Archives du mot-clé Toulouse

TPS saison 8 c’est fini.

Pour des raisons qui n’ont rien à voir avec le festival j’étais un peu moins présent sur place cette année mais … Mais j’y étais quand même un peu.

Rencontre le jeudi dans la magnifique médiathèque de Montauban, avec des lecteurs qui semblaient fort pointus sur le polar italien (j’ai vu beaucoup de hochement de têtes) et surtout découverte d’un homme derrière un auteur Sandro Bonvissuto, romain jusqu’au bout des ongles, charmeur, passionnant, conteur, capable en quelques gestes de faire sentir en VO la différence entre le dialecte romain et l’italien académique, et je ne parle pas de ses variations sur le Vaffanculo ! Je pense qu’aucune des personnes présentes ne l’oubliera.

Vendredi, à Ombres Blanches, rencontre très émouvante avec Xiaolong Qiu à propos de son roman le plus personnel, Il était une fois l’inspecteur Chen. Un grand moment de sincérité, d’émotion, d’histoire et d’humour avec un grand monsieur. Qui a éclairé toute son œuvre.

Samedi, très peu présent, j’ai quand même eu la chance d’assister (pour traduire Victor) à une rencontre de haut vol entre Dominique Manotti, Hervé le Corre et Victor del Arbol, magistralement menée par l’ami Yan, magistralement car il a laissé la parole aux auteurs, se contentant de relancer au besoin (c’est à dire pas souvent). Je déteste les animateurs de débats qui parlent plus que leurs invités et en profitent pour étaler péniblement leur « science », là on était à l’opposé, les trois auteurs une fois lancés n’avaient plus besoin de personne, et c’est très bien comme ça. Un vrai régal, les raisons d’écrire, les espoirs et désespoirs des uns et des autres, ils ont parlé d’Histoire et d’histoires, de mythes, de politiques, de littérature, de mensonges et de silences. Fallait vraiment y être.

Samedi, j’ai raté tout le reste …

Dimanche deux tartes à la crème, c’est à dire de débats qui peuvent se transformer en catastrophes, ou en vrais plaisirs, selon la confection de la tarte et de la crème !

Le matin, le polar rural avec Anne Bourrel, Franck Bouysse, Patrick Delperdange et Benoît Minville. Et devinez quoi ? Tarte à la crème parfaite ! Une pâte croustillante, une crème moelleuse comme il faut, pas trop sucrée. Des peurs, de la colère, de l’empathie, une réflexion sur l’écriture, sur ce que chacun veut faire passer, sur les références … Du bonheur.

L’après-midi, deuxième tarte … Le polar et la ville ! Barcelone d’Aro Sainz de la Masa, Santiago du Chili de Boris Quercia et Lagos de Leye Adenle. On a un peu moins entendu parler de littérature, mais on a appris beaucoup de choses sur ces trois villes, on a compris le titre du dernier Quercia (Tant de chiens), vu l’envers du décor barcelonais, touché du doigt l’immensité, la diversité de Lagos …

Dernière table ronde, succès assuré, salle pleine, avec Rosa Montero et Carlos Salem. Est-il nécessaire de dire que ce fut un feu d’artifice ? Le sujet, là aussi était bateau (comme tous les sujets de table ronde), sur le mélange des genres. Me croirez-vous si je vous dis qu’ils ont réussi à parler dans la même heure de la Bible, de la mythologie au service du stockage des déchets nucléaires, de la télé poubelle, de l’amour et du désir, de Richard Gere et de tango, d’Opus Dei et de d’Ursula K. Le Guin … Et de tant d’autres choses ? Vous me croirez forcément si vous avez lu Rosa Montero et Carlos Salem et vous regretterez de ne pas avoir été là, et vous aurez raison !

Sinon, la bière était bonne, les copains étaient là, c’était trop court, on est vannés, bon retour à tous et vivement l’an prochain !

 

Toulouse Polars du Sud, huitième.

Comme je l’écrivais récemment, la grande semaine de Toulouse Polars du Sud arrive. Vous avez toutes les infos sur le site.

Je serai présent une partie du temps, et pas seulement à Toulouse.

Jeudi 6 octobre à Montauban à 18h00, à la médiathèque avec Sandro Bonvissuto, on parlera du polar italien en général, et de son livre en particulier.

