Archives de l’auteur : actudunoir

A propos actudunoir

Scientifique de formation, et de métier, passionné de polars.

Le dernier afghan

Les polars russes sont rares par ici. Malheureusement, je n’ai pas été convaincu par Le dernier Afghan d’Alexeï Ivanov.

Guerman, dit l’allemand, chauffeur pour le compte de Chtchébétovski qui possède une bonne partie de la ville de Batouïev décide de changer de vie, pour lui, mais surtout pour son amante Tatiana. Il braque le camion contenant la recette du centre commercial qu’ils acheminent, lui et d’autres Afghans, anciens de l’Afghanistan. L’enjeu sera maintenant de rester en vie et de pouvoir disposer de l’argent.

Sur cet événement symbolique s’achève définitivement la fraternité des anciens combattants, ces jeunes considérés comme des brutes, que le flamboyant Sergueï Likholiétov avait organisés en une union qui avait mis la ville à leurs pieds au début des années 1990.

Dommage que ce roman souffre, à mon goût, de trop de longueurs. Parce qu’il commence très bien avec un récit de braquage parfaitement mené. Parce que ce qu’il raconte est intéressant et complètement nouveau pour le lecteur français qui ne sait rien de la vie de ces soldats revenus d’Afghanistan. Autant côté américain les lecteurs de polars sont familiers des privés, flics ou braqueurs anciens du Vietnam, puis d’Irak ou toute autre guerre américaine, autant on avait ici peu d’équivalent sur le pendant russe. Parce que certaines scènes sont particulièrement réussies, comme le récit de la guerre de Guerman et Sergueï, l’installation des Afghans dans des immeubles réquisitionnés ou les guerres de gangs à Batouïev.

Mais il y a beaucoup trop de longueurs, de chapitres s’attardant sur les vies des différents protagonistes qui n’apportent rien et trainent, trainent … Et plus on avance dans les plus de 600 pages du roman, plus ces longueurs deviennent lourdes, pénibles à la lecture, incitant à sauter allègrement quelques paragraphes pour aller voir comment tout cela va finir.

Dommage, je pense que j’aurais trouvé ce roman passionnant s’il avait été resserré, amputé de 200 bonnes pages. Là, au final, malgré les bons moments, c’est l’impression de lassitude, et l’envie d’en finir qui restent à la fin de la lecture.

Alexeï Ivanov / Le dernier Afghan, (HEHACTbE, 2015), Rivages / Noir (2021) traduit du russe par Raphaëlle Pache.

Deux beaux héros hardboiled en BD

Cela fait un bon moment que je n’ai rien écrit sur les BD que je lis. Par flemme essentiellement, mais aussi parce que je ne trouve pas aussi facilement les arguments pour vous convaincre. Une petite exception cependant pour deux excellents polars, dont l’un n’a vraiment pas besoin de moi.

Commençons par celui-là justement, l’incontournable 6° tome des aventures du privé le plus souple et félin du monde polar, j’ai nommé BlackSad de Juan Diaz Canales et Juanjo Guarnido. Il revient, enfin, avec Alors, tout tombe, première partie.

BlackSad est contacté pour protéger une taupe, patron du syndicat des travailleurs du métro et de ses souterrains. Le maire de la ville met le paquet sur les ponts et la voiture et délaisse complètement les transports en commun et la taupe a appris qu’un contrat avait été mis sur sa tête, peut-être par la mafia des belettes. Des profondeurs des tunnels aux magouilles de haut vol des plus riches de la ville, en passant par le milieu du théâtre, notre matou préféré va encore trancher la société dans le vif, de haut en bas.

Superbe hommage au film et au roman noir, magnifique utilisation des clichés, dessins somptueux que demander de plus ? Juste qu’on n’attende pas 8 ans pour avoir la suite. Petit conseil, inspiré par ce volume, le récit qui tourne, entre autres, autour des travailleurs souterrains et des affrontement syndicat / mafia m’a refait penser à l’excellent roman de Thomas Kelly, Le ventre de New York que je vous recommande chaudement, si on le trouve encore.

