Archives du mot-clé Las Vegas

Riposte

Une très belle découverte de ce début d’année chez Harper Collins, Riposte de David Albertyn.

AlbertynLas Vegas, cela commence à 12h00 et se termine à 12h00 le lendemain. Antoine Deco, le challenger, va affronter dans le soirée le favori Kolya Konytsin, pour le combat de sa vie. Tyron, 32 ans, vient de terminer sa carrière militaire, il a réussi à rentrer vivant d’Irak, est hanté par les hommes qu’il a tué, et ceux qu’il n’a pu sauver. Keenan était flic. Il a tué un gamin noir, a été jugé mais pas condamné, il vient de rentrer dans les services de sécurité du Reef, le casino qui organise le combat ce soir. Naomi a rêvé de faire une carrière de basketteuse professionnelle, elle est maintenant coach.

Il y a longtemps, Antoine, le latino, Tyron et Naomi, métis et Keenan l’irlandais étaient inséparables, dans la vie et dans le sport. Ces 24 heures vont changer leurs vies à jamais, comme cela avait déjà été le cas bien des années auparavant quand Antoine, puis Tyron s’étaient retrouvés orphelins.

Que c’est bon ! Un vrai bon polar, qui revisite tous les « clichés », les grands classiques, et qui le fait avec classe, efficacité, rythme. Le pied.

Parce qu’on a tout : le boxeur qui va disputer le match de sa vie (avec de magnifiques chapitres sur le combat), l’ancien soldat de retour d’Irak, les flics ripoux, Las Vegas, le flic en quête de rédemption, les rapports père/fils, les racines de l’action qui plongent dans le passé … Tout je vous dit. Et tout en quelques 200 pages et 24h.

Paris tenu, superbe montage, timing serré, tension superbement gérée avec un vrai sens du découpage, avec des montées terribles pendant lesquelles vous ne pouvez relâcher le bouquin, personnages qui dépassent les clichés qu’ils incarnent, évocation du fond social et historique.

Tout ça en si peu de pages, de temps et de lieux. Chapeau l’artiste, une réussite enthousiasmante. Et un auteur à suivre, assurément.

David Albertyn / Riposte, (Undercard, 2019), Harper Collins/Noir (2020) traduit de l’anglais (Canada) par Karine Lalechère.

Histoire de mafia.

J’avais besoin d’une petite récréation, et jusqu’à présent j’ai bien aimé le ton décalé des bouquins publiés par Super 8 que j’ai eu dans les mains. Gangsterland de l’américain Tod Goldberg ne fait pas exception.

GoldbergSal Cupertine est tueur pour la mafia de Chicago. Un tueur efficace et discret. Jusqu’au jour où il descend 3 agents du FBI et un indic. Le boss du coin décide alors de l’exfiltrer et l’envoie à Las Vegas. Quelques opérations plus tard, totalement changé, Sal est devenu David Cohen, rabbin de la synagogue de la ville. Tout en apprenant son nouveau rôle, il se demande pourquoi ses chefs l’ont ainsi sauvé, et surtout quelle sera la contrepartie. Il ne tardera pas à le savoir, et à découvrir bien d’autres choses.

Pendant ce temps, le chef des trois agents abattus à juré de retrouver Sal et, depuis Chicago, la traque commence.

Comment faire du neuf avec du vieux ? Voilà ce que réussit très bien Tod Goldberg. On part d’un roman classique sur la mafia et les déboires d’un tueur devenu gênant ; ça c’est le vieux. Et on en fait du neuf en faisant découvrir à ce tueur un certain sens à l’existence de la façon la plus inattendue et à l’endroit le plus incongru qui soient : devenir rabbin, aider une communauté … à Las Vegas.

Je ne vais pas non plus vous dire que c’est le roman de l’année et qu’il faut le lire absolument. Mais si vous cherchez une bonne histoire, bien racontée, avec de jolies surprises et des moments où on sourit. Si vous voulez passer un bon moment de lecture qui ne vous déprime pas trop et vous laisse détendu et content, alors vous pouvez lire Gangsterland.

Tod Goldberg / Gangsterland (Gangsterland, 2014), Super 8 (2016), traduit de l’anglais (USA) par Zigor.