Vendredi 7, à 16h30 rencontre avec Qiu Xiaolong à Ombres Blanches, et pour les amateurs de très bonne BD, Altarriba, Kim et Keko seront à la librairie Ellipse.

Sinon, allez voir le programme vous verrez qu’il sera facile de croiser Carlos Salem, Victor del Arbol, Boris Quercia, Arni Thorarinsson, Dominique Manotti etc … toute la semaine.

Le week-end ils seront tous à la librairie de la Renaissance, vous y êtes attendus nombreux pour, entre autres,

Une table ronde le samedi à 10h00 avec Dominique Manotti, Hervé Le Corre et Victor del Arbol.

Un entretien samedi à 14h30 avec Donald Ray Pollock

Une table ronde le dimanche à 10h30 avec Franck Bouysse, Benoît Minville, Patrick Delperdange et Anne Bourrel

Une table ronde le dimanche à 14h00 avec Leye Adenle, Boris Quercia et Aro Sainz de la Masa

Et une conclusion le dimanche à 16h30 avec Carlos Salem et Rosa Montero

Plus tout le reste, allez donc sur le site voir le programme complet.

 

A noter qu’on peut se poser des questions sur la cohérence politique et littéraire d’un joli télescopage … Je ne veux pas polémiquer, c’est pas mon genre, mais le mercredi 5 octobre, à la librairie Privat, la rencontre avec Marin Ledun prévue à 17h45 sera précédée par une rencontre avec … Devinez qui ? Qui va bien en termes de message et de valeurs avec Marin ?

Vous ne devinez pas ?

Sarko ! En personne. Auront-ils un public en commun ? Les flics venus pour assurer le service d’ordre du premier resteront-ils pour le second ? Moi j’y serai pas, mais j’espère que vous me raconterez …

 

Que ne peut-on faire à Guy Novès ?

On ne peut pas faire ça à Guy Novès. Difficile de ne pas intriguer l’amateur de rugby, le toulousain, et que dire de l’amateur de rugby toulousain ? C’est signé Benoit Séverac.

Severac-NovesAdrien Golivat est journaliste à France Bleue Toulouse. A défaut de mieux, lui qui se rêvait grand journaliste et se retrouve coincé là. Quand il reçoit une photo montrant l’ouvreur emblématique du stade en compagnie d’une prostituée, il se dit qu’il ne mange pas de ce pain-là. Mais quand l’expéditrice de la photo, qui milite farouchement pour l’interdiction de la prostitution, est assassinée chez elle, il se demande s’il y a un lien. Et s’il y a quelque chose de pourri au Stade Toulousain, et pourquoi pas à la mairie.

Evacuons tout de suite le problème récurrent de ce format qu’est la novella : le prix. Difficile de convaincre à quelqu’un de claquer 12 euros pour une demi-heure de lecture … Mais c’est le même problème avec toutes les collections actuelles qui publient ce format. Alors il reste la solution du cadeau, ou des bibliothèques …

Ceci dit, on passe une bonne demi-heure. Ne serait-ce que parce que la phrase « On ne peut pas faire ça à Guy Novès » résonne forcément, et qu’on est fort curieux de voir ce qu’on ne peut pas lui faire, et si on va le lui faire ou non. Et sur un texte court, un bon titre et une bonne accroche qui excite la curiosité, c’est la moitié du travail de fait.

L’autre moitié répond aux attentes : Bonne intrigue, une visite dans les locaux d’une radio locale, un coup d’œil à la forteresse qu’est un club de sport professionnel vitrine d’une ville, un bon rythme, et une résolution qui marche.

Et si vous voulez savoir ce que Guy Novès fait dans cette galère, va falloir le lire …

Benoit Séverac / On ne peut pas faire ça à Guy Novès, Court Circuit (2016).

Benoit Séverac revient chez les adultes

Depuis quelques années, mis à part un Poulpe, il avait délaissé les vieux pour écrire pour les jeunes. Benoit Séverac nous revient (à nous les vieux) avec Le chien arabe.

