Archives pour la catégorie BD

Deux beaux héros hardboiled en BD

Cela fait un bon moment que je n’ai rien écrit sur les BD que je lis. Par flemme essentiellement, mais aussi parce que je ne trouve pas aussi facilement les arguments pour vous convaincre. Une petite exception cependant pour deux excellents polars, dont l’un n’a vraiment pas besoin de moi.

Commençons par celui-là justement, l’incontournable 6° tome des aventures du privé le plus souple et félin du monde polar, j’ai nommé BlackSad de Juan Diaz Canales et Juanjo Guarnido. Il revient, enfin, avec Alors, tout tombe, première partie.

BlackSad est contacté pour protéger une taupe, patron du syndicat des travailleurs du métro et de ses souterrains. Le maire de la ville met le paquet sur les ponts et la voiture et délaisse complètement les transports en commun et la taupe a appris qu’un contrat avait été mis sur sa tête, peut-être par la mafia des belettes. Des profondeurs des tunnels aux magouilles de haut vol des plus riches de la ville, en passant par le milieu du théâtre, notre matou préféré va encore trancher la société dans le vif, de haut en bas.

Superbe hommage au film et au roman noir, magnifique utilisation des clichés, dessins somptueux que demander de plus ? Juste qu’on n’attende pas 8 ans pour avoir la suite. Petit conseil, inspiré par ce volume, le récit qui tourne, entre autres, autour des travailleurs souterrains et des affrontement syndicat / mafia m’a refait penser à l’excellent roman de Thomas Kelly, Le ventre de New York que je vous recommande chaudement, si on le trouve encore.

Deux autres auteurs qui connaissent parfaitement et aiment le roman et le film noir, et qui savent parfaitement jouer avec ses codes sont les deux américains Ed Brubaker et Sean Phillips, auteur, entre autres, du superbe Fondu au noir. Les voilà avec le premier tome d’une trilogie, mettant en scène un personnage hardboiled dans la meilleure tradition : Reckless.

Ethan Reckless était membre d’un groupe politique d’extrême gauche quand il était étudiant. Jusqu’à l’explosion d’une bombe qu’ils préparaient qui l’a laissé sans souvenirs de quelques jours, et surtout dans l’incapacité à ressentir la moindre émotion. Depuis il exploite un vieux cinéma avec une assistante. Mais il a aussi une autre activité, arrivée un peu par hasard. Son numéro de téléphone est connu dans certains cercles, et si on a un problème auquel on ne veut pas mêler la police, on peut appeler ce numéro. Suivant la nature du problème, Reckless peut décider de s’en occuper. Jusqu’à ce que son passé le rattrape, et qu’une ancienne connaissance fasse appel à lui.

Construction et thématiques archi classiques pour les amateurs de privés dur à cuire. Mais le classique, quand c’est bien fait, c’est le pied. Et là c’est très bien fait. Découpage impeccable, distillation fine des éléments du passé de Reckless, maîtrise parfaite du suspense et des coups de théâtres, et une mise en page et un dessin qui rappellent et rendent hommage de bien belle façon aux grands du film noir. Le pied disais-je. J’attends le tome 2 (chaque aventure est indépendante) avec une grande impatience.

Juan Diaz Canales (scénario) et Juanjo Guarnido (dessin) / Blacksad / Alors, tout tombe, première partie, Dargaud (2021), traduit de l’espagnol par Christilla Vassero.

Ed Brubaker (scénario) et Sean Phillips (dessin) / Reckless, Delcourt (2021), traduit de l’anglais (USA) par Alex Nikolavitch.

BD de début d’année

Commençons l’année avec quelques BD, Noël ayant été propice aux cadeaux (certains étant des auto-cadeaux), voici le bilan.

Les papis de Wilfrid Lupano et Paul Cauuet ont toujours la papate, et cette fois ils vont aller mettre le souk en Guyane dans L’oreille bouchée. Cela ne va pas aller sans ronchonneries, surtout du côté de Pierrot. C’est Mimile et son copain retrouvé Errol qui invitent Pierrot et Antoine, sans leur dire de quoi il s’agit. On se doute qu’il ne s’agit pas seulement de faire du tourisme … C’est toujours aussi drôle, enragé, engagé. Avec ce voyage les auteurs on trouvé le moyen parfait de mettre en scène la mauvaise humeur et la mauvaise de foi de Pierrot, donc on rit beaucoup, et on rit intelligent. Que demander de plus.

Côté comics, Jeff Lemire a encore sévi, avec une histoire « one shot » comme on dit en français : Sentient, en collaboration avec Gabriel Walta. A bord du USS Montgomery, une vingtaine de familles parties d’une Terre à bout de souffle sont en route vers une des lointaines colonies. Juste au moment où le vaisseau rentre dans une zone où les communications sont impossibles, un des voyageurs, membre d’un groupe séparatiste tue tous les adultes. Les enfants vont se retrouvés livrés à eux-mêmes, en compagnie de l’IA du vaisseau, Valérie, qui va devoir dépasser sa programmation pour leur permettre d’arriver à bon port. Très beaux dessins dans des tons pastels, gris et bruns, sauf à un moment crucial du récit où l’on passe à des couleurs plus primaires, pour une jolie histoire d’amitié et de parentalité de substitution.

