Archives du mot-clé Jo Nesbo

Plus de 500 pages de plaisir

On croyait que Jo Nesbo avait abandonné Harry Hole. Mais non, il revient dans La soif.

A14504_Nesbo_Lasoif.inddHarry Hole c’est rangé. Marié, tranquille, prof à l’école de police, il ne veut plus entendre parler de meurtre, de sang et de tueurs en série. Jusqu’à ce que le cadavre d’une jeune femme soit découvert. Elle a été saigné à mort, et porte des traces de dents à la gorge. Quand un second cadavre est trouvé, Harry, sollicité par Mikael Bellman, directeur de la police et son ancien ennemi intime, finit par accepter de participer à l’enquête.

Pour sauver des vies ? Ou pour reprendre l’enquête, la seule, qu’il n’a pu mener à son terme et arrêter enfin le seul meurtrier qui lui ait échappé ?

Tant qu’à un thriller de temps en temps, autant en lire un bon, voire un très bon. Comme La soif.

Tout le savoir faire de Jo Nesbo. Ses fausses pistes, sa façon de jouer avec le lecteur, de varier les rythmes … Même quand on le connait bien et qu’on se méfie on se fait encore avoir. Enfin moi je me fais avoir. Avec délice.

C’est vrai, certains de ses autres ouvrages avaient un peu plus de fond. Mais arriver à faire passer aussi vite plus de 500 pages, sans jamais donner l’impression qu’il y en ait une seule de trop, ce n’est pas à la portée de tout le monde.

Un pur plaisir.

Jo Nesbo / La soif (Tørst, 2017), Série Noire (2017), traduit du Norvégien par Céline Romand-Monnier.

Nesbo chez les sames

Après Du sang sur la glace, Jo Nesbo poursuit ses courts romans noirs avec Soleil de nuit.

nesboJon Hansen était employé par Le Pêcheur, le plus gros trafiquant de drogue d’Oslo, chargé de récupérer les dettes en souffrance. Puis il l’a doublé et a tenté de s’en sortir en gardant l’argent. Mais on ne double pas Le Pêcheur. C’est comme ça que Jon se retrouve dans l’extrême nord du pays, dans un bourg très religieux. Sans grand espoir, mais la vie est tenace et il espère survivre. Sauf qu’on n’échappe pas comme ça au Pêcheur.

C’est certain, ce n’est pas un Jo Nesbo qui a l’ambition et l’ampleur des meilleurs romans de la série Harry Hole. Est-ce que cela en fait pour autant un roman quelconque ? A mon avis non. Je me suis fait très plaisir tout au long de ses quelques deux cent pages.

L’écriture de Nesbo est toujours aussi efficace, son sens du suspense et du contrepied toujours aussi affuté, on sent qu’il s’amuse à faire frémir le lecteur, à l’induire en erreur. La construction de l’intrigue, avec sa double interrogation : « Comment Jon a-t-il doublé Le Pêcheur ? » et « comment va-t-il s’en sortir ? » est certes classique mais menée de main de maître. Et les personnages sont intéressants. On a donc une excellente histoire, fort bien contée.

Et un peu plus : J’ai beaucoup aimé cette incursion dans un grand Nord peu connu, un voyage en pays same, mais vu d’un autre point de vue que celui d’un Olivier Truc. Pas de rennes ici mais le poids de la religion, l’étouffement de vivre dans une toute petite communauté, le poids du regard des autres, surtout quand ces autres sont persuadés de la supériorité de leur morale religieuse.

Un roman certes moins impressionnant que les meilleurs Hole, mais néanmoins très recommandable.

Jo Nesbo / Soleil de nuit (Midnight sun, 2015), Série Noire (2016), traduit du norvégien par Céline Romand-Monnier.

Un excellent Nesbo sans Harry Hole

On ne sait pas si Jo Nesbo en a définitivement terminé avec Harry Hole. On peut par contre dire qu’avec Le fils il écrit, pour la première fois, un roman sans Harry qui s’élève au niveau des meilleurs opus de la série.

