Archives du mot-clé Lucius Shepard

Les attracteurs de Rose Street

Cela faisait un moment que je n’étais pas allé voir du côté de la très belle collection Une heure lumière du Bélial. Petit détour fantastique par Londres avec Les attracteurs de Rose Street de Lucius Shepard.

ShepardLondres, XIX°. La ville est noire de crasse et de pollution, le système de classes implacable. Samuel Prothero, aliéniste, essaie de se faire une place en fréquentant le très sélect Club des Inventeurs. C’est là qu’il rencontre un étrange personnage, Jeffrey Richmond, visiblement riche, sans doute génial, mais tenu à l’écart par les autres membres du club. Il faut dire qu’il habite le quartier de Saint Nichol, quartier mal famé de sinistre réputation.

Comme les autres, Samuel l’évite, jusqu’à ce soir, où Jeffrey vient le voir, et lui propose une forte somme d’argent pour venir voir ce qu’il se passe chez lui. Jeffrey a créé des attracteurs de pollution, capables de nettoyer l’air de la suie, mais un de ses attracteurs semblent avoir capturé bien autre chose …

Décidément L’heure lumière est une bien belle collection. Des couvertures magnifiques, un beau travail d’édition, et des novellas variées mais, pour ce que j’en ai lu jusqu’à présent, toujours de beaux textes.

Les attracteurs de Rose Street ne fait pas exception. L’auteur joue admirablement avec le genre, du bon fantastique londonien, dans une atmosphère industrielle où l’on ressent la crasse, la suie, la misère, la nuit, l’exploitation des plus faibles … Et un élément de fantastique que je ne révèlerai pas pour vous laisser le plaisir de la découverte.

L’auteur fait monter la tension jusqu’à un dénouement parfaitement maîtrisé où folie, histoire d’amour et fantastique mènent une danse à la fois très référencée et originale.

Lucius Shepard / Les attracteurs de Rose Street (Rose Street attractors, 2011), Le Bélial/Une heure lumière (2019), traduit du l’anglais (USA) par Jean-Daniel Brèque.

Un dragon qui défie les siècles

L’été c’est SF et fantasy … Généralement en suivant les conseils de l’incontournable Cathie Martin de Bédéciné. Voici donc Le dragon Griaule de Lucius Shepard.

ShepardImmense, hors norme, mystique … Le dragon Griaule s’étend sur plusieurs kilomètres. Dans les temps anciens, un mage l’a vaincu sans arriver à le tuer entièrement. Depuis il végète, influençant ceux qui vivent dans son voisinage, flétrissant tout autour, corrompant tout. Des hommes essaieront encore de le tuer ou de l’exploiter, sans savoir que c’est lui qui les manipule. Six novelas retracent ici son influence entre le milieu du XIX° siècle et la fin du XX°.

Pour ceux qui douteraient encore qu’il existe une fantazy pour adultes …

On se fait prendre à ce recueil de textes comme les hommes se font prendre dans l’influence du dragon : plus on avance, plus on est englué, moins on peut lâcher le bouquin. Sa poétique, sa finesse, sa puissance se révèlent peu à peu, au fil des pages.

J’avoue avoir eu un peu de mal à rentrer dans le texte, mais je me suis ensuite complètement fait prendre. Manipulation, tromperie, vol, mensonge … le fait des hommes ou l’influence du dragon ? Si parfois le bestiau est directement impliqué, il est aussi à d’autres moments une excellente excuse. Et c’est cette ambiguïté qui fait un des intérêts de ce recueil.

Auquel il faut ajouter beaucoup de choses : Un style qui sait se faire lyrique ou inquiétant, poétique ou très terre à terre. Une maîtrise de tous styles de récits : récit historique, conte, procédural (avec même une belle novela dans le style des polars de tribunaux typiques des maîtres américains), policier avec ce qu’il faut de fausses pistes ou plus directement politique. Et tous parfaitement maîtrisés et menés.

Le dragon, symbole de la malignité des hommes est le liant, le fil directeur de ce recueil qui s’étale sur un siècle et demi et montre que, si les circonstances et les environnements changent, les comportements humains n’évoluent guère. Et pour ceux qui auraient des questions sur la portée politique et sociale du texte, une petite postface fort intéressante de l’auteur met les pendules à l’heure.

Une très belle découverte … Pour moi.

Lucius Shepard / Le dragon Griaule (The dragon Griaule, 1984-2011), J’ai Lu / Fantasy (2013), traduit de l’américain par Jean-Daniel Brèque.