Deux autres auteurs qui connaissent parfaitement et aiment le roman et le film noir, et qui savent parfaitement jouer avec ses codes sont les deux américains Ed Brubaker et Sean Phillips, auteur, entre autres, du superbe Fondu au noir. Les voilà avec le premier tome d’une trilogie, mettant en scène un personnage hardboiled dans la meilleure tradition : Reckless.

Ethan Reckless était membre d’un groupe politique d’extrême gauche quand il était étudiant. Jusqu’à l’explosion d’une bombe qu’ils préparaient qui l’a laissé sans souvenirs de quelques jours, et surtout dans l’incapacité à ressentir la moindre émotion. Depuis il exploite un vieux cinéma avec une assistante. Mais il a aussi une autre activité, arrivée un peu par hasard. Son numéro de téléphone est connu dans certains cercles, et si on a un problème auquel on ne veut pas mêler la police, on peut appeler ce numéro. Suivant la nature du problème, Reckless peut décider de s’en occuper. Jusqu’à ce que son passé le rattrape, et qu’une ancienne connaissance fasse appel à lui.

Construction et thématiques archi classiques pour les amateurs de privés dur à cuire. Mais le classique, quand c’est bien fait, c’est le pied. Et là c’est très bien fait. Découpage impeccable, distillation fine des éléments du passé de Reckless, maîtrise parfaite du suspense et des coups de théâtres, et une mise en page et un dessin qui rappellent et rendent hommage de bien belle façon aux grands du film noir. Le pied disais-je. J’attends le tome 2 (chaque aventure est indépendante) avec une grande impatience.

Juan Diaz Canales (scénario) et Juanjo Guarnido (dessin) / Blacksad / Alors, tout tombe, première partie, Dargaud (2021), traduit de l’espagnol par Christilla Vassero.

Ed Brubaker (scénario) et Sean Phillips (dessin) / Reckless, Delcourt (2021), traduit de l’anglais (USA) par Alex Nikolavitch.

Garde le silence

Je découvre l’univers de Susie Steiner avec son troisième roman traduit et publié en France : Garde le silence.

Le corps d’un jeune travailleur lituanien est retrouvé pendu non loin du commissariat. Une note laissée accrochée à son pantalon amène l’inspectrice Manon Bradshaw à ouvrir une enquête pour meurtre.

Dans cette petite ville où les tensions entre une classe modeste anglaise au chômage et des travailleurs d’Europe de l’Est traités comme des esclaves par des gangs négriers sont à leur comble, alors que le leader d’extrême droite local monte les populations contre les étrangers, l’enquête sera tout sauf sereine.

Si l’on ajoute à cela des soucis de couple, certains collègues qui ne font rien, et une supérieure qui ne connait rien au métier mais ne jure que par les réseaux sociaux, les médias et le management « moderne », la vie de Manon ne va pas être simple.

Nos amis anglais sont décidément les rois, et reines, du roman procédural. Sans crier au génie, on peut dire sans grand risque de se tromper que Susie Steiner s’inscrit dans la lignée des John Harvey, Graham Hurley et plus récemment Eva Dolan. Garde le silence fait d’ailleurs penser, par son traitement et ses thématiques, au très bon Les chemins de la haine.

Pas de révolution thématique ou stylistique donc, mais une enquête solide et des personnages réellement incarnés dont on partage les doutes, les joies, les peines et les colères, autant concernant leur vie privée que publique. Comme pour le titre précédemment cité, on ne peut qu’être effaré en lisant les descriptions des conditions de vie des travailleurs clandestins dans un pays qui est, quand même, l’un des plus riches du monde, et une des plus vieilles démocraties.

