Archives pour la catégorie SF-Fantastique-fantazy

Les couleurs de l’acier

J’avais besoin d’un peu de changement et de repos, c’est pourquoi j’ai écouté les conseils d’un lecteur sympathique (mais tous les lecteurs qui passent par ici sont sympathiques) et j’ai fait une pause fantasy avec le premier volume d’une trilogie, Les couleurs de l’acier de K. J. Parker.

Bardas Loredan songe à changer de métier. Il faut dire que le sien est fatigant et risqué, il est avocat. Car être avocat à Périmadei, la cité de tous les extrêmes et de toutes les richesses, la cité imprenable, consiste à plaider l’épée à la main. Le meilleur et ses clients gagnent, l’autre meurt, et ses clients perdent. Bardas est bon, très bon, mais avec l’âge il sent que son métier devient de plus en plus risqué.

Dans la plaine, non loin de là, un des clans de « barbares » semble décidé à mettre fin à la réputation d’invincibilité de Périmadei. Voilà qui pourrait ne pas arranger les affaires de Bardas qui voit son passé lui sauter à la figure.

Un vrai plaisir de lecture comme sait en offrir la bonne fantasy. Pas trop de magie qui résout tout, presque pas de magie du tout d’ailleurs, juste un pauvre Patriarche (une sorte de chef des non magiciens) qui essaie, en vain, d’expliquer à tout le monde qu’il n’y a pas de magie mais beaucoup d’étude et de philosophie ; des scènes style « cape et épée » très réussies pour les amateurs de Jean Marais et Erroll Flynn ; pas de surhomme mais des personnages avec ce qu’il faut de mystères et de faiblesses pour être intéressants ; et un style vif non sans humour qui fait que le livre se lit tout seul.

Ajoutez à ces ingrédients qui assurent déjà une lecture plaisir une réflexion sur le pouvoir, et une ville qui n’est pas sans rappeler, par certains aspects, Ankh-Morpork (on sent bien que l’auteur connait son Pratchett, mais le contraire serait grave pour un auteur de fantasy britannique), et un cynisme et une distance tempérés par une vraie humanité, et vous avez le début d’une série tout à fait recommandable.

Encore merci au très sympathique lecteur qui m’a aiguillé vers cette série, que je poursuivrai plus tard, sans doute cet été.

K. J. Parker / Les couleurs de l’acier, (Colours in the steel, 2009), Bragelonne (1998) traduit de l’anglais par Olivier Debernard.

Les derniers feux du soleil

Une petite pause avec un auteur qui m’enchante chaque fois que je lis un de ses romans, Les derniers feux du soleil de Guy Gavriel Kay.

Quelque part dans les royaumes du Nord. Les Erlings du Vinmark vivent dans un pays rude qui forge de rude guerriers. Dès que la saison le permet, ils organisent des raids sur les terres Cyngaëls ou de leurs voisins Anglcyns. Une époque qui pourrait être en train de changer tant le Roi Ældred des Anglcyns est en train d’organiser son pays et sa défense. Sans compter la nouvelle religion venue du Sud qui pourrait faire peu à peu disparaître tout un monde de féérie.

Thorkell le Rouge et son fils Bern, le prince cyngaël Alun ab Owyn, le Roi Ældred, ses filles et ses fils, sont à la fois spectateurs et acteurs de ces bouleversements en cours.

Même un ignare complet en histoire médiévale anglo-saxonne (moi par exemple) aura reconnu ici les Vikings, et ce qui deviendra les anglais et le gallois. Et on peut apprécier énormément ce roman sans en savoir plus. Je suppose que les spécialistes se régaleront encore davantage en reconnaissant tel ou tel roi, et tel ou tel épisode historique.

Sinon, comme toujours Guy Gavriel Kay est un grand conteur, qui prend son temps pour installer son décor et ses personnages, qui évite tout jugement sur un peuple ou une période, et qui s’y entend comme personne pour mêler juste ce qu’il faut de mystère et de fantasy pour relever la saveur de ses romans sans tomber dans le grand guignol.

La période de bouleversement qui voit ce qui tient lieu dans son monde de religion monothéiste venant mettre à mal les anciennes croyances est passionnante, le démarrage du roman est un peu dense, mais une fois familiarisé avec tous les personnages la multiplication des points de vues offre une grande richesse au récit et l’auteur sait jongler avec les différents récits pour faire monter la tension jusqu’à une fin que nul n’aurait pu prévoir.

Un immense plaisir de lecture, une fois de plus, pour un excellent roman que l’on referme avec l’impression d’être un peu moins bête qu’avant de l’avoir ouvert.