Du pastel je suis passé au vraiment flashy avec le début d’une série de SF Invisible Kingdom de G. Willow Wilson et Christian Ward. Quelque part dans l’espace, Grix est pilote sur un vaisseau qui livre les commandes de la toute puissante société Lux. Loin de là, Vess vient juste de rentrer dans les ordres de l’Enseignement de la Renonciation, qui combat, entre autres et surtout, le consumérisme prôné par Lux. Quand chacune de son côté découvre que Lux verse de très grosses sommes tous les mois aux sœurs elles deviennent toutes les deux très très gênantes. Comme elles refusent de se taire, leur tête est mise à prix, et la chasse est lancée. Un propos intelligent, des thématiques plus qu’actuelles (entre les lanceurs d’alerte, le poids des géants du commerce tel Lux, l’hypocrisie des institutions religieuses …), des dessins impressionnants qui vont vous en mettre plein la vue, et une narration parfaitement maîtrisée, voilà un démarrage de série qui promet.

J’ai complété tout cela avec du Garth Ennis, vous voyez qui s’est ? Non ? Le scénariste de Preacher. La première BD n’a rien à voir. D’après mon dealer de comics qui sait TOUT, c’est un autre versant que l’on ne connaît pas ici du génial scénariste, qui est un grand spécialiste de la seconde guerre mondiale. C’est là qu’il situe Sara, dessiné par Steve Epting. Pendant le siège de Leningrad, en plein hiver, un groupe de snipers soviétiques décime les troupes nazies. Un groupe de femmes. La plus douée, Sara. Soumise à pression des combats, au froid, et à la surveillance constante des commissaires politiques Sara marche sur le fil et doit vivre avec ses fantômes. Superbe dessin, construction au cordeau, reconstruction historique impressionnante, suspense parfaitement maîtrisé et un final magnifique. Une réussite exceptionnelles qui emporte, même ceux qui, comme moi, ne sont pas du tout fan, a priori, de roman ou BD sur la guerre.

Et pour finir, toujours du Garth Ennis de l’ancien, du vieux et réchauffé, dans la veine trash et iconoclaste, associé cette fois à Darick Robertson qui est le dessinateur de Transmetropolitan. J’ai commencé doucement avec les trois premiers volumes de The Boys qui titrent : Ca va faire très mal ! puis Ca va saigner et Dis comme ça. Bien entendu, j’irai au bout de la série très bientôt. Dans un futur parallèle les super héros existent. Ils sont le produit d’une entreprise d’armement qui a créé les 7, les plus puissants d’entre eux. Puis ici et là des aspirants supers se sont regroupés en ligues. But, gagner plein de tunes avec les pubs, les films les comics … et pour la firme, infiltrer au mieux le gouvernement américain pour récupérer les contrats d’armement. Face à eux la CIA qui parfois se réveille a créé The Boys, ceux qui sont là pour surveiller les surveillants, et leur mettre des limites. Il faut dire que les Super en général, et les 7 en particulier sont très puissants, mais aussi très cons, obsédés, et particulièrement nuisibles. The Boys c’est Butcher et son dogue qui ne répond qu’à un ordre : « Nique », Le français, La crème, La fille et un écossais récemment arrivé Hughie. Dire que leurs méthodes sont conventionnelles et que les auteurs font toujours preuve de bon goût, de retenue et de politiquement correct serait mentir. Et putain que c’est bon ! Certes il y a parfois quelques moments un peu plus faibles, mais l’ensemble est tellement provocateur, iconoclaste, dézingueur de mythes et en même temps tellement vrai que c’est une jubilation constante. A lire pour tous ceux qui aiment les BD qui secouent la pulpe.

Wilfrid Lupano (scénario) Paul Cauuet (dessin) / Les vieux fourneaux : L’oreille bouchée (T6) Dargaud (2020).

Jeff Lemire (scénario) et Gabriel Walta (dessin) / Sentient, Panini Comics (2020), traduits de l’anglais (USA) par Khaled Tadil.

G. Willow Wilson (scénario) et Christian Ward (dessin) / Invisible Kingdom, HI Comics (2020), traduits de l’anglais (USA) par Virgile Iscan.

Garth Ennis (scénario) et Steve Epting (dessin) / Sara, Panini Comics (2020), traduits de l’anglais (USA) par Thomas Davier.

Garth Ennis (scénario) et Darick Robertson (dessin) / The boys, volumes 1 à 3, Panini Comics (2015 et 2016), traduits de l’anglais (USA) par Alex Nikolavitch.

Quelques idées de comics

Cela faisait un bon moment que je n’avais pas parlé de comics, et pourtant, je continue à en lire.

Commençons par l’inépuisable Jeff Lemire

Ascender continue, la quête de Mila, la gamine qui cherche le petit robot dans un monde soumis à la magie de la Mère va l’amener à retrouver quelques uns des personnages de la magnifique série Descender. Les dessins de Dustin Nguyen sont toujours superbes, les retournements de situation tiennent en haleine, le seul ennui c’est que maintenant il va falloir attendre la suite.

Il s’est ensuite attaqué à un des personnages les plus riches de l’univers des super héros dans Joker killer smile, avec Andrea Sorrentino au dessin.

Le docteur Ben Arnell est vraiment un mec bien. Psychiatre, père et mari aimant, il arrive à laisser ses problèmes de travail au bureau quand il retrouve sa famille. Ben est un excellent psychiatre, à l’écoute de ses patients, plein d’empathie. Il va en avoir besoin avec son malade le plus connu, Joker, enfermé à Arkham. Petit à petit, il pense progresser, entrer dans la folie du Joker, faire tomber ses barrières, mais en même temps, n’est-ce pas l’inverse qui se produit ?