Susie Steiner évite l’angélisme et le manichéisme, et on referme le bouquin en se disant, comme sa Manon Bradshaw décidément très attachante, qu’il n’y a pas beaucoup de solutions et que le système finit par punir des pauvres gens qui sont déjà victimes autant, sinon plus, que bourreaux. Pas de blanc et noir, que du gris, bien sombre.

Susie Steiner / Garde le silence, (Remain silent, 2020), Les arènes / Equinox (2021) traduit de l’anglais par Yoko Lacour.

Haine

Cela faisait une éternité que je n’avais rien lu de José Manuel Fajardo. Il revient avec un très court roman, aussi concis que son titre : Haine.

Toute fin du XIX°, dans le quartier de Soho, à Londres, Jack Wildwood hait autant la racaille qui peuple son quartier que les bourgeois et les nobles qu’il côtoie quand il sort pour aller au pub. Même quand il arrive à s’en faire des clients pour les magnifiques cannes qu’il fabrique, il sent qu’il ne fait pas partie de leur monde.

De nos jours, en banlieue parisienne, Harcha ne supporte plus sa vie, ni celle que lui promet son père, Rachid, le roi du pneu. Il déteste sa banlieue, mais déteste encore plus ces parisiens qui, même s’il a plus d’argent qu’eux, lui font bien sentir qu’il ne fera jamais partie de leur monde.

Laissez mijoter haines, rancœurs et frustrations jusqu’à ébullition.

A peine 100 pages, pas de construction artificielle pour tenter de rassembler les deux histories, juste un clin d’œil, et les effets de la haine à deux époques. Les descriptions de Londres et Paris sont saisissantes, la montée de la rage et de la haine est superbement décrite, les fins sont inéluctables. En prime une bien belle utilisation de nos références littéraires collectives.

Tout cela en 100 pages, du grand art.

José Manuel Fajardo / Haine, (Odio, 2020), Métailié (2021) traduit de l’espagnol par Claude Bleton.

Le retour du hiérophante

Vous vous souvenez peut-être de mon enthousiasme à la lecture du roman de Robert Jackson Bennett Les maîtres enlumineurs. Je faisais part de mon impatience à lire la suite. La voici, la voilà : Le retour du hiérophante.

Attention, si vous avez encore l’intention de lire le premier, arrêtez-vous là, il y a des révélations sur le 1 dans le résumé du 2 ci-dessous …

Si vous n’avez plus en mémoire le précédent roman, souvenez-vous que Sancia, la petite voleuse, ex esclave a fait tomber une des grandes maisons de la très riche Tevanne. En trois ans, elle et ses amis ont commencé à démocratiser la création, la production et l’utilisation de cette magie particulière, l’enluminure. Les choses devraient donc aller en s’améliorant.

Mais une nouvelle menace plane sur la ville. La maison détruite, ou du moins ce qu’il en reste, serait en train de faire revenir à la vie l’être le plus puissant du monde connu, un hiérophante, un des êtres mythiques à l’origine de toute la magie. Ce n’est plus seulement pour leur vie que Sancia et ses amis vont devoir lutter, mais pour la survie de l’humanité.

Comme j’ai une petite restriction par rapport au premier volume, je vais m’en débarrasser tout de suite. Dans le premier, les luttes se déroulaient au ras du sol, dans les rues, dans la boue, entre humains plus ou moins riches, plus ou moins puissants. Là on fait intervenir ce qu’on peut considérer comme des Dieux. Faillibles, pas totalement invulnérables, mais quand même sacrément balaises. Du coup part parfois un poil loin et c’est parfois un peu trop grand spectacle. Mais c’est une toute petite restriction.

Parce que les problématiques soulevées par ces êtres abominables sont très humaines et très actuelles. Elles tournent autour du pouvoir, de l’asservissement, et de l’envie de tous ces grands hommes auto-proclamés de faire le bonheur de l’humanité, envers et contre tout, y compris contre les hommes eux-mêmes.