Guy Gavriel Kay / Les derniers feux du soleil, (The Last Light of the Sun, 2003), L’Atalante / La dentelle du cygne (2021) traduit de l’anglais (Canada) par Mikael Cabon.

Trois lucioles, capitale du sud-2

Il est bon de voir que certains tiennent leurs promesses. Lors d’une rencontre à Toulouse Guillaume Chamanadjian et Claire Duvivier avaient promis la suite de leur double trilogie La tour de garde au rythme de deux par an, un au printemps, un à l’automne. Promesse tenue pour l’instant, voici Trois lucioles, capitale du sud – 2 sous la plume de Guillaume.

Vous vous souvenez de Nox, protégé du duc de la Caouane dans la cité de Gemina. A la suite des événements racontés à la fin du premier volume (dont je ne dirai rien), il a pris ses distances avec ses anciens protecteurs et se consacre à l’épicerie dont il était le commis et dont il a aujourd’hui la charge. Bien malgré lui il va se trouver au centre d’intrigues qui veulent se débarrasser du Duc. Et en apprendre un peu plus sur la nature du Nihilo, cette ville qui se cache sous la ville.

Pendant ce temps, loin, la guerre sévit et les réfugiés se massent aux portes de Gemina.

 Les choses s’accélèrent et se corsent dans ce second volume. Un pur plaisir de lecture, mené par un excellent conteur qui vous accroche et ne vous lâche plus du début à la fin. Comme le dit la toute dernière page : « Une pièce d’argent pour un conte en or […] Il vous émerveillera car les contes et légendes vous émerveillent. Il en a toujours été ainsi et, dans la cité de Gemina, ils sont aussi réels que vous et moi. » et ici l’émerveillement continue à fonctionner.

Les personnages grandissent, deviennent plus durs et plus complexes, c’est un classique du roman d’apprentissage, ça fonctionne très bien ici. On continue à se régaler des odeurs et des goûts de la cuisine et des vins omniprésents à Gemina.

Et puis, mine de rien, ça raconte le manque de générosité d’une cité richissime qui laisse crever des réfugiés à ses portes, et ça met en scène un peuple qui finit par se réveiller, met la cité à feu et à sang et coupe la tête d’une noblesse arrogante qui croit que tout, biens et personnes, lui appartient.

Mais on peut aussi choisir de le lire comme un simple conte qui parle d’un pays imaginaire …

Guillaume Chamanadjian / Trois lucioles, capitale du sud – 2, Aux forges de vulcain (2022).

Proletkult

Un roman du collectif italien Wu Ming, c’est toujours inclassable et c’est toujours passionnant. Proletkult ne fait pas exception.

1927. A Moscou on se prépare à fêter dignement les dix ans de la révolution. Mais on s’écharpe aussi entre la ligne de Staline qui est en train de reprendre le parti et l’état en main et l’opposition qui trouve qu’il s’écarte des idéaux de la Révolution. Dans ce contexte Alexandre Bogdanov, auteur d’une trilogie de science fiction autour de Mars, la Planète Socialiste, écarté du pouvoir car opposé à Lénine, a délaissé la vie publique pour se consacrer à son institut médical. Son idée : grâce à des transfusions sanguines, permettre le rajeunissement des plus âgés, et transmettre une immunité aux plus jeunes. Et s’en servir comme d’un enrichissement collectif.

De nouvelles questions se posent quand une jeune femme, Denni, arrive à l’institut. Elle prétend venir de la lointaine planète Nacun, où la société sans classe a vu le jour. Plus étrange, Denni se dit fille de Léonid Volok, ancien compagnon de Bogdanov qui avait cru, suite à un traumatisme en 1915, avoir voyagé jusqu’à une planète lointaine. C’est son récit qui avait inspiré les romans sur Mars, et il a disparu depuis plus de dix ans. L’occasion pour Bogdanov de se replonger dans le passé, ce qui a été réussi, ou raté.

Pas de doute, on est bien dans un roman signé Wu Ming. C’est dense, intelligent, passionnant, extrêmement riche et ça repose sur un sacré socle de connaissances culturelles et historiques. Et c’est très politique. En même temps il y a une vraie histoire, avec de vrais personnages, ce qui fait qu’à condition d’avoir le cerveau bien réveillé, on apprend en s’amusant.

Je ne vous cacherai pas qu’il faut être un peu plus concentré et au calme que pour suivre les péripéties des romans que j’ai lus juste avant. Mais l’attention est vraiment récompensée par cette passionnante plongée dans les premières années de la révolution russe, les débats et luttes philosophiques, culturelles et politiques qui seront par la suite totalement étouffés.

