Encore une découverte sud-africaine

Après Marli Roode, nous découvrons ici une nouvelle auteur sud-africaine, Karin Brynard, dans ce qui pourrait bien être le début d’une nouvelle série : Les milices du Kalahari.

BrynardL’inspecteur Beeslaar était flic à Johannesburg avant d’être muté dans une petite ville en bordure du parc transfrontalier du Kalahari. Il lui faut apprendre à s’habituer à la chaleur, à la sécheresse … Et aux habitants. Les relations sont tendues entre une police à majorité noire et les fermiers Boers qui s’estiment sacrifiés : une bande vole leur bétail, des fermiers blancs sont assassinés et ils commencent à s’organiser en milice privée, aux sales relents d’extrême droite.

Dans ce contexte difficile, Freddie, une artiste peintre et la petite fille métisse qu’elle venait d’adopter sont retrouvées égorgées dans leur ferme. Pour les meneurs de la milice, pas de doute, le coupable est son intendant bushman ; les employés parlent d’un sorcier ; et Beeslaar va devoir découvrir la vérité dans une situation où tout le monde le considère comme un ennemi.

Voilà une belle découverte, qui prend son temps. Le temps de planter un décor, le veld, le sable rouge, les plantes qui piquent, la chaleur. Le temps de donner de l’épaisseur à des personnages, du flic à Sara, la sœur de Freddie, en passant par Dam, l’étonnant intendant bushman. Le temps d’écouter des histoires de Dam, de s’attarder sur l’histoire de la région, des guerres, des luttes et des expropriations. Le temps d’écouter tout le monde, les fermiers blancs, qui ne forment pas un bloc, mais une communauté certes effrayée mais pas uniquement composée de fous furieux, les ouvriers agricoles, les gamins paumés …

Mais c’est aussi un roman qui sait accélérer, avec de très belles scènes de bravoures dont une en particulier digne des meilleurs westerns. Parce que, plus presque que dans un polar, on est dans un western : une zone perdue à la limite de la civilisation, des « indiens » fantasmés, des hors la loi, des « braves gens » capables de devenir des lyncheurs, et au milieu, un shérif, un peu seul, et la cavalerie qui arrive presque trop tard …

Une vraie belle histoire, consistante, des personnages qu’on a envie de revoir, une belle profondeur sociale et historiques, un décor impressionnant. Tout pour plaire.

Karin Brynard / Les milices du Kalahari (Plaasmoord, 2009), Seuil/Policiers (2016), traduit de l’anglais (Afrique du Sud) par Estelle Roudet.

5 réflexions au sujet de « Encore une découverte sud-africaine »

  1. Meyer Meyer

    Une bonne découverte même si je n’ai pas été totalement convaincu notamment au niveau de l’intrigue. En tout cas une auteur qu’on a envie de suivre et un personnage de flic particulièrement réussi avec ses 2 mètres (ou presque) de haut. Le tout est bien mené et se lit avec beaucoup de plaisir

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s