Archives pour la catégorie Photographie

Deux lieux littéraires

Une fois n’est pas coutume, quelques lignes, toujours sur la littérature, mais pour vous parler de deux endroits visités pendant les vacances d’été.

Quand nous avons décidé d’aller passer quelques jours pour voir des amis en Suisse, mon idée n’était, ni d’aller y planquer du fric (parce que je dépense tout en vacances, bouteilles et bouquins entre autres) ni d’aller visiter des lieux hautement littéraires. Et pourtant, les potes avec qui je partage, entre autres goûts, celui des livres, nous ont gâtés.

Premier endroit magique, ceci. Mais qu’y a-t-il donc dans ce bâtiment moderne, en pleine nature à une demi-heure de Lausanne ? Une bibliothèque, mais pas seulement, également salle d’exposition, lieu de résidence d’écrivains et lieu de rencontres.

_DSC0328Suisse_328

Une vraie gourmandise pour tout amateur de bouquins. Vous imaginez bien le temps qu’on peut y passer, d’un étage à l’autre, au milieu des livres rangés par pays … Bien entendu, je suis allé voir si je retrouvais mes auteurs préférés. C’est étonnant, je suppose qu’il y a différents responsables des acquisitions, et d’un pays à l’autre on sent des sensibilités différentes.

_DSC0339Suisse_331

Très peu de polars français par exemple, pas de SF, par contre chez les hispanophones, on trouve ceci :

_DSC0337Suisse_329

Et ceci, en plus de tout le reste …

_DSC0338Suisse_330

A noter dimanche prochain un rencontre avec Caryl Férey. Cerise sur le gâteau, pour les amateurs de polars, et des grands titres de Rivages, voyez le nom de la fondation. Aucun rapport avec un traducteur bien connu je suppose, mais la coïncidence est amusante.

_DSC0340Suisse_332

Deuxième lieu un petit village, au-dessus du lac, au milieu des vignobles. Je ne savais pas que le génial Hugo Pratt était mort en Suisse, à Pully. Je l’ai appris, et je suis allé rendre hommage à un de mes personnages préféré.

_DSC0360Suisse_334

Photos de vacances

On ne dirait pas, mais il vient d’y avoir quelques jours de vacances.

Cette fois, il est très très facile de savoir où on les a passés !

Madrid-7581

De beaux musées, des rues et des bars animés,

Madrid-7484

De belles enseignes de bars.

Madrid-7490

Des gens dans la rue qui ont, à peut près, les mêmes revendications qu’ici.

Madrid-7460

Deux personnages emblématiques que je me suis amusé à photographier sous un angle inhabituel.

Madrid-7593

L’incontournable chocolate con churros, et les tapas.

Madrid-7642

Et j’ai râlé, là bas Cartel est traduit depuis fin 2015, et le dernier McKinty, le troisième de la série Sean Duffy est aussi traduit, et ici il n’a plus d’éditeur.

Madrid-7598

Madrid-7645

Devinette

Trois jours au grand air.

Demain je vous cause de Tim Gautreaux, et ensuite du dernier John Harvey.

Mais seulement si vous devinez où j’étais ces derniers jours.Jeu_003

Canyon du sud-ouest américain ?

Jeu_002

Les Andes ?

Jeu_004

Des villages médiévaux du nord de l’Italie ?

Jeu_001

Des falaises du bout du monde ?

Un bien bel objet.

On trouve souvent Marc Villard associé à de très beaux objets inclassables. En voici un de plus, en collaboration avec la photographe Hermance Triay : Scènes de crime.

Villard-scenes-de-crimeQuarante photos : Vingt lieux, vingt objets, du plus rassurant (un coussin, un bas ou des gants de femme) au plus explicite (couteaux ou flingues). Vingt couples autour desquels Marc Villard invente une histoire, très courte (deux pages) qui finit mal.

Un lieu, l’arme du crime et en route pour vingt histoires. Des histoires de meurtres, avec toutes les raisons que l’homme (ou la femme) a découvertes depuis des millénaires pour occire son prochain : jalousie, amour, argent, vengeance …

Comme toujours avec Marc Villard, les textes sont ciselés, on sent qu’il s’est amusé à improviser autour des photos, le décor planté en quelques lignes, et au final l’objet est fort beau (joli travail d’édition).

Je ne sais pas s’il est facile de le trouver en librairie ou en bibliothèque, mais vous pouvez toujours le réclamer.

Photos Hermance Triay, textes Marc Villard / Scènes de crime, Le bec en l’air (2014).

Mort de René Burri.

Une mort me touche ce matin …

Elle me touche par les images qu’elle fait naître en moi. Des images que tout le monde connaît, sans forcément savoir qui en était l’auteur.

Burri-SP

Vous connaissez forcément cette photo, vous l’avez déjà vue, parfois sans savoir qu’elle était prise à Sao Paolo, ni qu’elle était l’œuvre de René Burri, grand photographe suisse de l’agence Magnum.

Burri-Che

Vous connaissez aussi celle-ci, l’autre photo du Che, celle qui n’est pas sur les teeshirts, celle où on voit l’homme et non l’icône (ceci dit j’aime aussi la photo de Korda).

Il avait 81 ans apprend-on sur les différents sites des journaux, il a eu une vie intéressante si on en croit la richesse, la variété et la qualité des photos que j’ai eu, une fois, la chance de voir exposées. Et ce devait être un grand monsieur si l’on en croit l’humanité et la tendresse pour ses « sujets » qui transparaît sur toutes ses photos, que les modèles soient célèbres ou anonymes.

Pour tout ça, merci.

Je voulais en rester là, mais le traitement de l’info par les media aux ordres m’a fait vomir toute la journée.

Je ne connaissais ni René Burri, ni Machin de Margoulin. Mais je connais leurs œuvres. Celle de Burri est lumineuse. Celle de Machin est une des entreprises les plus pourries au monde. Total a pollué partout et tenté de ne rien rembourser nulle part. Total évade de façon légale tous ses bénéfices et ne paye pas un centime d’impôt en France. Total a fricotté avec les pourritures les plus infâmes de la planète, de la junte birmane aux humanistes du Nigéria. Il y a peu d’entreprise qui donnent plus envie de vomir que Total, en compétition serrée avec les marchands d’armes et ceux de tabac. Tous les marchands de mort. Ils me font vomir, leurs patrons aussi.

Je me contrefous qu’il crève victime de la vodka. Mais la réaction obscène de la presse est à gerber. Allez chercher, pas un seul journal aux ordres n’a été foutu de citer le nom des trois pauvres salariés morts en même temps que Machin. C’était pas des grands patrons eux. Z’ont même pas droit à leur nom. Pas un. Tous des lèche-culs obscènes. Toutes mes condoléances à leurs familles.

Et je ne parle même pas des immondes qui osent se dire du parti socialiste. Le parti de Jaurès ! Que l’UMP célèbre l’un des siens, soit, c’est cohérent. Qu’un parti qui se dit héritier de Jaurès retentisse de louanges aussi vomitifs est inqualifiable. Vous êtes tous des traitres (on le savait), vous êtes tous lamentables, vous êtes tous pathétiques. Gérard Filloche, n’attendez pas que les larbins vous virent, cassez vous ! Le seul fait d’avoir quelque chose en commun avec eux vous déshonore !

Désolé, fallait que ça sorte.

René Burri RIP, y saludos de mi parte al Che, à Montalban, Cartier Bresson, Gabo, Mercedes Sosa, Westlake, Crumley, Mandela, Robert Doisneau, Lady Day … et tous les autres.

Machin de bidule et tes chiens, allez brûler en enfer.