Du côté de l’intrigue, elle est très intelligemment tournée et jusqu’à la fin le lecteur aura la possibilité de choisir … ou pas. SF ou folie ? Nacun ou fantasme ?

N’hésitez pas, vous avez là un roman plein d’imagination et d’informations qui va faire fonctionner vos neurones.

Wu Ming / Proletkult, (Proletkult, 2018), Métailié (2022) traduit de l’italien par Anne Echenoz.

Le livre écorné de ma vie

Une petite novella de l’excellent collection Une heure lumière avant d’attaquer les romans de la rentrée : Le livre écorné de ma vie de Lucius Shepard.

Thomas Cradle est un auteur de fantasy à succès. En parcourant Amazon pour voir où en sont les ventes de ses livres, il découvre par hasard un roman, « La forêt de thé », signé … Thomas Cradle. Curieux de l’œuvre de cet homonyme qui, heureusement pour son ego, est mal classé dans les ventes du site, il commande l’ouvrage. Il s’avère que l’auteur ressemble étrangement à une version de lui-même ayant suivi une autre voie, qu’il est né la même année, dans la même ville que lui, qu’il écrit comme lui dans sa jeunesse … et quand il cherche ses coordonnées sur Amazon, le livre a disparu du catalogue.

Pour essayer de comprendre ce qu’il se passe il décide de revivre ce que raconte le roman, la descente du Mékong par l’auteur entre Laos et Vietnam, jusqu’au delta et ses révélations.

J’ai vu de très bon échos sur cette novella ici et là, mais de mon côté je suis partagé. Toute la première partie, la découverte du double, les théories sur les univers parallèles, les réflexions sur le travail d’écrivain, et en particulier d’écrivain de fantasy, l’ironie grinçante et la méchanceté assumée avec laquelle le narrateur se décrit lui-même, et le début du voyage m’ont accroché, intéressé et fait tourner les pages.

Par contre le final fantastico-métaphysique ne m’a pas convaincu, essentiellement parce ce que je n’accroche pas à ce genre plus horrifique. Donc j’ai été déçu par une conclusion alors que toute la montée du mystère m’avait plu. C’est frustrant.

En résumé, j’ai passé un bon moment au début, je reconnais que c’est très bien fait, mais pour le final, on est loin de ma tasse de thé.

Lucius Shepard / Le livre écorné de ma vie, (Dog-eared paoerback of my life, 2009), Le Belial/Une heure lumière (2021) traduit de l’anglais (USA) par Jean-Daniel Brèque.

Les chiens et la charrue

Fin provisoire du cycle de Syffe de Patrick K. Dewdney en attendant qu’il publie la suite : Les chiens et la charrue.

Encore une fois, difficile de faire un résumé de ce troisième volume sans rien déflorer de ce qu’il se passe dans les deux premiers … Syffe se trouve en ce début de troisième volume dans un piètre état psychologique. Devenu une épave, il traine dans les bouges, et se fait mettre régulièrement dehors. Il est sauvé de la déchéance finale par l’Ecailleuse, une contrebandière du fleuve. Il fera un bout de chemin avec elle et son compagnon avant de devoir faire valoir au seigneur de Corjoue la dette que ce dernier avait contractée envers lui.

Avec un tel appui, la situation de Syffe va considérablement s’améliorer, même si servir un seigneur, aussi aimable soit-il en apparence, ne le satisfait guère. Il se fera des amis, retrouvera une très vieille connaissance, renouera avec d’anciennes terreurs et mènera ses compagnons à la guerre.

Pour ceux qui auraient trouvé que les deux premiers étaient trop contemplatifs mais auraient quand même poursuivi, il se passe plus de choses dans ce troisième volume, de l’action, des batailles, des intrigues, des mystères et des retrouvailles. Cela se termine même sur un superbe cliffhanger. Et damned il va falloir attendre la suite !

L’histoire continue, au bout de plus de 2000 pages, à tenir le lecteur en haleine, et comme c’est toujours passionnant, intelligent, subtil et réfléchi j’attends la suite avec une véritable impatience.

Patrick K. Dewdney / Les chiens et la charrue, Au Diable Vauvert (2021).

La peste et la vigne

Comme prévu, j’ai poursuivi le cycle de Syffe de Patrick K. Dewdney avec le second tome, La peste et la vigne.