NesboSonny Lofthus est un prisonnier modèle de la très moderne prison de Staten. Jusqu’à quinze ans, sa vie coulait de source, il admirait son père policier et se préparait à suivre ses traces. Jusqu’à ce soir où en rentrant avec sa mère ils le découvrent mort. Il s’était suicidé, vaincu par la honte d’avoir été un policier ripoux qui renseignait le grand patron de la pègre d’Oslo.

Après cela, drogue, dépendance, et Sonny acceptait d’endosser la responsabilité d’un meurtre qu’il n’avait pas commis, en échange d’une cellule tranquille et de sa dose de came. Tout aurait pu continuer comme ça si un détenu n’était pas venu lui dire que son père n’était pas un ripoux, et qu’il avait été abattu avec la complicité de la vraie taupe.

Sonny va s’évader, et faire payer très cher tous ceux qui l’ont trahis … Dehors, un autre flic le comprend, Simon Kefas, qui sait que le père de Sonny n’était pas corrompu, c’était son meilleur ami.

Je pourrais vous raconter des salades, vous dire que j’ai apprécié la description d’Oslo, l’univers des junkies paumés, le coup de projecteur sur la corruption d’une société où la pègre la bourgeoisie qui tient la ville sont main dans la main, avec la complicité de la police. Ce n’est d’ailleurs pas faux.

Mais la vérité, c’est que j’ai pris un pied fou à me faire embarquer par ce sacré raconteur d’histoires. Que les pages tournent toutes seules. Qu’on adore les personnages. Qu’on se fait balader comme si on n’avait jamais lu le moindre polar.

Et pourtant, quoi de plus classique et cliché que l’histoire du gars mis en prison injustement qui s’échappe pour se venger. Depuis Dumas on en a lu des tonnes des histoires comme ça. Et pourtant là, on ne marche pas, on court. Un vrai plaisir de lecture, plus c’est noir, plus c’est surprenant, plus on lit, accro, le sourire aux lèvres.

Le pied je vous dis.

Jo Nesbo / Le fils (Sønnen, 2014), Série Noire (2015), traduit du norvégien par Hélène Hervieu.

Un bel hommage de Jo Nesbo

Jo Nesbo ne nous avait plus trop habitués à faire court, Du sang sur la glace est un tout petit format, tout juste 150 pages.

Nesbo-SangOlav est le tueur habituel de Daniel Hoffmann, qui est à la tête d’une bonne partie du trafic de drogue et de la prostitution d’Oslo. Non qu’Olav soit sanguinaire, mais il compte très mal et n’aime pas maltraiter les femmes, ce qui lui laisse peu de place dans l’organigramme … Et puis, dans son boulot, Olav est plutôt bon.

Jusqu’au jour où son boss lui demande d’aller tuer … sa propre femme qui le trompe. Olav tombe amoureux de sa future victime et tout bascule.

On ne va pas crier au génie, mais on a là quand même un très bel exercice de style : Tueur à gage, femme fatale, final … prévisible. On est dans l’hommage à Thompson, Goodis ou Williams.

Et l’hommage est très réussi. Tous les éléments attendus sont là dans un roman à la fois sans surprise et … original à sa façon. Original parce qu’on est à Oslo et pas à Memphis, New York ou los Angeles. Original parce que les failles d’Olav sont assez inédites. Original par le ton à l’humour noir subtil.

Sans en faire des tonnes, sans tomber ni dans la copie ni dans le pastiche Jo Nesbo réussit donc un parfait hommage aux grands maîtres.

Jo Nesbo / Du sang sous la glace (Blood on snow, 2015), Série Noire (2015), traduit du norvégien par Céline Romand-Monnier.

Nesbo, avec ou sans Harry ?

Yes, Jo Nesbo est de retour. Inutile de faire durer le suspense, vous le savez sans doute tous, Harry Hole, après Fantôme est … Toujours sec dans ses titres le norvégien, c’est Police.