Un scénario assez vertigineux qui amène le lecteur à douter de tout. On sombre dans la folie sans arriver à savoir quand on a commencé à perdre pied avec le bon docteur. Les dessins, bien sombres,  et la mise en page très variée concourent à créer ce vertige. Très impressionnant. Et pas de Batman ici pour sauver qui que ce soit … Un beau cadeau de Noël pour ceux qui aiment les ambiances sombres et tordues.

Pour finir une série de BD dont on parle depuis qu’elle a commencé à être adaptée sur Netflix : Locke and Key de Joe Hill et Gabriel Rodriguez.

L’histoire commence très mal pour la famille Locke. Le père Rendell est assassiné et la mère Nina violée par deux élèves du lycée où travaille le père. Suite au drame Nina et les trois enfants, Tyler l’ainé, Kinsey la seconde et le petit Bode déménagent dans une maison de famille à Lovecraft, Massachussetts. Là Bode va découvrir d’étranges clés et réveiller une entité peu aimable. Les enfants Locke vont devoir alors affronter les fantômes de la famille jusqu’à un final en forme de feu d’artifice.

Les dessins sont superbes, certaines planches particulièrement soignées et Joe Hill qui a vraiment le sens du suspense manie parfaitement les coups de théâtre et renversements de situation. Certes, on n’a pas là la puissance et la charge politique de comics comme Scalped ou Transmetropolitan, mais c’est une excellente histoire fantastique qui vous accroche dès les premières planches avec des personnages bien construits, de l’émotion et des séquences d’action très réussies. De heures de lecture agréables assurées.

Jeff Lemire (scénario) et Dustin Nguyen (dessin) / Ascender Tome 2, Urban Comics (2020), traduits de l’anglais (USA) par Benjamin Rivière.

Jeff Lemire (scénario) et Andrea Sorrentino (dessin) / Joker killer smile, Urban Comics (2020), traduits de l’anglais (USA) par Benjamin Rivière.

Joe Hill (scénario) et Gabriel Rodriguez (dessin) / Locke and Key Tome 1 à 6, HI Comics (2018 à 2019), traduits de l’anglais (USA) par Maxime Le Dain.

Ciao Quino

Putain il ne manquait plus que ça dans cette période de merde. Même Quino nous lâche. Il laisse une Mafalda plus d’actualité que jamais orpheline.

Pour l’humour fin, subtil, tendre mais sans pitié, on n’avait déjà plus Serre, il ne reste plus que Sempé. Merci pour tout, on relira l’intégrale de Mafalda, et on affichera les dessins sur les murs.

Pour vaincre le coup de mou

J’ai du mal à lire les parutions récentes, surtout françaises j’avoue. Du moins celles que j’ai entre les mains actuellement. En général bien écrit, voire très bien, rien à redire, mais un peu étriqué, centré sur la famille, restreint à un petit périmètre. Et en ce moment, la famille ça va, on la voit, on est tout le temps les uns sur les autres, et les petits périmètres on pratique. J’ai besoin de lire du Bigger Than Life.

Spider 01

Alors j’ai relu Transmetropolitan. C’est ma troisième lecture de ce monstre, je me suis encore éclaté. Putain que c’est méchant mais que c’est juste et visionnaire. Dire que cette BD a plus de 20 ans. J’adore Spider, j’adore son immonde chat, j’adore ses sordides assistantes. Je les aime pour des moments comme ça :

« Aujourd’hui, il y a une nouvelle religion toutes les 35 minutes. Et pourtant, étrangement, les lance-flammes sont toujours illégaux. Il n’y a pas d’équilibre dans ce patelin. »

Ou

« Lorsque notre correspondant a interrogé Jerusalem sur son article, celui-ci a ri, lui a écrasé une bouteille sur la tempe et nous a tous invités à lui sucer la bite. »

Ou

« Juste un petit rappel : Quand je parle des damnés, de la racaille, des gens qui n’en ont plus rien à cirer, des gens qui font semblant de ne pas voir la misère dans les rues, des gens qui se fichent de qui dirige ce pays … Quand je parle de la lie de la Ville … je parle de vous. »

Spider 02

Avec un dessin aussi enragé et engagé que le texte. C’est bon. Spider reviens, on a besoin de toi.

Spider 03

Ciao Albert

Et merde, avec tout ça j’ai raté l’info hier. Albert Uderzo est mort. Ca faisait longtemps qu’on était orphelin de René Gosciny, on est vraiment tout seuls maintenant. Juste au moment où on aurait bien besoin de rigoler un peu.

Merci pour tout.

Uderzo Fin

Le talent de Jeff Lemire

On peut légitimement se demander comment fonctionne le cerveau du scénariste Jeff Lemire, tant sa production est d’une richesse et d’une variété qui n’ont d’égales que sa qualité. Jugez plutôt.

ascender-02

Je vous ai pas déjà parlé de la géniale série Descender, superbe scénario de SF magnifié par les aquarelles de Dustin Nguyen. Ceux qui l’ont lu, ont repéré un court chapitre qui relève plutôt de la fantasy, où la magie prend le pas sur la technologie.