Et puis ce bon Robert n’a rien perdu de son talent de conteur. Les péripéties s’enchainent, les personnages de Sancia et de ses potes sont extrêmement attachants, et si ouvrez le bouquin, prévoyez quelques jours où on vous laisse en paix pour avaler les 600 pages.

Et puis, comme pour le premier volume, l’auteur continue avec une vraie intelligence à faire le parallèle entre magie et informatique. Cette fois vous aurez droit à des virus, des chevaux de Troie, au réseau et à une apologie du logiciel libre.

Vivement le troisième.

Robert Jackson Bennett / Le retour du hiérophante, (Shorefall, 2020), Albin Michel / Imaginaire (2021) traduit de l’anglais (USA) par Laurent Philibert-Caillat.

Le cercueil de Job

Je suis passé à côté des deux premiers romans traduits de l’américain Lance Weller. A la lecture du dernier, Le cercueil de Job, je me dis que j’ai bien eu tort.

Nous sommes au Tennessee en pleine guerre de Sécession. Bell Hood, jeune esclave en fuite tente de gagner une terre sure. Mais la route est plus que périlleuse, entre les chasseurs d’esclaves et les deux armées. Quelque part, pas très loin, Jeremiah Hoke est soldat confédéré par hasard et loin d’être convaincu par les valeurs défendues par ses compagnons d’arme. Quand il se réveille mutilé après une bataille particulièrement sanglante, il décide de quitter l’armée sudiste. Commence alors pour lui une longue errance sur une terre qui ressemble de plus en plus à l’enfer intérieur qu’il vit, hanté par ce qu’il a vu et fait.

Préparez-vous à une lecture parfois éprouvante. Le pays est sombre, les batailles sont d’abominables boucheries vécues au plus près des personnages qui tuent et qui souffrent, bien loin des manœuvres des grands stratèges, l’esclavage est décrit dans toute son horreur. Et pourtant.

Et pourtant on s’attache à Jeremiah Hoke, on comprend son parcours on souffre avec lui, on est témoins de ses doutes. On suit avec un des compagnons de Bell les premiers contacts avec la liberté et avec l’art. Et il y a surtout Bell Hood, lumineuse, qui change ceux qui l’approchent et qui illumine le roman de son éclat.

C’est dense, puissant, tour à tour lyrique, poétique, intime. Un magnifique roman qui raconte un moment fondateur de l’Amérique.

Lance Weller / Le cercueil de Job, (Job’s coffin, 2021), Gallmeister (2021) traduit de l’anglais (USA) par François Happe.

TPS n°13, ce fut fait et pas mal fait

Si je n’ai pas donné de nouvelles cette semaine, ce n’est pas que je vous abandonne, mais deux événements se sont ligués contre une production plus régulière : Tout d’abord j’ai abandonné un roman au bout de presque 200 pages, m’apercevant que, bien qu’il soit bien écrit et construit, il ne m’intéressait pas (il faut dire aussi que c’est dur de venir après Padura). Et puis il faut avouer que, entre la première rencontre avec Aro Sainz de la Maza jeudi après-midi, et la fin de TPS dimanche soir, j’ai un peu manqué de temps.

Donc TPS 13° c’est fait. Et c’était, de l’avis de tous, les visiteurs, les auteurs, les organisateurs et ma pomme, beaucoup plus rigolo que l’an dernier. Il reste certes les masques, mais le public était au rendez-vous, toutes les tables rondes ont fait le plein, même celles du samedi matin et du dimanche matin, les dessinateurs de BD doivent être en train de mettre la main dans un seau à glace pour la faire refroidir après deux jours de dédicace non-stop, le bar n’a pas désempli (je serais curieux de savoir combien de futs de bières ont sucombé), bref on était presque revenus à la normale.