SeveracSergine Ollard est vétérinaire dans une clinique des Izards. Juste à côté des barres livrées aux bandes de frappes qui contrôlent le trafic de drogue de la zone. Une nuit, alors qu’elle est de permanence, elle enfreint toutes les règles en accompagnant une ado, Samia, dans les caves des immeubles récupérer un chien qui semble sur le point de mourir.

Quand elle s’aperçoit qu’il a l’estomac bourré de sachets de drogue, elle se rend compte qu’elle a mis les pieds dans une sale affaire, sans se douter qu’elle va jouer le rôle du fameux éléphant dans le magasin de porcelaine et débarquer au milieu d’une guerre entre trafiquants et islamistes.

Voilà un bon roman qui aurait pu être mieux, qui aurait pu être un grand roman.

Parce que tout y est : la thématique bien entendu, brulante (même si c’est l’affaire Merah qui semble avoir été le déclencheur, et pas les attentats récents). Une thématique qu’il traite en trouvant un angle assez original, avec cette pauvre véto qui met ses grands pieds dans le plat, sans avoir la moindre idée du terrain sur lequel elle s’aventure.

La description du quartier, les difficultés des habitants, les jeux troubles des différentes entités de la police … Cela aussi est bien décrit.

Alors que manque-t-il ? C’est difficile à cerner. J’aurais aimé trembler davantage, sentir la montée de la folie assassine, ressentir plus la trouille de la gamine, la saloperie de ceux qui manipulent, la panique de la véto. Si je devais résumer je dirais qu’à mon goût c’est trop gentil et sage, que le lecteur s’en tire à trop bon compte pour un tel sujet.

Alors peut-être Benoit Séverac a-t-il gardé quelque chose de son écriture pour les jeunes, une réticence à secouer et à prendre aux tripes, quitte à mettre mal à l’aise. Mais sur un tel sujet, cela me manque et enlève à ce bon roman la force qu’il aurait pu (dû ?) avoir.

Reste Sergine avec toute sa maladresse et son impuissance, Sergine secouée et agressée par les uns, engueulée par les autres, Sergine qui à force d’obstination finit par faire, un tout petit peu, bouger les choses ; juste parce qu’elle refuse la fatalité. A méditer.

Benoit Séverac / Le chien arabe, La Manufacture des livres (2016).

Impressions de TPS

C’est fini jusqu’à l’année prochaine ! Comme tous les ans, ce fut épuisant et enthousiasmant. Et comme tous les ans un grand merci à tous les bénévoles grâce à qui on a eu une tente, des bières, des repas, grâce à qui je n’ai eu à me préoccuper que de faire ce que je préfère : discuter avec les copains et les auteurs, animer des tables rondes et traduire.

Parmi les grandes satisfactions de cette année :

Une soirée avec Thomas Cook, avec une rencontre passionnante autour de ses bouquins, puis une belle soirée au restaurant à discuter de vin, de l’Espagne, des US, de Gavarnie, de ses ânes et de leur influence sur l’éducation des enfants ( ? Pour savoir, il fallait y être), de livres, de films … L’homme est aussi chaleureux que l’auteur talentueux, ce qui n’est pas peu dire. Moi qui l’avais à peine croisé lors de sa première participation à TPS, je me suis régalé.

Une autre rencontre en tête à tête le vendredi avec José Carlos Somoza. Là aussi pour la première fois l’occasion de prendre le temps de lui poser des questions sur son œuvre, sur l’étonnant processus de création d’un homme qui imagine des univers différents à chacun de ses romans. Et comme il a beaucoup d’humour, et la faconde des auteurs du sud, je crois que tout le monde s’est régalé. Un vrai plaisir.

Après, on rentrait « dans le dur ». Alors c’est vrai que, deux tables rondes samedi, un autre dimanche et trois traductions, ça crève, mais je n’aurais laissé ma place pour rien au monde.

J’ai été enchanté de pouvoir, enfin, échanger quelques mots avec Patrick Pécherot, Graham Hurley et Petros Markaris, des auteurs que j’adore lire, que j’avais hâte de rencontrer « en vrai ». Un plaisir à renouveler le plus souvent possible.

