Archives du mot-clé Pierric Guittaut

L’heure du loup

De Pierric Guittaut j’avais beaucoup aimé D’ombres et de flammes. On retrouve son gendarme un peu sorcier dans L’heure du loup.

La major Fabrice Remangeon, n’a pas la vie facile. Tiraillé entre son épouse et sa maîtresse, craint mais pas aimé dans la région, en butte à l’hostilité d’une partie des gendarmes de sa brigade. Quand des bucherons trouvent en forêt le cadavre à moitié dévoré d’une gamine de 14 ans, la région rentre en ébullition. Est-ce l’œuvre des loups de retour en Sologne ? On les a entendus dans la forêt, et écolos et paysans s’affrontent, ici comme ailleurs.

Un affrontement qui se cristallise quand la préfecture ordonne une battue, alors que Remangeon se demande quelle sorte de prédateur a vraiment tué la petite.

Comme quoi pas besoin d’aller forcément dans l’ouest américain pour écrire un polar, non pas rural, mais sauvage. Car c’est bien la forêt qui est un des personnages principaux de ce polar bien sombre. Un polar d’atmosphère, d’arbres et de taillis parfois inquiétants, de nature qui rappelle que, même en France, parfois, elle n’est pas toujours domestiquée.

Ne cherchez pas de chevaliers blancs, il n’y en a pas, ne cherchez pas de certitude, il n’y en a pas non plus. Remangeon n’est pas un « héros », les personnages qu’ils croise ne sont pas toujours aussi simples qu’il n’y parait, et le lecteur se plante, comme l’enquêteur. Quant à l’intrigue, si c’est cela qui vous intéresse dans un polar, vous pouvez passer votre chemin, ce n’est que le prétexte à décrire une région et certains de ses habitants.

Du bon polar des grands espaces au cœur de la France.

Pierric Guittaut / L’heure du loup, Les arènes/Equinox (2021).

Un polar en Sologne

J’avais raté le premier roman de Pierric Guittaut paru à la série noire, je ne comptais pas rater le second : D’ombres et de flammes.

guittautSuite à une bavure, le major de gendarmerie Fabrice Remangeon est muté dans l’endroit de France qu’il fuit depuis des années : sa Sologne natale. Là-bas, il est certes gendarme, mais il est surtout le fils du sorcier, celui qui a hérité de son sang et de ses pouvoirs. C’est aussi là-bas que son épouse Elise a disparu dix ans plus tôt. Dix ans de souffrance.

Dès son arrivée il est appelé sur une chasse privée : trois cerfs et biches ont été braconnés, une clôture arrachée. Le propriétaire, avec sa morgue de notable prend les gendarmes de haut. Tout ce qu’il voulait fuir. Puis il est confronté à Tristan Lerouge, braconnier connu, à la réputation de sorcier lui aussi, dont la femme, très discrète, ressemble tant à Elise …

Contre lui-même, contre Lerouge, contre ceux qui veulent qu’il reprenne l’héritage du sang paternel … La vie de Remangeon devient une lutte de tous les instants.

Quand on découvre un nouvel auteur, on ne peut s’empêcher de le comparer à d’autres que l’on connaît déjà, même si cela n’est pas forcément pertinent. Et là, l’auteur qui m’est immédiatement venue à l’esprit, c’est l’irlandais John Connolly.

Comme lui, Pierric Guittaut excelle dans la description de la nature brumeuse, des fantômes qui se cachent derrière les arbres, des silhouettes qui s’estompent dans la brume. Comme lui il dose parfaitement le côté fantastique, touche de couleur, épice inattendue qui rehausse le récit sans qu’il ne cède jamais à la facilité de résoudre une situation grâce à un prétendu pouvoir.

La forêt est un personnage à part entière du roman, tour à tour inquiétante, magnifique, intimidante ou familière. Et face à cette nature, et à des gens qui vivent en partie dans le passé, Fabrice Remangeon, (comme le Charlie Parker de Connolly), résiste longtemps à reconnaître sa nature, son sang, son héritage, avant, petit à petit, d’accepter l’inacceptable.

Un très beau roman, très dense. Un roman sur la douleur, sur la folie, un roman d’amour, un roman sur l’héritage, sur la solitude, sur le courage … Un roman tout en oppositions, entre deux hommes, entre des forces éternelles et immuables et le monde qui change, entre l’amour et la folie …

Et aussi et avant tout, une belle histoire, magnifiquement racontée, avec ses moments lyriques, ses accélérations, ses contemplations, ses plongées dans les doutes et les rêves des personnages, ses moments sombres et ses éclairs de lumière. La découverte d’une écriture et d’un monde littéraire qui sortent de l’ordinaire et méritent vraiment qu’on les découvre.

Si, comme Charlie Parker, Fabrice Remangeon devenait un personnage récurrent, j’en serais le premier enchanté.

Pierric Guittaut / D’ombres et de flammes, Série Noire (2016).