Autre grosse satisfaction, je trouve que le prix Violeta Negra est un des prix les plus éclectiques et les plus enthousiasmant du polar (il ne faut jamais laisser passer une occasion de se jeter des fleurs). Après avoir, l’an dernier, récompensé un hybride polar/SF écrit par une écrivaine qui n’est même pas « référencée » noir, à savoir Le temps de la haine de Rosa Montero, il prime cette année l’hilarant Ceci n’est pas une chanson d’amour d’Alessandro Robecchi, alors que si vous regardez les listes chaque année, en général, les prix polar ne font pas beaucoup rire. Détail révélateur, lors de la table ronde italienne à laquelle participaient Marcello Fois, Piergiorgio Pulixi, Valerio Varesi et donc Alessandro Robecchi, seul ce dernier n’avait jamais eu le prix décerné à Milan, comme quoi on est vraiment les meilleurs ! Merci le jury du VN, et merci Alessandro.

Grand plaisir évidemment de revoir les copains, les auteurs habitués et d’en rencontrer des nouveaux, allié à la frustration de ne pas pouvoir écouter toutes les tables rondes et que ce soit trop court. Et comme chaque année, des confirmations et de belles découvertes.

La confirmation, c’est que je savais que les tables rondes sur le polar nordique à la française, avec Olivier Truc et Caryl Férey ne me demanderait pas trop de travail, une introduction, une question et à vous messieurs. Confirmation dès vendredi soir. Pour les espagnols, je savais que ce serait encore plus simple, il suffisait de dire bonjour. Ils ont été grands, comme toujours, entre réflexion et anecdotes, avec la belle dynamique de ceux qui se connaissent, s’apprécient et ont l’habitude de partager les tables de débats. Idem pour la table italienne, je n’ai pu poser que deux questions, auxquelles ils n’ont d’ailleurs pas du tout répondu mais est-ce important ? Non.

Belle découverte avec une table qui a très bien fonctionnée, alors que je partais un peu dans l’inconnu, entre Laurent Guillaume et Minos Efstathiadis. Beaucoup d’échanges entre les deux qui ne se connaissaient pas du tout avant, et quelques pointes d’humour malgré un sujet (la guerre) qui avait tendance à plomber l’atmosphère. Et de beaux échanges aussi entre Hervé Le Corre, Parker Bilal et Caroline Hinault qui ont tous les trois dans leurs romans des approches différentes du « lieu du crime », un vrai plaisir pour l’animateur.

Bref, j’ai découvert de nouveaux auteurs, pu discuter avec eux, j’ai retrouvé avec plaisir ceux que je connaissais, j’ai fini vanné mais très content. Un peu de repos et de lecture au calme ne fera pas de mal avant de commencer à préparer le prochain. Et encore un grand merci aux travailleurs de l’ombre qui préparent toute la logistique, démarchent bibliothèques et établissements scolaires, montent les dossiers de subvention, accompagnent les auteurs, tiennent le bar, montent les chapiteaux, conduisent les auteurs … Une quantité de boulot phénoménale sans laquelle rien ne serait possible.

A l’année prochaine.

Poussière dans le vent

Leonardo Padura alterne : un avec Conde, un sans Conde. Pour la magnifique saga Poussière dans le vent, ce sera sans.

Janvier 1990. Le clan est réuni pour fêter dignement les 30 ans de Clara dans le jardin de sa maison, à La Havane. Ils sentent bien qu’ils sont à un tournant de leur vie, et de celle du pays, alors que la chute du mur a fait disparaitre les principaux alliés face à l’embargo américain. Clara, Dario, Bernardo, Elisa, Irving, Horacio, Walter et les autres. Ils ont été étudiants ensemble, ils sont brillants, ils travaillent et ils savent que la vie va être de plus en plus dure. Mais quoi qu’il arrive, leur amitié, les amours qui se sont forgés sont plus forts que tout. C’est leur force, leur salut, et cela le restera après l’explosion du groupe quelques jours après l’anniversaire.

