Archives du mot-clé Spider Jerusalem

Transmetropolitan, c’est fini.

Et voilà, ce coup-ci c’est l’affrontement final entre Spider Jerusalem et le Sourire, dans Transmetropolitan année 5 de Warren Ellis et Darick Robertson.

transmetropolitan-tome-5Ceux qui suivent ce blog en général et les aventures de Spider Jerusalem en particulier savent donc qu’on arrive à la fin : Spider Jerusalem est malade, condamné à assez court terme, le Président a réussi à le faire virer de son journal et à détruire toutes ses archives et il s’apprête à l’achever. Sauf que la bête à de la ressource et la vie dure. Et qu’il faut se méfier d’une bête blessée.

Le duel final a donc bien lieu, il est violent, trash, sanglant. Tous les coups sont permis (des deux côtés) et on ne s’arrêtera pas au premier sang.

Quel final ! Quand on suit la série, on ne peut s’empêcher, par moment, de craindre que la tension ne retombe, ou que le final ne soit pas à la hauteur des promesses. Crainte totalement injustifiée ! Ce cinquième et dernier volume monte encore en puissance, en violence, en humour et en rage. Un véritable feu d’artifice, une énergie hallucinante, une explosion de bruit, de fureur, de sons et de couleurs.

On en prend plein les yeux, plein les neurones, et on ne peut que regretter que ça se termine déjà tout en reconnaissant que l’histoire est bien bouclée, cohérente, et que la poursuivre ne pourrait que l’affaiblir.

Si je n’ai qu’un conseil à vous donner c’est celui-ci : Noël approche, vous allez recevoir ou faire des cadeaux, ces cinq années de Transmetropolitan font un magnifique cadeau ! Evitez quand même les âmes un peu trop sensibles ou trop attachées au politiquement correct et au langage châtié.

Pour les autres, cette série rentre sans le moindre doute dans mon panthéon des BD à avoir dans sa bibliothèque. Aux côtés de Maus, Sandman, Corto Maltese, V pour Vendetta, Blast et une petite poignée d’autres.

Warren Ellis (scénario) et Darick Robertson (dessin) / Transmetropolitan année 5 (The cure, One more time, I hate it here et Filth of the city 2000, 2001, 2002 et 2015), Vertigo/Urban Comics (2015), traduit de l’anglais par Jérémy Manesse.

Spider Jerusalem revient

Remercierai-je un jour assez celui ou celle qui m’a signalé la série Transmetropolitan de Warren Ellis et Darick Robertson ? Non. Même ainsi qu’il ou qu’elle soit assuré(e) de ma gratitude éternelle. Tout ça pour dire que le volume 4 qui reprend cette œuvre géniale est sorti et qu’il déménage.

Ellis TransA la fin de l’année 3, si vous avez tout suivi, Spider Jerusalem, le journaliste allumé, grossier, inconscient et incorruptible c’est fait virer de son journal et de chez lui. Sa guerre contre le nouveau Président (Le Sourire) prend une tournure de plus en plus violente. Le voilà maintenant à la rue (enfin pas tout à fait, car il a des ressources) avec ses deux sordides assistantes. Et lui parti, la présidence contrôle entièrement tous les media.

Croit contrôler tous les media. Parce que Spider trouve le moyen de publier quand même et de révéler les manœuvres les plus pourries du Sourire. La guerre continue donc, de plus en plus violente et crade. Avec une deadline terrible : Spider est malade, et il ne lui reste peut-être plus très longtemps à vivre.

C’est toujours grandiose, teigneux, méchant, drôle, impitoyable et intelligent. Ce quatrième recueil se singularise par ailleurs par sa tonalité plus sombre (si, c’est possible !), plus angoissante avec l’arrivée de la maladie de Spider, et un récit encore plus près de ceux qui souffrent. Les cases consacrés aux malades lâchés dans la rue faute de place dans les institutions psychiatriques sont particulièrement poignantes, tant les deux auteurs arrivent à rendre leurs souffrances sans jamais tomber dans les pleurnicheries (c’est vraiment pas le genre de la maison !)

La rage devant l’impunité des puissants (ici symbolisés par Le Sourire) et la servilité des media vous prend aux tripes, et on en vient à espérer que Spider et ses sordides assistantes se mettent à défourailler à tout va pour se défouler et faire sauter quelques dents et jaillir quelques tripes.

La suite de la bataille promet des moments d’anthologie et pour vous donner une idée de la tonalité du bousin, à son assistante qui lui rappelle qu’il ne lui reste, plus ou moins, qu’une année à vivre, Spider répond : « On a donc une deadline. Les deadlines, on connaît. »

Pas d’auto-apitoiement ici. Tant qu’il y aura des BD comme V pour vendetta ou Transmetropolitan les ₰µµ !!!§§§ qui nous gouvernent avec la complicité baveuses de tous les grands media n’auront pas tout gagné.

Ellis Trans 01

Warren Ellis (scénario) et Darick Robertson (dessin) / Transmetropolitan année 4 (Spider’s trash et Dirge 2000, 2001 et 2005), Vertigo/Urban Comics (2015), traduit de l’anglais par Jérémy Manesse.

Transmetropolitan année 3

Les rééditions de Transmetropolitan, que j’avais découvert grâce aux conseils de certains habitués, continue. Revoici donc le journaliste allumé de Warren Ellis et Darick Robertson de retour dans Transmetropolitan année 3.