NesboOslo. Un ancien policier est sauvagement assassiné sur les lieux d’un crime jamais élucidé. Il avait fait partie de l’équipe ayant échoué dans son enquête. Lorsqu’un second policier est tué dans des circonstances analogues, la police doit se rendre à l’évidence, un tueur a décidé de s’en prendre aux flics, en particulier à ceux qui n’ont pas élucidé les affaires sur lesquelles ils ont travaillé. D’habitude, ce genre d’affaire revenait à Harry Hole. Mais Harry n’est plus là pour les aider. Pendant ce temps, dans l’aile sécurisée d’un hôpital, un homme est dans le coma, étroitement surveillé. Certains attendent avec impatience qu’il se réveille pour parler. D’autres redoutent qu’il se réveille pour parler …

Alors, il est dans quel état Harry ? Je le dirai pas.

Alors qu’est-ce qui s’est passé à la fin de Fantôme ? Je le dirai pas non plus.

Alors merde, il va revenir, il est toujours vivant ? En forme ? Toujours rien, je serai muet comme une tombe.

Jamais peut-être Jo Nesbo n’avait maîtrisé à ce point le suspense, la façon de vous laisser avec un doute atroce à toutes les fins de chapitres. Attention, lecture déconseillée aux cardiaques. Oui, ça fait un peu procédé ou recette de cuisine. Oui, mal maîtrisé ça aurait pu énerver, agacer, voire carrément gonfler.

Sauf que Jo Nesbo est un maître cuisinier et qu’il assaisonne à la perfection les recettes les plus connues, battues et rabattues. Et je ne sais pas vous, mais moi j’ai marché comme un seul homme. Comme un couillon, à tous les coups. Et puis on sent qu’il s’est fait tellement plaisir à jouer avec nos nerfs, que ce serait gâcher de ne pas prendre plaisir nous aussi.

Comme quoi, le thriller quand c’est bien fait, c’est pas mal aussi. Et là, cela relève de l’horlogerie suisse, du grand artisanat, voire du grand art. Jouissif.

Jo Nesbo / Police (Politi, 2013), Série Noire (2014), traduit du norvégien par Alain Gnaedig.

Les fantômes de Harry Hole

Jo Nesbo est un grand, un très grand. Et Harry Hole est son prophète. Il revient, plus déterminé et plus déglingué que jamais dans Fantôme.

NesboA la fin du volume précédent, Harry Hole un peu plus marqué, était retourné se terrer à Hong-Kong. Rien ne semblait pouvoir le tirer de sa retraite. Le voici pourtant de retour à Oslo. Oleg, le fils de Rakel son grand amour, a été mis en prison, accusé du meurtre d’un dealer. Une accusation à laquelle Harry ne peut pas croire. Après trois ans d’absence il trouve une ville changée, et pourtant égale à elle même. L’héroïne semble avoir été remplacée par une drogue de synthèse, la majorité des gangs de trafiquants ont été anéantis, sauf un, celui de Dubaï, un russe fantomatique que personne n’a vu. Un trafiquant discret, efficace et impitoyable qui semble avoir de très bonnes protections politiques et policières. Et c’est dans cette fourmilière là qu’Harry va donner un coup de pied, sans filet puisqu’il n’est plus rien dans cette ville, sinon le cauchemar de pas mal de flics et de truands.

Pour aller voir derrière la façade de la social démocratie scandinave il y a la façon … scandinave, avec des héros flics à tendance dépressive, respectueux de l’ordre, de la hiérarchie et de la procédure. Cela peut donner de très bons résultats, comme chez Mankell ou Indridason. Des résultats plus ennuyeux chez d’autres que je ne citerai pas … Et puis il y a la façon hard boiled, style yanqui, et là c’est Harry Hole et Jo Nesbo.

Et une fois de plus c’est sacrément, bon, ça déménage et on en prend plein les mirettes. Corruption à tous les étages, castagne, coups de théâtre à répétition, surprises de taille … Je me suis fait mener par le bout du nez du début à la fin. Et quelle putain de fin !

Bref encore un grand, grand thriller signé Jo Nesbo (comme quoi il y a de bons thrillers), un immense personnage, du grand art. Quand j’y pense, je me rends compte que la série Harry Hole est une des rares à n’avoir aucun épisode un peu faiblard, et une des rares à réussir à maintenir un fil conducteur, d’un épisode à l’autre. Vraiment du grand art.

Jo Nesbo / Fantôme (Gjenferd, 2011), Série Noire (2013), traduit du norvégien par Paul Dott.

Harry Hole, le retour.