Dix ans après la fin de Descender, dont je ne dirai que le strict minimum, nous voilà de retour dans le monde totalement changé de Ascender. Les robots ont donc disparus, la technologie avec, et les humains qui ont survécu vivent sous la coupe de La Mère, sorcière qui règne par la terreur. Une gamine qui vit à l’écart avec son père va trouver un étrange petit robot, ce qui, en soit, constitue un crime contre La Mère. Le début d’une fuite et d’une quête pour retrouver le mythique Tim 21, robot ressemblant à un garçon de 10 ans, qui pourrait réconcilier les hommes et les machines.

Démarrage sur les chapeaux de roues pour cette série. A la différence de la précédente, pas de suspense sur ce qu’il s’est passé avant (à moins de ne pas avoir lu Descender ce qui serait une faute impardonnable). Mais d’emblée des héros qui sont jetés dans l’eau glacée. Vont-ils s’en sortir ? Toujours ces aquarelles magnifiques, aussi impressionnantes dans l’évocation de créatures de fantasy qu’elles l’étaient dans celle des machines. Où comment se renouveler complètement dans la continuité. Superbe.

ascender 01

Changement complet avec Royal City, série en trois volumes dessinée par Lemire lui-même et, on peut le supposer, fortement inspirée de sa propre histoire.

RoyalCity-01Royal City c’est la ville où vivent les Pike. Depuis toujours. Une ville sur le point de changer. Alors que le père se trouve à l’hôpital, victime d’une crise cardiaque, la famille va se retrouver, pour s’entraider ou mieux se déchirer. Patrick, écrivain, parti vivre ailleurs ; Tara qui voudrait que la ville change, alors que l’usine qui la fait survivre est en pleine déconfiture ; Richard, perdu dans l’alcool et le jeu. Tout le temps et partout présent, le fantôme de Tommy, mort alors qu’il n’était qu’un adolescent …

Scénario maîtrisant de façon virtuose un grand classique, à savoir les flashbacks et un double suspense (que c’est-il passé avec Tommy, que va-t-il se passer aujourd’hui). Le dessin qui ne cherche pas l’artifice épouse cette chronique de vie, où le destin d’une famille ordinaire fait écho à celui d’une ville ordinaire. Où l’on se passionne pour la vie d’une usine, des ouvriers qui y travaillent, pour les relations entre frères, entre parents et enfants. Pas de héros ou anti-héros, pas d’affreux ou de gentils, mais une exploration douce et intelligente de nos zones grises, de nos ombres mais aussi de nos lumières. C’est maîtrisé, très émouvant, cela semble très personnel et pourtant ce n’est pas de l’autofiction. Une très belle réussite dans le registre intime de Jeff Lemire dont je connaissais davantage le registre épique. Mais toujours, finalement, la famille et ses relations complexes au cœur du récit.

RoyalCity-02

Nouveau virage complet avec Gideon Falls où il explore l’horreur et le fantastique.

Gideon-02Norton Sinclair est un jeune homme perturbé. Il collectionne des bouts, de clous, du bois, des bouts qu’il trouve dans les poubelles et les caniveaux de la ville. Il a vu une grange noire, il sait qu’il faut absolument qu’il recrée une porte, bout par bout. La jeune docteur Xu qui le suit essaie de comprendre son délire et ses hallucinations. Jusqu’à ce que …

Ailleurs, à Gideon Falls le père Fred arrive pour remplacer le prêtre précédent, disparu. Et l’on parle, à demi-mots, de l’apparition et de la disparition d’une grange noire, liée à des morts sinistres. Il rencontre alors une communauté qui semble surveiller ces apparitions depuis longtemps.

Typiquement le type de série qui fait immédiatement monter l’angoisse et le mystère. On est happé par le scénario et le dessin très sombre. Qu’il est difficile d’attendre la suite ! Pour l’instant une série très addictive, bien glauque, du pur plaisir. Seule inquiétude, que la suite ne soit pas à la hauteur des expectatives que fait naitre ce démarrage foudroyant.

Gideon-01

Jeff Lemire (scénario) et Dustin Nguyen (dessin) / Ascender Tome 1, Urban Comics (2020), traduits de l’anglais (USA) par Benjamin Rivière.

Jeff Lemire (scénario) / Royal city Tome 1 à 3, Urban Comics (2018 à 2019), traduits de l’anglais (USA) par Benjamin Rivière.

Jeff Lemire (scénario), Andrea Sorrentino (dessin) et Dave Stewart (couleur)/ Gideon Falls Tome 1 et 2, Urban Comics (2018 et 2019), traduits de l’anglais (USA) par Benjamin Rivière.

Deadly Class

A l’occasion de la sortie du Tome 8 de Deadly Class, je me suis fait un petit plaisir pendant qu’il pleuvait dehors, relire la série entière. Pour mieux percevoir, en étant peut-être un peu moins attaché aux différentes péripéties, sa cohérence, et sa force.

DeadlyClass 01Pour le détail de ce qui se passe, je vous renvoie aux notes précédents. Juste quelques mots pour situer. Nous sommes dans les années Reagan (les années lycée du scénariste ?), Marcus, 14 ans, vit dans la rue, après s’être échappé de son orphelinat quand il est recruté par Saya et intègre une école un peu spéciale, tenue de main de fer par Maître Lin, qui forme de futurs assassins.