Plus de 20 ans plus tard, Marcos jeune cubain récemment arrivé à Miami tombe amoureux d’Adela, new-yorkaise venue faire des études à l’université en Floride. Adela, son père argentin, sa mère cubaine « difficile à aimer » comme le dit sa fille. Adela qui a choisi d’étudier la culture cubaine, peut-être pour faire enrager sa mère qui renie totalement son passé sur l’île.

Quand Clara, la mère de Marcos qui vit toujours à La Havane publie sur facebook une photo de cette soirée de 1990, elle ne se doute pas que tout un passé va resurgir. Plus de 20 ans de vie du clan, à l’étranger et à Cuba.

Il n’y a pas d’équivalent français pour dire que ce n’est pas un livre, c’est un « librazo », un monument, un putain de bouquin. Il n’y en a pas beaucoup qui m’ont donné cette impression d’être totalement immergé pendant un temps qui parait à la fois infini et beaucoup trop court dans la vie d’un groupe de personnes qui me semblent bien plus réels que tous les pantins que l’on peut voir ou entendre ici et là.

Poussière dans le vent vous prend aux tripes et ne vous lâche plus, pendant plus de 600 pages, et vous le refermez en pleurant parce que c’est fini. Vous ne saurez pas ce qu’il adviendra de Clara, d’Irving d’Adela, d’Horacio … Leonardo Padura vous a offert un groupe d’amis intimes, dont vous n’aurez plus de nouvelles. Mais quel pied pendant les heures de lecture.

C’est tout un monde qui est décrit. Celui des cubains, ceux qui restent, ceux qui partent, ceux qui ne veulent plus entendre parler de leur île, ceux qui la regrettent tous les jours. L’analyse est fine, intelligente, jamais manichéenne. C’est presque faire injure à l’auteur de dire qu’il ne tombe dans aucun des deux travers si fréquents quand on parle de Cuba, en particulier en France : penser que c’est soit un paradis soit un enfer.

Vous allez sourire, pleurer, enrager, vous allez être gais, tristes, émus, très émus. Vous allez voyager de la Havane à Madrid en passant par Barcelone, New York, Puerto Rico, Miami et Toulouse. Mieux, vous allez connaître ces endroits à travers le regard émerveillé, critique, humain des membres du clan. L’amitié, l’amour, le rhum, les moments de partage, l’exil, les doutes, les peurs, Cuba, les émotions seront au cœur d’une lecture complexe et riche, mais jamais compliquée, toujours limpide.

Cerises sur le gâteau, il y a un mystère – Leonardo Padura n’oublie pas qu’il est aussi un auteur qui sait construire une intrigue – et un hommage à Elmore Leonard.

Franchement, s’il y a un roman à ne pas manquer en ce début d’automne, c’est bien celui-là. Et si vous n’avez pas la gorge serrée en le refermant, je ne peux plus rien pour vous.

Leonardo Padura / Poussière dans le vent, (Como polvo en el viento, 2020), Métailié (2021) traduit de l’espagnol par René Solis.

Viper’s dream

Cela faisait bien longtemps que l’on n’avait pas de nouvelles de Jake Lamar. Il revient avec Viper’s dream.

Dans les années 30, le jeune Clyde Morton quitte l’Alabama pour New-York, sa trompette sous le bras. Il est persuadé qu’il a du talent et que c’est là qu’il doit aller pour le faire reconnaître. La désillusion est rapide et cruelle, il est nul.