Sans trop révéler de secrets, disons qu’à la fin du premier tome le pauvre Syffe était dans une situation peu réjouissante. C’est donc là qu’on le retrouve au début du second tome, esclave dans des mines. Son évasion, son errance dans la montagne, son passage chez un peuple caché puis son engagement comme mercenaire pour finir par quelques révélations sur ses rêves et sa nature profonde, voilà qui va constituer ce second tome.

Difficile de résumer 700 pages d’un roman initiatique qui se poursuit. Ici, peut-être plus que dans le premier, il faut dire que les lecteurs qui attendent de l’action et des rebondissements toutes les pages risquent d’être déçus. Peu de grands événements dans la première moitié du roman, mais si vous avez adhéré au premier volume et que vous êtes, comme moi, devenu accro à Syffe, cela ne vous dérangera pas de le suivre dans sa découverte de nouveaux horizons.

C’est toujours complexe, intelligent, porté par une belle écriture et le lecteur aura beaucoup de plaisir à suivre Syffe, le voir grandir et se sortir de situations toujours plus complexes. Toute la deuxième partie est plus mouvementée et portée par un mystère sur les rêves du personnage. Certains points seront éclaircis, beaucoup restent dans l’ombre, donc on attend la suite avec impatience. Ca tombe bien le troisième volume est aussi publié. A bientôt pour de nouvelles aventures.

Patrick K. Dewdney / La peste et la vigne, Folio/SF (2021).

La fabrique des lendemains

Fin du break SF avec un superbe recueil de nouvelles : La fabrique des lendemains de Rich Larson.

Petite introduction : s’il n’y a pas de titre en VO, ni de date de parution, c’est que ce recueil est le fait des excellentes éditions du Belial. Un beau travail d’édition qui a consisté à aller lire les quelques 200 nouvelles écrites par ce jeune auteur, né au Niger, ayant vécu un peu partout, pour sélectionner et faire traduire les 28 qui composent ce recueil.

Je ne vais pas vous faire un résumé nouvelle par nouvelle, je suis trop fainéant. Sachez que le recueil fait preuve d’une belle cohérence et qu’à part une nouvelle que je n’ai pas apprécié (ce qui ne veut pas dire qu’elle n’est pas bonne), je me suis régalé d’un bout à l’autre.

Bon nombre d’entre elles se déroulent dans un monde futur commun. La majorité nous parlent d’une humanité augmentée, soit biologiquement pour une nouvelle, plus généralement de façon électronique et informatique, à base de port et de vies virtuelles.

Dans tous les cas le monde décrit fait bien peu envie, et, malheureusement, semble un (in)digne prolongement du nôtre : les plus pauvres y sont obligés de vendre ou louer leur temps ou leurs corps pour le plaisir des plus riches, ou pour effectuer des travaux que personne d’autre ne veut faire. A leurs risques et périls bien entendu.

Toutes sont extrêmement bien construites, avec un sens consommé de la chute.

Le format court n’empêche absolument pas l’émotion, et à ce titre, la première nouvelle Indolore, et la dernière Faire du manège sont bouleversantes. L’auteur explore toute sortes d’altérité, de l’IA à une chimpanzé, met en scène une multitude de formes d’injustices plus révoltantes et malheureusement plus plausibles les unes que les autres, le tout avec une écriture d’une inventivité et d’une liberté totales, tout en étant toujours parfaitement compréhensible (à ce propos, il faut tirer son chapeau au traducteur).

Sans oublier deux nouvelles assez drôles, qui tranchent avec les thématiques du recueil, l’une en forme d’hommage souriant aux men in black, l’autre se déroulant sur la lune qui vous prendra complètement à contrepied dans la dernière phrase.

Bref, à moins d’être totalement allergique à la SF et aux nouvelles, un recueil à lire absolument.

Rich Larson / La fabrique des lendemains, Le Belial (2020) traduit de l’anglais (Canada) par Pierre-Paul Durastanti.

L’enfant de poussière

Je me souviens d’avoir lu un polar de Patrick K. Dewdney, et de ne pas avoir été convaincu. J’ai cependant écouté les avis de libraires et de lecteurs qui me disaient que sa série de fantazy était très bonne, et j’ai lu L’enfant de poussière. Ils avaient raison, c’est très très bon.

Syffe vit avec trois amis de son âge (huit ans), dans une ferme près de la ville frontière de Corne-Brune. Une veuve qui s’occupe d’eux (s’occuper est un bien grand mot) en échange d’un peu d’argent. Syffe, Merle, Cardou et Brindille dont ils sont tous un peu amoureux vivent libres comme l’air, entre la ferme, les rues de la ville et le campement des clans de « barbares » qui viennent là l’été échanger les peaux qu’ils ont tuées pendant l’hiver dans les forêts qui s’étendent au-delà de Corne-Brune.