Les trois premiers tomes se déroulent dans le lycée, avec les fils à papa, les clans par origine, les paumés qui se regroupent, les déracinés … Bref si tout ce beau monde n’était pas là pour apprendre à tuer, et si les fils à papa n’étaient fils du meilleur tueur du KBG, d’un assassin de la CIA, ou de chefs de toutes les mafias mondiales possibles et imaginables, si les paumés n’avaient pas tous déjà quelques morts à leur actif, tout cela serait une classique, et ennuyeuse, série de lycée pour ados.

Sauf que là sa saigne sévère, que les méchants sont de vrais teignes … Et pourtant, petit à petit, la révélation des failles des uns et des autres vont les humaniser, sans pour autant les rendre plus aimables. Ensuite, on va de coup de théâtre en coup de théâtre, de la fin du 3 au numéro 8.

Les auteurs réussissent l’exploit de construire des personnages qui sont des tueurs sans pitié (ou presque), qui n’ont d’autre choix pour survivre que d’éliminer leurs semblables, et pourtant, cela reste des ados, avec des problématiques de leur âge, la musique, les filles et les garçons, la bande, les potes … Assez troublant ce mélange sanglant.

De nouveaux personnages vont apparaitre, ce qui donnera aux auteurs l’occasion d’évoquer d’autres lieux, d’autres sociétés, de nous mettre d’autres claques. Les références, musicales et comics essentiellement, pleuvent sans jamais alourdir le récit ou le dessin, le découpage graphique est particulièrement dynamique, et comme les surprises ne s’arrêtent jamais, et que le rythme ne faiblit pas, vivement le tome 9 !

Rick Remember (scénario), Wes Craig (dessin), Jordan Boyd (couleur) / Deadly Class Tome 8, Urban comics (2019), traduit de l’anglais par Benjamin Rivière.

Comics : Deux superbes fins de séries

Une petite chronique Comics pour deux excellentes séries qui se terminent, et la continuation d’une troisième.

Pour la continuation c’est Deadly Class de Rick Remember (scénario), Wes Craig (dessin) et Jordan Boyd (couleur) qui en est au 7° volume.

deadly-class-tome-7Si vous vous souvenez des épisodes précédents, on a suivi des ados dans une école un peu particulière qui les forme à être des assassins. On a quitté l’école avec la première promotion à la fin du 4, on en a trouvé de nouvelles promos dans les 5, 6 et 7, en en apprenant également un peu plus sur les familles mafieuses d’un certain nombre d’élèves, et là, pour le 7, c’est le grand dézingage, toutes les factions qui sont après nos survivants des deux promos (les yakuzas, les flics ripoux mexicains et les envoyés de l’école) vont se retrouver pour un épisode qui saigne sévère. C’est certain, beaucoup resteront sur le carreau.

C’est incroyable, on croit à chaque épisode qu’on ne peut plus accélérer et monter un cran dans la violence, et pourtant à chaque fois, les auteurs y arrivent. Cette fois, clin d’œil assumé, une voix off dit qu’on se croirait dans une BD de Franck Miller, ou un film de Tarantino, avec une référence évidente à Kil Bill. Ça pourrait lasser, et pourtant ça marche. Je suis complètement accro à cette espèce de machin survolté, qui est loin d’être terminé, qui nous offre quelques beaux coups de théâtre et retournements d’alliances, et laisse entrevoir une suite que j’attends avec impatience.

Les deux séries excellentes qui se terminent sont, le polar Kill or be killed de Ed Brubaker (scénario) et Sean Phillips (dessin) et Elizabeth Breitweiser (couleur) et la série SF Descender, de Jeff Lemire (scénario) et Dustin Nguyen (dessin).

kill-or-be-killed-04Vous vous souvenez peut-être de Dylan de Kill or be killed, un looser de la plus belle eau. Sauvé du suicide par un démon, il doit pour survivre tuer un nuisible par mois. Et il finit par y prendre goût, même si ça complique forcément ses relations avec son amie / amoureuse (ça fluctue), et avec la police de New York qui est à la poursuite du tueur à la cagoule. Et que dire de la mafia russe qui est à ses trousses. Dans ce volume 4 et dernier, il vient de découvrir que son frère, qui s’était suicidé, voyait aussi un démon, un démon qui apparaissait dans les dessins de son père. Tout va alors se dénouer dans l’hôpital psychiatrique où il est enfermé après … Mais pour le savoir il faut lire ce dernier volume.

Le scénario fait partie de ces histoires qui vous accrochent dès le début grâce à un point de départ très intrigant, que vous poursuivez avec bonheur, mais avec toujours derrière la tête la question de savoir si le final ne va pas être décevant, ou comment s’en sortir sans une pirouette un peu facile. Et bien ici pas de pirouette facile, le final est à la hauteur des attentes. Le dessin magnifique nous plonge toujours dans une atmosphère de film noir comme je les adore, et que dire de l’habileté du scénario. Tout au long de la série les auteurs ont eu le chic pour parfaitement doser les aller-retour présent, passé proche, pour faire monter le suspense, et le recours à la voix off du narrateur (Dylan) est génial. Vraiment une superbe série pour tous les amateurs de polars et d’ambiance de film noir.