Trente ans plus tard, Clyde Viper Morton qui a tué pour la troisième fois passe ce qui pourrait bien être sa dernière soirée chez la baronne Pannonica, légendaire mécène des jazzmen. Il est richissime, craint de Harlem à los Angeles, fournisseur d’herbe de tous les musiciens et bien au-delà. Il se souvient de ces trente années, de l’évolution du jazz, de New-York et de Harlem, de la déferlante de l’héroïne …

Un roman court, concis, qui dresse le portrait de Viper, certes, mais surtout de Harlem et du jazz entre les années 30 et le tout début des années 60. Je ne vous le vendrai pas comme le roman de l’année, l’auteur fait le choix de prendre une certaine distance et de nous faire tout revivre au gré des souvenirs de son personnage. Mais pour qui s’intéresse au jazz, c’est passionnant de voir l’évolution de cette musique, mais également celle de son public, de voir les plus grands clubs quitter Harlem pour se rapprocher de la clientèle blanche, d’assister aux ravages de l’héroïne, à l’arrivée du bebop, de passer une soirée chez la mythique Panonica en compagnie de Monk, Miles et les autres …

Une belle histoire, racontée par un personnage haut en couleur et dominée par une figure de femme fatale. Que demander de plus quand on aime le polar et le jazz ?

Jake Lamar / Viper’s dream, (Viper’s dream, 2021), Rivages (2021) traduit de l’anglais (USA) par Catherine Richard-Mas.

Toulouse Polars du Sud c’est demain

Les habitués le savent, le salon Toulouse polars du Sud approche à grand pas. Il commence de fait la semaine prochaine, avec des activités un peu partout dès mardi puisque Rosa Montero, qui a gagné le prix Violeta Negra l’an dernier fera un passage express à Colomiers à la librairie La Préface mardi à 20h30 (elle ne peut malheureusement pas rester ensuite).

Ensuite ça va enchaîner. Comme je ne peux pas tout reprendre ici (et ce serait assez idiot), vous pouvez trouver la liste des auteurs qui seront présents, ainsi que celle des rencontres de la semaine, et des tables rondes et parloirs du moment fort, à savoir le week-end du vendredi 8 au dimanche 10.

Comme pour toute rencontre culturelle en ce moment, on ne pourra entrer assister aux rencontres, ou se faire signer des livres que si l’on a le pass sanitaire.

Pour ma part, je vais un peu bosser …

Jeudi je serai dans un premier temps à Ombres Blanches à 18h00 avec Aro Sainz de la Maza, puis à 20h30 avec Victor del Arbol à la médiathèque d’Escalquens.

Et dès vendredi soir sur le site du festival, à la librairie de le Renaissance, pour faire cap vers le grand nord à 20h30 avec Caryl Férey et Olivier Truc.

Samedi je compte sur vous pour vous lever de bonne heure, et venir pour un tour d’horizon du polar espagnol, en très bonne compagnie, puisque l’on retrouvera Aro et Victor, accompagné d’Agustin Martinez et du parrain de cette année, l’incontournable Carlos Salem. Ce sera à 10h15, mais je suis certain que vous ferez ce petit effort.

Et ça va se poursuivre toute la journée, avec, entre autres les lauréats du dernier prix d’Angoulême Landis Blair et David Carlson accompagnés de deux habitués en la personne d’Antonio Altarriba et Keko. Et vous pourrez écouter Serge Quadruppani, Alessandro Robecchi, Laurent Mauvignier, Tiffany Tavernier, Parker Bilal, Caroline Hinault et Hervé Le Corre, sans oublier les parloirs.

Dimanche, désolé, il va vous falloir manquer la messe, ou y aller très tôt, on attaque dès 10h30, avec j’espère un public nombreux pour accueillir le tout récent lauréat du prix du polar européen décerné par Le Point, le croate Jurica Pavicic qui sera entouré de Laurent Guillaume et Minos Efstathiadis. Et ensuite, là aussi on enchaine, avec Michèle Pédinielli, Jean-Christophe Tixier, Wojciech Chmielarz, Marin Ledun, Jean-Hugues Oppel, Marcello Fois, Piergiorgio Pulixi, Alessandro Robecchi, Valerio Varesi, Andres Barba et Anouk Langaney.

Peut-être aura-t-on un moment pour se croiser, et boire un café ou une bière, selon l’heure. A très bientôt j’espère.