La mort d’un roi, loin de là, ne devrait pas trop changer leur quotidien. Et pourtant, peu à peu, les événements vont se précipiter et Syffe se retrouvera pris dans un tourbillon étourdissant, vivra des aventures inattendues et voyagera bien loin de Corne-Brune.

Du classique dans la forme, on est dans le roman d’apprentissage. Mais classique ne veut pas inintéressant, loin, très loin de là. Quand vous ouvrez L’enfant de poussière, vous plongez, sans le savoir dans une saga qui risque de prendre pas mal de votre temps. Déjà trois volumes, le premier de 700 pages. Et si vous recherchez une fantazy ou tout n’est pas blanc ou noir, ou les nuances sont possibles, où il n’y a pas des batailles et des mages qui lancent du feu à toutes les pages, n’hésitez pas une seconde, plongez.

C’est intelligent, fin, l’auteur prend le temps, n’hésite pas à mettre en scène des personnages complexes, avec leurs côtés sombres et lumineux, traite du libre arbitre, de la religion, du racisme … entre autres. Et le tout « simplement » en racontant une histoire, en la racontant merveilleusement bien. J’ai retrouvé le bonheur du « il était une fois », et je me suis retrouvé dans cette situation où il vous tarde, tout le temps, de trouver un moment libre pour retrouver les personnages.

Vais-je acheter les deux volumes suivants ? Of course. Les vacances vont être bien occupées avec Syffe.

Patrick K. Dewdney / L’enfant de poussière, Folio/SF (2021).

Un homme d’ombre

Un roman hybride, comme je les aime souvent, mais là j’avoue que je suis seulement à moitié convaincu. Il s’agit de : Un homme d’ombre de l’anglais Jeff Noon.

Soliade, une ville où règne le jour perpétuel, alimenté par des ampoules, lampes, miroirs … La ville qui ne s’arrête jamais de travailler ni de se divertir. Pas loin, son pendant, Nocturna, la ville de la nuit et du repos, où on se dirige à la très faible lumière de constellations artificielles. Entre les deux, le no man’s land, Crépuscule, lieu de brouillard et de monstres.

John Nyquist est privé. Il est contacté par le richissime Patrick Bale pour retrouver sa fille, Eleanor, adolescente, qui a disparu depuis quelques jours. Rien de compliqué en apparence, la routine pour tout privé qui se respecte. Sauf si le temps s’en mêle et les emmêle. Car le temps des horloges est un marché dans deux villes qui ne sont pas régies par les jours et les nuits solaires.

En même temps, Vif-Argent, un tueur en série, sème la panique et les victimes sans jamais se faire voir.

Je vais donc commencer par ce qui m’a tenu, en partie, en dehors du roman. Il tourne beaucoup autour de paradoxes temporels. Dans ces villes sans succession jour/nuit, le temps et la chronologie sont des denrées. Les gens vivent plusieurs temps (temps de travail, temps de loisir, temps amoureux …), s’emmêlent les pinceaux, passent leur … temps à changer l’heure de leur montre, quand ils n’en ont pas une dizaine, chacune à une heure différente. L’idée est originale et assez géniale, mais je trouve que l’auteur s’y est un peu perdu, oubliant de simplifier pour clarifier. Ce qui est certain c’est qu’il m’a parfois perdu à moi, ce qui m’a fait sortir du roman. Mais comme c’est intéressant, s’y suis toujours revenu.

Car les idées et la construction sont assez géniales. Prenez une histoire de privé archi-classique, un privé solitaire chargé de retrouver une adolescente d’une famille très riche, ajoutez une mère dépressive et un père capitaine d’industrie, vous vous retrouvez chez Ross McDonald. Mais au lieu de la Californie classique, vous prenez une époque qui ressemble d’ailleurs à celle des aventures de Lew Archer, mais vous plongez le tout dans ce lieu étrange au temps chamboulé.

Très original, ou comment renouveler totalement un genre. Et même si le lecteur de polars qui connait ses classiques aura deviné un certain nombre de retournements de situation, l’ensemble reste stupéfiant. Mais à mon goût trop touffu, et donc comme ce pauvre John qui se perd dans les différentes chronologies, je me suis aussi perdu par moment, mais j’ai fini par aller au bout. Suffisamment intrigué et intéressé cependant pour attendre la suite, puisqu’il semble qu’il s’agisse d’une trilogie.

Jeff Noon / Un homme d’ombre, (A man of shadows, 2017), La Volte (2021) traduit de l’anglais par Marie Surgers.