J’ai été tout aussi enchanté de découvrir des auteurs que je connaissais moins, mais dont j’avais entendu parler, ou dont j’avais lu le premier bouquin. Anne Bourrel, Thomas Bronnec, Paola Barbato, Benoit Minville (j’ai acheté deux bouquins jeunesse et j’attends sa série noire avec impatience !), les Bédéistes Keko et Altarriba (bientôt ici des nouvelles de leurs BD), Anibal Malvar, Zygmunt Miloswewski, Dominique Forma, Franck Bouysse et Christian Grenier que mes gamins lisent et que je croise de loin tous les ans à Scientilivre. J’espère bien qu’on les reverra à Toulouse, et que j’aurai un peu plus de temps pour boire un coup avec eux (ça fera beaucoup de coups !).

Le pied, bien entendu de revoir les habitués ou des auteurs que j’avais déjà croisé à Toulouse : Craig Johnson, toujours aussi adorable, les copains espagnols et argentins Victor del Arbol, Carlos Salem, Ernesto Mallo, Aro Sainz de la Masa, et les copains français, Michael Mention, Jérôme Leroy, Marc Fernandez, Aurélien Masson, et bien entendu Benoit Séverac, y a pas de raison, c’est pas parce qu’il est toulousain et qu’on peut se voir en dehors du festival que ce n’est pas un plaisir de boire une bière avec lui ! C’est sûr on a eu trop peu de temps pour parler bouquins, politique, copains, ciné …

L’occasion de tailler une bavette avec Yan qui proposera l’an prochain une conférence sur Dark Secret, les docteurs du polar qui sont aussi des fondus au noir, toujours aussi pointus dans leurs diagnostics (c’est drôle de voir les gens, ordonnance en main aller voir les auteurs) et avec les copains de TPS.

Et puis il y a eu les tables rondes … très beau dialogue entre Franck Bouysse et Craig Johnson. Ils nous ont parlé de taiseux, de la neige, de spiritualité, d’espace, de nature et d’écriture.

Paola Barbato, Ernesto Mallo et Petros Markaris ont montré que, malgré des thématiques très différentes, ils avaient beaucoup de points communs, beaucoup d’ambitions littéraires communes et des analyses différentes mais complémentaires et passionnantes sur la situation du monde et le rôle de l’écrivain.

La table française sur politique et polar avec Jérôme Leroy, Dominique Forma, Michael Mention et Thomas Bronnec a tenu ses promesses : animée, parfois très animée, passionnée et passionnante, souvent très drôle, a piece of cake comme disent les grands bretons pour l’animateur qui n’avait presque rien à faire, même pas ramener le débat sur le terrain littéraire, les auteurs le faisaient tout seul (ce qui n’est pas toujours le cas).

Salem-Somoza a aussi tenu ses promesses ! Un vrai feu d’artifice, épuisant à traduire, rien à faire pour modérer. Très intéressant et réfléchi, tout en étant très drôle. Et on a appris qu’on a échappé au pire pour certaines couvertures des bouquins de Carlos. Quant à Somoza, en bon ex psychiatre qu’il n’a jamais vraiment été, il a conclue en posant un diagnostic sur les maladies mentales dont ils souffrent tous les deux.

Sur les deux dernières tables, polar et histoire, puis la ville personnage de polar, la fatigue arrivant, difficile de profiter pleinement des échanges tout en traduisant Victor del Arbol, puis Anibal Malvar et Aro Sainz de la Masa. Mais les échanges avec Patrick Pécherot, Zygmunt Miloswewski d’un côté et Graham Hurley de l’autre ont eu l’air de bien fonctionner, et les spectateurs avaient l’air contents. Moi j’étais juste un peu fatigué.

Pour finir, la grosse satisfaction, et c’est quand même pour ça qu’on bosse, c’était de voir des auteurs contents, des bénévoles comblés par la foule se pressant devant les tables, les copains venus dire bonjour qui repartaient avec des poches débordantes de bouquins et qui venaient dire « c’était super », et les grands sourires de tous (juste sous les valises sous les yeux injectés de sang).

Bref un très bon cru, on se repose quelques jours et on attaque la préparation de l’année prochaine qui sera encore mieux, n’en doutons pas.

Et pour ça, il va falloir que je retrouve du temps pour lire.

Toulouse polars du Sud 7° édition

Je sais que vous passez tous vos soirées devant votre télévision pour regarder le Rrrrrrrrrrrrrrrrrruby, mais la semaine prochaine il va falloir faire une pause, surtout si vous habitez la région toulousaine.