Descender-01Descender se termine également. Dernier volume pour admirer les magnifiques aquarelles de Dustin Nguyen et là aussi énorme attente face à une série qui commence sur un choc et une question qui tend le fil de suspense pendant toute la suite : Qui sont ces robots monumentaux qui ont attaqué le monde et ont disparu ensuite, et quel rôle le petit Tim 21, robot de compagnie du jeune Andy joue-t-il dans ce mystère ? A la fin du volume précédent, les principaux protagonistes ont convergé vers une planète où vit le créateur de Tim et …

Et une fois de plus le final est superbe et tient toutes les promesses d’une histoire riche en rebondissements et questionnements. Aucune déception donc, et un final totalement cohérent. Là où les auteurs font très fort, c’est qu’ils concluent vraiment l’histoire, tout en laissant une ouverture pour raconter une autre histoire, complètement différente, mais néanmoins reliée. Chapeaux les artistes, et vivement la prochaine histoire !

Descender-02

Rick Remember (scénario), Wes Craig (dessin), Jordan Boyd (couleur) / Deadly Class Tome 7, Urban comics (2019), traduit de l’anglais par Benjamin Rivière.

Ed Brubaker (scénario), Sean Phillips (dessin), Elizabeth Breitweiser (couleur) / Kill or be killed Tome 4, Delcourt 2019, traduit de l’anglais par Jacques Collin.

Jeff Lemire (scénario) et Dustin Nguyen (dessin) / Descender Tome 6, Urban Comics (2019), traduits de l’anglais (USA) par Benjamin Rivière.

Le génie de Gosciny

Je ne sais plus ce qui nous a pris avec mon fils, mais nous avons entamé, et bouclé, la relecture de tous les Astérix de Gosciny.

Et comme je viens de publier deux notes ronchonnes, pour sourire un peu avant de nouvelles lectures, j’ai fait la liste des jeux de mots un peu cachés des volumes historiques (ceux de Uderzo ET Gosciny donc), sans relever les noms des personnages (ce serait trop long), ni les jeux de mots qui sont fait ouvertement, quand un des personnages se moque d’un autre.

J’ai trouvé tout ça, je suis prêt à expliquer ceux qui ne disent plus rien aux plus jeunes, et à compléter bien entendu si jamais j’en ai oublié, ce qui n’est pas impossible. Sachez qu’avec cette relecture attentive, j’en ai trouvé de nouveaux, alors que j’ai bien dû les lire tous pas loin d’une dizaine de fois.

Vive Gosciny ! J’espère que ça vous donnera envie de les relire.

Astérix le Gaulois :

Mise en place de la série, et peu de jeux de mots si ce n’est les noms, mais déjà la première version d’une grande série de citations de César détournées :

Les Gaulois sont venus, ils ont vu et ils ont emporté Caligula Minus

Astérix chez les Goths :

Astérix, Obélix et Panoramix ont dans ce numéro leur dessin définitif (pas les autres). Téléféric, ancien chef des Goths, vient d’être détrôné par Cloridric gavé de potion qui lui dit :

Ta vie ne tient qu’à un fil Téléféric

Le troisième à recevoir la potion : Electric. Qui part enthousiaste en s’exclamant :

Je vais être général ! Le Général Electric !

Astérix gladiateur :

Astérix et Obélix vont à Rome récupérer Assurancetourix, ils sont invités chez un Gaulois qui leur montre son appartement. A la question de savoir comment s’appelle ce logis :

HLM … Habitations Latines Mélangées

A noter la première apparition des pirates.

Le tour de Gaule d’Astérix :

Les dessins d’Assurancetourix et Abraracoucix sont définitifs, et pour la première fois Obélix se vexe qu’on dise qu’il est gros. Un peu fort peut-être, mais pas gros. Et Idéfix apparaît, il suit nos amis depuis Lutèce mais n’a pas encore de nom.

Premier d’une longue série de jeux de mots, lors de la première bataille avec les Romains, on entend :

Par Jupiter ! Par Toutatis ! Par Pitié !

Obélix et Astérix montent sur un bateau qui vogue sur la Seine. A bord un couple de Romains. Lui veut les débarquer, son épouse accepte de les garder, ce qui vaut cette phrase d’Astérix :

Allons quoi Romain ! Sois bon comme la romaine !

Pour aller à Lugdunum nos amis volent le char de la Poste Romaine. Ce qui nous vaut cette réflexion du conducteur qui finit attaché et bâillonné :

Je vous promets qu’on n’a pas fini d’en parler de l’affaire du courrier de Lugdunum !

 

Astérix et Cléopatre:

Idéfix est adopté, et d’emblée ce chef-d’œuvre quand Numérobis (d’Alexandrie) arrive au village et rencontre Panoramix qu’il est venu chercher

– Je suis, mon cher ami, très heureux de te voir

– c’est un Alexandrin

Explique Panoramix en le montrant aux autres villageois.

Devant les pyramides, Panoramix fait la leçon à Obélix :

Du haut de ces pyramides, Obélix, vingt siècles nous contemplent !

Astérix à Obélix qui veut emporter un obélisque :

– Non, non et non Obélix ! Cet objet au milieu de la place du village ? Mais ce serait ridicule voyons !

– Nos opinions ne concordent jamais !

Une nouvelle bataille entre nos amis et les légions romaines :

Les légionnaires ont adopté, pour attaquer, la redoutable tactique dite de la « Tortue »

Pour battre en retraite, les légionnaires adoptent l’efficace tactique dite du « Lièvre »

Et quand Cléopâtre demande à Astérix ce qu’il veut en remerciement :

Si un jour vous avez envie de construire autre chose en Egypte, un canal entre la Mer Rouge et la Méditerranée par exemple …

Le combat des chefs:

L’aide de camp explique le principe du combat des chefs :

Si les deux chefs sont de force égale, ils ont le droit de se jeter des ballots à la tête, on dit alors qu’ils sont en ballotage

Une qui vient de loin … Des légionnaires doivent capturer le druide, s’ils réussissent ils seront récompensés, s’ils échouent ils seront consignés. Ce qui donne le dialogue suivant :

– J’aimerais autant être consigné tout de suite …

– MISERABLE VER DE TERRE ! VA, ET JE TE CONSEILLE DE REVENIR VICTORIEUX

– Ca n’a pas marché !