Ca y est, je suis allé au bout, 760 pages. On a attendu, attendu le retour de Harry Hole, on désespérait presque, mais ça valait le coup d’attendre. Juste un conseil, avant d’attaquer Le léopard, le dernier Jo Nesbo, faites un peu de muscu (la bête est lourde), et prévoyez de pouvoir être tranquilles pendant quelques jours …

Deux femmes ont été retrouvées, mortes. Tuées par le même assassin selon toute vraisemblance. Et rien ne semble les relier. La police norvégienne rame et décide d’aller chercher son seul spécialiste en serial killer où il se terre, à Hong Kong. C’est là qu’Harry Hole est allé se cacher après l’affaire du Bonhomme de neige.

Kaja Solness de la brigade criminelle d’Oslo le retrouve et arrive à le convaincre de rentrer, un peu parce qu’elle est très belle, beaucoup parce qu’elle lui annonce que son père est mourant et désire le voir. Harry revient donc, et la traque commence.

Une traque longue et difficile, d’autant plus qu’il se retrouve au beau milieu d’une guerre entre différents services, et sur le chemin d’un policier ambitieux, aimé des politiques et de la presse, qui compte bien devenir le grand patron, à tout prix ; une sorte de réincarnation du glaçant Tom Waaler de L’étoile du diable

Plus de sept cent cinquante pages, et pas un instant de trop, pas une seconde d’ennui. D’emblée Jo Nesbo prend le lecteur aux tripes pour ne jamais le lâcher. Pourtant, superficiellement, qu’y a-t-il d’original dans ce thriller ? Un tueur sadique, un flic électron libre aux prises avec ses propres démons, des faux coupables, des fausses pistes, des morts atroces … De nombreux auteurs s’essaient à l’exercice, croyant que les ingrédients « obligatoires » suffisent à faire le succès du roman.

Alors pourquoi Le léopard est-il exceptionnel ? En premier lieu parce qu’ici les péripéties, les coups de théâtre sont réglés au millimètre, et qu’on se fait avoir à tous les coups ; parce que le suspense est multiple, entre la traque, la guerre entre les flics, les trahisons multiples, les révélations distillées avec une maîtrise incroyable. Jo Nesbo est maître dans l’art de nous montrer une scène, sans en nommer les personnages, et de nous laisser ensuite dans une douloureuse incertitude … Qui est mort ? Qui est l’assassin ? Un procédé casse-gueule, uniquement possible en littérature (impossible au cinéma), mais imparable quand il est bien mené.

Ensuite il y a Harry Hole, un personnage exceptionnel, une gueule cassée comme les lecteurs de polar les adorent, que l’on connaît maintenant depuis quelques années, dont l’auteur exploite à merveille les failles et le passé. Avec lui on aime voir les ambitieux, les prêts à tout, les pourris à l’apparence bien lisse, bien propre, en prendre plein le museau. C’est peut-être facile, mais ça fait du bien. Et puis l’émotion passe à tous les coups : sentiments complexes face à la fin de vie de son père, nostalgie des amitiés de jeunesse, amour perdu, et toujours cette peur d’entraîner ses proches dans sa chute inéluctable.

Condition sine qua non, les méchants aussi sont réussis. Flics, tueur … et je n’en dit pas plus. Des méchants aussi bien construits que les personnages principaux. Et qui font peur. On tremble avec les personnages, et on sait qu’ils risquent lourd, Nesbo n’ayant pas pour habitude de les ménager.

Et puis surtout, il y a cette alchimie de l’écriture qui fait que Jo Nesbo est grand là où d’autres ne sont que des imitateurs plus ou moins doués. Une alchimie que je ne saurais définir, mais qui fait que, le lecteur tourne les pages, tourne, tourne, et, passé un certain point, ne peut plus s’arrêter jusqu’à la fin. Pour se désoler ensuite parce que c’est terminé.

Pour compléter, cette interview de l’auteur où il révèle que son roman qui lui tient le plus à cœur est Rouge-Gorge. Il se trouve que dans une série de très très grande qualité, c’est aussi celui que je préfère.

Jo Nesbo / Le léopard (Panserhjerte, 2009), Série Noire (2011), traduit du norvégien par Alex Fouillet.