Transmetropolitan3Si vous suivez ce blog depuis quelques temps vous connaissez déjà Spider Jerusalem, le journaliste infect amoureux de la Vérité. Spider vit dans le luxe parce que ses articles rapportent beaucoup d’argent au journal. Sinon il est infect, violent, drogué jusqu’à la moelle, misogyne, misanthrope, tordu … Un amour. Mais, mais, il est d’une intégrité totale : Rien ne peut le détourner de la recherche de la Vérité, rien ni personne ne lui fait peur, ni le nouveau Président, encore plus pourri que le précédent, ni les services secrets, ni la police. Quand il décide, avec ses deux « sordides assistantes » de tout dire sur le Sourire, le nouveau Président la guerre est déclarée, et des deux côtés tous les moyens seront bons et il n’y aura pas de prisonniers.

Putain que c’est bon  et jouissifs ! C’est grossier, outrancier, violent, parfois sinistre, scato … Ça pète de partout, ça hurle, ça éructe, le sang gicle, les molaires volent … et c’est bon ! Quelle énergie, quelle vitalité, c’est frénétique … Et c’est intelligent, parfois touchant, très souvent drôle (d’un humour certes très noir).

Bref le pied complet. Et si la réussite est si complète c’est que le dessin sait à merveille épouser la frénésie, l’hyperactivité tout en respectant les rares moments de calme, d’empathie et même, n’ayons pas peur des mots, de poésie.

Warren Ellis (scénario) et Darick Robertson (dessin) / Transmetropolitan année 3 (Lonely city et Gouge away, 1999 et 2000), Vertigo/Urban Comics (2015), traduit de l’anglais par Jérémy Manesse.

Transmetropolitan, épisode 2

J’annonçais il y a peu, qu’un bonheur n’arrive jamais seul et voici donc l’année deux du jubilatoire Transmetropolitan de Warren Ellis et Darick Roberston.

transmetro 03Cette fois c’est du sérieux. Plus question de glandouiller à couvrir les conventions des nouvelles religions ou l’instrumentalisation politique et économique des nouvelles modes. Là, on rentre dans le dur comme on dit. Ce sont les élections aux US. Avec les primaires, le fric, les conventions, les trahisons et toutes les saloperies permises. Bien entendu, Spider Jerusalem ne peut pas encaisser le Président en exercice qu’il a surnommé La Bête, mais Le Sourire, son challenger, vaut-il mieux ? Ce qui est certain, c’est que ça va saigner.

Damned, l’année 1 c’était déjà bon, mais là, avec cette plongée dans le monde de la politique américaine vu par Ellis c’est encore meilleur ! Quelle putain d’énergie, quel patate, quelle méchanceté ! Certes les grincheux vont me dire que c’est exagéré, outré, outrancier même. Mais l’est-ce vraiment tant que ça ? Et pour dénoncer la corruption de tout un système que vaut-il mieux faire ? Ecrire de articles sérieux, documentés et politiquement corrects ou se lâcher, ne rien s’interdire et emporter tout dans un tourbillon de mauvais goût assumé ? Chacun choisira ce qu’il préfère, moi je vote Spider Jerusalem !

Warren Ellis (scénario) et Darick Robertson / Transmetropolitan (année 2) (Transmetropolitan, 1998 à 2000), Vertigo/Urban Comics (2014), traduit de l’anglais par Jérémie Manesse.

Transmetropolitan

Que mes lecteurs soient remerciés, que leur descendance soit bénie jusqu’à la 5° génération ! Grace à vous, géniaux lecteurs, j’ai découvert Transmetropolitan du génial scénariste Warren Ellis. Quel pied, mais quel pied ! Encore mille fois merci.

transmetro 01Spider Jerusalem vit en ermite depuis cinq ans, quand il est obligé de reprendre du collier, lui le journaliste le plus suivi, craint et haï de la ville. Le revoilà donc sur le sentier de la guerre, à la recherche, coute que coute, de la Vérité. Et gare à tous ceux qui se mettraient en travers de son chemin, politiques, religieux, pourris de toutes sortes. Ne pensez pourtant pas qu’il a de la pitié pour les victimes. Pour lui les victimes sont des moutons bêlants qui méritent leur sort. Alors attention les oreilles, ça va saigner.

« A ouais ? ah ouais ? Mais viens ! Viens ! T’aurais mieux fait de sécher sur les cuisses de ta mère » Ca c’est quand Spider est poli et de bonne humeur. Quel pied ! C’est fou furieux, complètement barré, anti politiquement correct, grossier, ordurier et ça dégage une énergie absolument démente.

Le dessin est à la hauteur de ces courtes histoires aussi survoltées que le « héros », débordant de bruit, de couleur et de fureur. Ca gueule, ça gicle, ça saigne, ça castagne et sa éructe. Wouaw !

Un autre petit extrait pour voir un peu ce que Spider pense des religions de tous poils qui éclosent dans la ville comme les œufs de tortues sur les plages de Guyane :

« Ouais ? Je qualifie ta « foi » de merde ? Ce type a besoin d’aide médicale s’il ne peut pas s’en sortir dans la vie sans croire à un truc invisible. » « Des putains de vampires qui sucez la volonté des gens dont le seul crime est d’être fatigués et d’avoir peur ! »

transmetro 02Voilà, sachez qu’il pousse le bon goût jusqu’à avoir un flingue qui vous file une chiasse de compétition, qu’il aime bien son assistante fort gironde (mais ne la ménage pas pour autant) et qu’il est en guerre contre le Président, entre autres.

Bref un vrai délice, et comme un bonheur n’arrive pas seul, au dos ils annoncent l’année 2, donc la suite pour ce mois-ci. Ouais !!!

Warren Ellis (scénario) et Darick Robertson / Transmetropolitan (année 1) (Transmetropolitan, 2009 pour le recueil), Vertigo/Urban Comics (2014), traduit de l’anglais par Jérémie Manesse.