– Eh non ! Le ver n’est pas consigné !

Le rêve d’Aplusbegalix, le chef gallo-romain

Je vais construire des thermes ! Des thermes à péage ! Tous les trois mois les Gaulois paieront les thermes !

Les romains en patrouille reçoivent sur la tête une marmite qui sent le poisson. Exclamation du centurion :

Ils se souviendront de la marmite de poisson.

Astérix chez les Bretons :

Un des monuments de la série. Il serait fastidieux de relever toutes les traductions mot à mot de l’anglais vers le français, cet album est génial d’un bout à l’autre. Reste Jolitorax qui file en barque vers la Gaule :

Jolitorax a été élevé dans la tribu des Cambridges qui sont, avant tout, d’excellents rameurs.

Et on pourra retenir ces explications limpides d’Obélix à propos du Breton Jolitorax cousin germain d’Astérix :

C’est un Germain breton, mais il ne faut pas le secouer trop fort même s’il le demande.

Astérix et les Normands :

Revoilà les injonctions aux Dieux :

Par Thor ! Par Odin ! Par exemple !

Les Normands installent leur campement :

Commencez à creuser les trous pour planter les piquets. De beaux trous normands !

Et le jeune Goudurix essaie d’alerter le village du danger :

Les normands sont à nos portes ! Ils vont tout mettre à feu et à sang ! Ils sont une foule ! Une masse ! C’est un débarquement de la Normandie !

Nous revoilà avec un détournement du grand Jules :

Je ne sais pas ce que Jules César a dit, mais ne pas y aller et ne pas voir, c’est le meilleur moyen de ne pas être vaincus !

Et un autre :

Par Thor ! Par Odin ! Partons !

Astérix qui refuse un banquet proposé par les Normands et leur demande de partir :

Partir c’est nourrir un peu

Astérix légionnaire:

Étonnamment peu de jeux de mots dans ce volume pourtant exceptionnel.

Quand même une image, les pirates qui ont rencontré la galère romaine à ord de laquelle se trouvent Astérix et Obélix, finissent sur un radeau, dans une attitude très « classique », le capitaine a ce dernier commentaire :

Je suis médusé.

Obélix à Astérix qui lui demande s’il se souvient du mot de passe pour rentrer chez Scipion :

oh, tu sais, moi les langues étrangères … et puis, toi tu penses, moi je suis,

Le mot de passe étant bien entendu Cogito, ergo sum.

Le bouclier arverne:

Avec cette excellente, qui risque de ne pas évoquer grand chose aux moins de … quelques années. Dans les thermes où ils ont accompagné leur chef, Astérix et Obélix veulent se baigner. Obélix plonge, vidant une des piscines. Quand le responsable vient voir où ils sont, Abraracourcix, dans la piscine vide, répond à la question « où sont tes Gaulois » en montrant celle d’à côté où sont allé nager les deux compères :

Mes Gaulois sont dans la pleine.

Pour une fois, un nom. Le Tribun envoyé par César s’appelle Tullius Fanfrelus, ce qui ne veut rien dire, sauf dans la bouche des Arvernes (rappelons que ce sont les auvergnats) où il devient Fanfreluche.

Sauf erreur de ma part, dans les trésors ramenés de ses campagnes par César, il y a dans un coin le Faucon Maltais.

Et cet échange entre le tribun qui ne trouve pas le bouclier de Vercingétorix et César :

– Nous n’avons pas de souvenirs de la Guerre des Gaules.

– Sans commentaires.

Revoilà César et son sens de la formule :

Bon. Veni, Vidi, et j’ai compris.

Astérix aux jeux olympiques :

A un nouveau légionnaire qui demande qui est Cornedurus, le champion de la garnison :

On voit bien que tu es un bleu Deprus.

Le dit Cornedurus à son centurion, Mordicus, qui lui demande de ne pas le laisser tomber :

Ne crains rien, je te soutiens Mordicus

A propos d’Assurantourix qui vient de prendre une beigne parce qu’il voulait chanter :

– Qu’est-ce qu’il a ?

– Je pense qu’il a dû rater une marche

Un athlète grec qui se plaint de l’ordinaire, avec les romains qui bâfrent à côté :

Si vous voulez des jeux, donnez-nous du pain

Pour le défilé des athlètes grecs Gosciny c’est surpassé :

Cela commence par le défilé des Thermopyles, ils sont suivis par ceux de Samothrace, sûrs de la victoire ; ceux de Milo sont venus aussi … ceux de Cythères viennent de débarquer ; ceux de Marathon arrivent en courant ; ceux de Macédoine sont mélangés, Spartiates sont pieds nus … Rhodes n’a envoyé qu’un seul représentant, un colosse.

Et ça continue avec le départ de la course :

Pour donner le départ, un officiel invoque le nom du fils du Dieu Hermés … PAN !

Et pour finir, alors que les athlètes romains ont bu de la potion truquée et ont la langue bleue :

Je souhaite que notre langue reste une langue vivante.