TPSParce que Toulouse Polars du Sud revient, pour sa 7° édition.

Tous les rendez-vous à Toulouse et dans la région sont sur le site de l’association.

En plus des auteurs invités, vous pourrez rencontrer, entre autres, l’ami Yan, les docteurs du polar … et ma pomme. Comme chaque année, toujours un peu plus que les années précédentes il y aura moult animations (ça a d’ailleurs déjà commencé), et pour ma part j’officierai dans un certain nombre de rencontres et tables rondes :

A Ombres Blanches le mercredi 7 à 18h30 pour Thomas H. Cook, une rencontre à ne pas manquer tant l’homme est passionnant et agréable.

Toujours à Ombres Blanches, vendredi 9 à 16h30 avec José Carlos Somoza, là non plus on ne devrait pas s’ennuyer.

Ensuite au forum de la Librairie de la Renaissance où les auteurs seront présents du vendredi au dimanche, des tables rondes et des interviews en tête à tête.

Samedi matin, cela vaudra le coup de se lever « tôt » pour venir écouter Petros Markaris, Ernesto Mallo et Paola Barbato qui nous parleront du polar face à la crise (des sous, des valeurs, de tout), ce sera à 10h00. Restez ensuite pour savoir qui gagnera le prix Violeta Negra cette année. Il sera remis juste après la table ronde, lors de l’ouverture du festival, et si mes informations sont exactes, Juliette présidente du jury le remettra en personne.

L’après-midi on causera Nature Writing versus Polar campagnard avec Craig Johnson et Franck Bouysse.

Et pour finir l’après-midi le polar s’invitera en politique (ou l’inverse) avec Jérôme Leroy, Michael Mention, Dominique Forma et Thomas Bronnec.

Dimanche matin, je vous conseille pour une fois de rater la messe, ou d’y aller tôt, je vais animer (s’ils me laissent en placer une) une table ronde entre Carlos Salem et José Carlos Somoza. Pas la peine de penser à un sujet, ils causeront de ce qu’ils veulent. N’hésitez pas à vous lever à temps pour être là à 10h30.

L’après-midi, ce sera repos pour moi, mais pas pour tout le monde :

A 15h00, Victor del Arbol, Patrick Pécherot et Zygmunt Miloszewski causeront histoire et polar.

Et pour finir, Graham Hurley, un peu remis de l’élimination de l’Angleterre par l’Australie viendra débattre avec Aro Sainz de la Masa et Anibal Malvar de la ville comme personnage de polar à 16h30.

A bientôt ?

Toulouse passe au Noir

On y arrive. Où ça ? A Toulouse Polars du Sud

affiche-2014Comme je l’annonçais le mois dernier, l’ouverture vers les librairies de l’hyper centre-ville s’accentue, et s’accentue en beauté. Les auteurs seront dans toutes les librairies indépendantes durant la semaine du 6 au 11 octobre, et pour ma part je serai :

  • Mardi 7 octobre à partir de 18h00, Deon Meyer sera à Ombres Blanches. Profitez-en, il ne pourra pas rester pour le week-end, victime d’une tournée européenne très fournie.
  • Jeudi 9 octobre, toujours à partir de 18h00, toujours à Ombres Blanches, ce sera Eric Maravélias. L’occasion de rencontrer cet auteur dont Aurélien Masson nous avait dit le plus grand bien lors de sa venue à Toulouse (et il avait bien raison).
  • Vendredi 10 octobre, à partir de 16h30-17h00, Ayerdhal sera à la librairie Bédéciné.

Et Eric Maravélias et Ayerdhal restent le week-end et seront en très bonne compagnie (Pierre Lemaître, Yasmina Khadra, Serge Quadruppani, Gianni Biondillo, Carlos Salem, Lorenzo Lunar, Stéphanie Benson, Cristina Fallaras, Michael Mention etc …) à la librairie de La Renaissance.

A très bientôt donc sur tous les lieux du festival, sans oublier le rallye du samedi 11 octobre écrit cette année par Benoit Séverac.

Et le samedi soir, pour l’apéro, je mettrai la belle chemise et la cravate pour jouer avec Paint It Blues.