à se retrouver en prison, ni ce qui va l’amener à partir vers le grand nord. Et comme je ne m’y suis pas attaché, il n’y a plus aucune tension dans son voyage : comme je ne vois pas ce qu’il cherche, je me fiche de savoir s’il va le trouver, et même sa survie, au final, m’importe assez peu.

Bref, je ne partage pas l’enthousiasme de mes camarades, et Grise fiord m’a laissé de glace.

Gilles Stassart / Grise Fiord, Rouergue/Noir (2019).