Astérix et le chaudron:

Pas le meilleur de la série, et peu de chose si ce n’est à propos du collecteur d’impôts qui après une première visite dans le village bien connu n’est jamais revenu :

– Et il n’est jamais revenu ?

– Jamais ! Donc pas de revenu, pas d’impôts !

Astérix en Hispanie:

Cette fois le village est au complet avec Agecanonix, Ordralfabetix le poissonnier et Cétautomatix le forgeron.

Et il y a de sacrées perles, dont une des plus belle. Lors du triomphe de César à Rome, un barbare rouquin prisonnier applaudit émerveillé. D’un geste auguste César le libère ce qui fait dire à deux spectateurs :

– Que fait César ?

– Il affranchit le rubicond.

En arrivant en Hispanie, pour ramener Pepe, le fils du chef qui résiste, nos amis tombe sur des files de chariots de vacanciers qui vont en Espagne pour le soleil et parce que le cours de la sesterce est avantageux, quoique, dit l’un, les prix ont monté depuis l’année précédente. Ce qui lui fait dire :

Tous les étés les ibères deviennent plus rudes.

Pour passer la frontière sans passer devant les légionnaires, il leur faut un guide. C’est un vaccéen qui les fera passer, ce qui fait dire à Obélix :

Je ne savais pas qu’il fallait un vaccéen pour entrer en Hispanie.

La zizanie :

D’entrée de jeu :

A Rome, dans le sénat, le vieux sénateur Stradivarius, de sa voix bien modulée habituée à faire vibrer les foules

Et cette tactique militaire limpide :

L’arrière-garde n’a pas fait son travail, ce qui a transformé l’avant garde et arrière-garde. Retourne en arrière et en avant !

Le domaine des Dieux :

Une des plus connues vient de cet album. Astérix vient de donner la potion aux esclaves qui construisent le domaine. Un gardien vient crier sur le chef des esclaves qui est un numide et prend une énorme baffe. Commentaire :

Il ne faut jamais parler sèchement à un Numide.

Et juste après, quand les légionnaires tentent de mater la révolte des esclaves :

Sonnez l’alerte !! C’est une guerre servile !

Échange entre le maître et l’esclave :

– Est-ce clair esclave ?

– C’est dur à admettre, maître.

Et ça continue vite après avec un Gosciny décidément très en forme : Les gaulois font repousser, le jour, les arbres que les esclaves déterrent la nuit. Le problème est que les esclaves ne seront libres qu’une fois le Domaine construit, ils viennent donc plaider leur cause auprès des gaulois. Qui voient un problème :

– En arrachant les arbres vous faites de la peine à Idéfix, aux sangliers

– Aux corneilles

– Oui, c’est un problème cornélien, entre autres.

Les lauriers de César

Entendu au marché des esclaves pour vanter la marchandise

Suivez mes Thraces, Suivez mes Thraces

Une un peu tirée par les cheveux. Chez un romain dont le fils tient une belle cuite. Le père l’appelle pour venir manger. Dialogue

– Je serais mieux allongé sur ma cubile, mais …

– Le fait d’avoir décubilé ne te donne pas le droit d’être mal élevé.

Astérix en Corse

Alors que tous les clans corses se rassemblent pour l’attaque d’Aleria, et en se souvenant que les cris de ralliement des chefs corses ressemblent à s’y méprendre à celui du cochon sauvage (au moins pour Obélix), cette tirade de Ocatarinetalabellatchixtchix :

Oui, c’est une grande armée. Ils sont tous là, mes grognards … Regardez là-bas, la colonne qui arrive en retard … Ah, Osterlix son chef a du mal à se lever tôt …

C’est qu’il est célèbre chez nous le sommeil d’Osterlix.

Et ce commentaire des papis qui regardent la bataille :

Ca se termine d’ailleurs. La garde se rend mais ne meurt pas.

Le cadeau de César

Pas le plus inspiré, mais quelques vannes quand même. Un légionnaire part à la retraite avec en cadeau un lopin de terre du côté de Nice :

J’ai un lot près de Nicae je vais y faire pousser des salades.

Cette réplique d’Astérix qui, pour une fois, se bat à l’épée avec un romain qui lui dit qu’il a un gros nez :

Ce n’est pas très drôle Romain ! Tu aurais pu dire c’est un Menhir ! Que dis-je, un menhir ? C’est un dolmain !

Après deux volumes ratés (à mon humble avis), la grande Traversée et Obélix et compagnie, Gosciny retrouve son humour dans son dernier Astérix :

Astérix chez les belges :

Échange entre nos amis et les belges :

– Ce n’est pas très accidenté chez vous !

– Oué, dans ce plat pays qui est le mien, nous n’avons que des oppidums pour uniques montagnes.

Quand deux chefs belges se disputent la langue de sanglier, une épouse commente

Il y a toujours un problème de langue entre ces deux castars là !

Au sénat, un sénateur tente d’attirer l’attention de César sur des cultivateurs près de Pise :

Les planteurs de Brassica de la région de Pisae sont dans une situation angoissante dur à la sécheresse persistante. Nous devons nous pencher sur Pisae.

Et quand le repas servi avant la bataille contre les légions de César est composé d’un simple Waterzzooie :

Waterzoobie ! Waterzoobie ! Waterzoobie ! Morne plat !

Voilà, et après malheureusement, plus de Gosciny.