Archives du mot-clé vengeance

Un western qui déménage

Un western de plus un ! Une assemblée de chacals de S. Craig Zahler.

ZahlerIls sont trois à recevoir une invitation à un mariage : Oswell Danford et son frère Godfrey paisibles ranchers de Virginie et Dicky Sterling, séducteur et joueur de New York. Ils sont invités par Jim Lingham dans le Montana. A priori rien d’alarmant.

Pourtant si. Des années plus tôt, les quatre hommes étaient le Gang du boxeur et ont pillé des banques dans le sud du pays. Jusqu’à un moment précis, un événement particulièrement atroce, suite auquel ils s’étaient séparés. Si Jim les invite, c’est que le passé violent auquel ils avaient tourné le dos est de retour. Et qu’il va falloir l’affronter une bonne fois pour toute.

Attention ça tâche ! Pour une fois, la quatrième de couverture qui en appelle à La horde sauvage et à Tarantino ne raconte pas n’importe quoi.

« L’exploit » de l’auteur, c’est d’arriver à manipuler autant d’outrance sans tomber dans le ridicule et le grand guignol. L’exercice est périlleux, et il aurait été facile de se casser la gueule ; mais là ça fonctionne.

Il ne faut certes pas être trop fine bouche, et ne pas s’évanouir devant les flots d’hémoglobine et une inventivité exceptionnellement morbide dans la saloperie. Mais si on se laisse prendre, la construction est parfaite. Dès le début on a un petit aperçu de la folie furieuse des méchants. Puis, lentement, la tension s’installe, on se familiarise avec les personnages, le suspense monte, monte, monte, vers une dernière partie de bouquin complètement cinglée qui ne déçoit pas.

On pourrait se demander ce que peut bien avoir l’auteur dans la tête pour inventer de telles horreurs. Ce à quoi il pourrait faire la réponse du grand Valerio Evangelisti lors d’une table ronde à Toulouse : C’est vous, les lecteurs, qui devraient vous demander ce que vous avez, vous. Vous qui payez pour lire ça.

Je vous laisse répondre … Pour ma part, je crois qu’il faut prendre tout ça au second degré, comme un Kill Bill du Far West.

  1. Craig Zahler / Une assemblée de chacals (A congregation of jackals, 2010), Gallmeister/Néonoire (2017), traduit de l’anglais (USA) par Janique Jouin-de Laurens.

Un Parker cubain

Un livre qui s’ouvre sur un hommage à Elmore Leonard, Donald Westlake et Manuel Vazquez Montalban, commence sous de bons hospices. C’est le cas de Indomptable du cubain Vladimir Hernández.

HernandezQuand la douleur réveille Duran, il se trouve bloqué, asphyxié, dans le noir. C’est alors que tout lui revient, il a été enterré vivant, avec son pote Ruben qui lui est bien mort. Le moment de se bouger, de sortir de là, et de faire payer cher les fils de pute qui l’ont doublé. Le temps de s’extraire de la terre, et le voilà de retour à La Havane. Ca va saigner.

Comme le dit très bien Yan, c’est plutôt à Parker de Stark (alias Westlake) que fait penser ce roman qu’à Leonard, Montalban ou au Westlake de Dortmunder.

Un Parker cubain, plus violent et moins froid que l’original, sans non plus, il faut bien le reconnaitre la perfection stylistique du maître. Mais si on ne devait lire que des écrivains qui maîtrisent autant leur style et leur écriture que Westlake/Stark, on ne lirait pas grand-chose.

Un bon divertissement, rythmé et rapide, une série B divertissante bien construite avec ses aller-retour entre la vengeance présente et la situation qui a amené Duran en prison puis dans la tombe. Même si elle est peu évoquée, la situation cubaine est bien là en toile de fond, ce qui donne à ce polar bien troussé une tonalité originale.

Vladimir Hernández / Indomptable (Indómito, 2016), Asphalte (2017), traduit de l’espagnol (Cuba) par Olivier Hamilton.

Vipères brésiliennes

Découvert il y a peu par les excellentes éditions Asphalte, le brésilien Edyr Augusto commence à devenir bien connu des lecteurs de polars. Il revient, toujours aussi noir, avec Nid de vipères.

augustoNous sommes dans l’état de Para, capitale Belém. Wlamir Turvel, petit trafiquant, ne supporte pas que la famille Pastri lui résiste. Pour récupérer la scierie familiale, il tabasse le père et viole la mère, sous les yeux de Fred et Isabela tétanisés. Des années plus tard, le père est devenu invalide, la famille survit difficilement et Fred est parti aux US.

Isabela, elle, a juré de se venger et a suivi l’ascension de Turvel, arrivé gouverneur de l’état. Devenue une superbe jeune femme, elle séduit le gouverneur qui n’a pas reconnu la gamine effarée à laquelle il n’avait absolument pas prêté attention des années plus tôt. Isabela ne se doute pas de la violence qu’elle va déclencher.

L’histoire est on ne peut plus classique. Elle a produit des romans et des films par milliers. Beaucoup d’abominables bourrineries (ou bourrinades, choisissez), mais aussi quelques chef-d’œuvre. Un méchant arrive, massacre (littéralement ou symboliquement) une famille de gentils, mais il y a un survivant qui va se venger.

Malgré tout, une fois de plus, ça marche.

Grace au talent de conteur d’Edyr Augusto. La construction totalement éclatée, passant d’un personnage à l’autre, d’un temps à l’autre, donne énormément de rythme au récit. L’écriture, très resserrée va à l’essentiel et nous raconte l’histoire en faisant vivre de très nombreux personnages jusqu’à la fin inévitable, et tout cela en moins de 150 pages. Pas une baisse de rythme, pas un moment de faiblesse.

Ca marche aussi parce qu’avec ce nouveau roman (ou au moins cette nouvelle traduction) Edyr Augusto complète le portrait d’une région du Brésil ravagée par la corruption, qui voit un trafiquant arriver au sommet du pouvoir et en profiter pour devenir intouchable. Une corruption de la société qui déteint sur la corruption des âmes, à moins que ce ne soit l’inverse.

Pour finir, son traitement de ce thème classique pose de nombreuses questions sur la fidélité, la lâcheté réelle ou supposée, la vengeance, la haine comme moteur de l’existence, le respect de soi … Il pose ces questions, et se garde bien de proposer une réponse, laissant chaque lecteur apporter la sienne.

Court, noir, efficace et violent … et excellent.

Edyr Augusto / Nid de vipères (Casa de caba, 2004), Asphalte (2015), traduit du portugais (Brésil) par Diniz Galhos.