Archives du mot-clé Flics

Le disparu de Larvik

Eux aussi deviennent des habitués, William Listing, le flic et sa fille Line, journaliste, du norvégien Jørn Lier Horst. Ils reviennent dans Le disparu de Larvik.

HorstL’été est arrivé à Larvik. Côté commissariat, cela fait 6 mois que l’enquête sur la disparition de Jens Hummel, chauffeur de taxi piétine. Côté famille, Line Listing a quitté son boulot de journaliste pour venir s’installer près de son père, en attendant d’accoucher de sa petite fille.

Elle croise par hasard une ancienne copine d’école qui revient elle aussi dans sa ville d’origine, suite à la mort de son grand-père, Frank Mandt, ancien trafiquant d’alcool puis de drogue jamais arrêté. L’ouverture d’un coffre dans le sous-sol de sa maison va contribuer à ébranler la routine de la petite ville.

Jørn Lier Horst c’est pas rock and roll, c’est pas latin, on est dans le solide et le confort la qualité scandinave. Alors si vous recherchez les chocs de lecture, l’originalité totale, le bruit et la fureur, vous pouvez éviter. Par contre si comme moi, de temps en temps, vous aimez vous plonger dans une bonne histoire, racontée en prenant son temps, avec une belle attention accordée aux personnages et une intrigue qui colle au quotidien d’un flic de petite ville, vous pouvez y aller sans hésitation.

L’auteur continue son histoire familiale, décrit une société norvégienne un peu endormie mais non exempte de truands, de trafics, de meurtre, de policiers plus ou moins borderline, comme partout ailleurs finalement, même si les enjeux ici semblent bien minces si l’on vient de lire … Don Winslow par exemple.

Ou comment les polars révèlent l’universel tout en mettant en lumière ce que chaque société a  d’original. Du bon travail d’artisan, solide et plaisant.

Jørn Lier Horst / Le disparu de Larvik, (Blindgang, 2015), Série Noire (2020) traduit du norvégien par Céline Romand-Monnier.

La faiblesse du maillon

Cela faisait 10 ans que l’on n’avait pas de nouvelles littéraires d’Eric Halphen. Revoilà le juge écrivain avec La faiblesse du maillon.

HalphenNous sommes en période de préparation d’élection présidentielle. Le boss, n’appartenant à aucun parti mène une campagne qui enthousiaste certains que les droites et gauche classiques ont déçu. Gustave est un des jeunes loups de la garde rapprochée du boss. Il espère bien que la victoire à venir lui ouvrira un avenir radieux. Sa compagne, Olivia, commissaire de police se trouve sur les traces d’un trafiquant qui échappe à la police française depuis quelque temps.

Alors que tout semble aller pour le mieux pour le couple, le petit grain de sable … Gustave commence à recevoir des SMS anonymes menaçant de révéler certains faits de son passé. Quelqu’un qui lui en veut ? Une façon de torpiller la campagne du boss ? Puis c’est au tour d’Olivia de déraper.

J’aurais aimé écrire qu’en 10 ans Eric Halphen n’avait pas perdu la main, mais malheureusement, je trouve que ça traine, ça traine cette faiblesse du maillon.

A son crédit, l’auteur connait très bien le milieu qu’il décrit, les procédures, les lenteurs, les lieux, les moments de joie, les moments de doute. Aussi bien côté justice que côté flic. Les moments qui mettent en scène le juge Jonas Barth que l’on retrouve avec plaisir sont les plus réussi du roman. Avec les moments de déambulation dans une ville de Paris que l’auteur aime et décrit fort bien.

Mais pour le reste, ça traine, et j’ai ramé.

Tout d’abord, contrairement à Eric Halphen qui, on se souvient, avait apporté son soutien à un candidat qui me fait penser au Sourire de de Transmetropolitan, je ne ressens aucune fascination (et c’est peu de le dire) pour notre Président, et tous les chapitres consacrés à sa campagne m’ont très vite ennuyé.

Mais ce n’est pas le plus grave, j’aurais pu les lire en diagonale. Malheureusement l’intrigue aussi se traine. Elle est alambiquée, fait preuve de complexité, promet beaucoup, fait monter un suspens et un mystère qui au final font pschitt, avec une résolution qui ne m’a pas du tout convaincu.

Et j’ai eu l’impression que l’auteur ne savait pas quelle thématique, et quels personnages creuser, comme s’il n’avait pas su choisir et parler de tout. Un peu de campagne électorale, un peu de rôle des réseaux sociaux, un peu de féminisme, un peu d’extrême droite, un peu de corruption, un peu d’Olivia, un peu de Jonas …

Mais rien à fond, ce qui crée de la frustration et m’a fait décrocher en cours de lecture. Le tout allié à une intrigue peu convaincante donne, pour moi, un retour raté.

Eric Halphen / La faiblesse du maillon, Rivages/Noir (2020).

Marseille 73

Ca y est, le nouveau Dominique Manotti prévu en avril est sorti, et c’est un Daquin : Marseille 73.

ManottiQuelques temps après Or noir, Théo Daquin, le parisien, est toujours en poste à l’Evêché (le haut lieu de la police) à Marseille où il est bien difficile de se faire une place quand on vient du nord. Et qu’on n’est ni corse, ni pied-noir. Et homosexuel en prime.

Fin août début septembre, alors que le racisme anti algériens est exacerbé par les dernières prises de positions du gouvernement Pompidou, à Marseille où vit une forte population pied-noir, et où de nombreux anciens de l’OAS sont entrés dans la police la situation est véritablement explosive. Les meurtres d’algériens se succèdent, les enquêtes de donnent rien, la police, la justice et la presse sont complices.

En confiant à l’équipe de Daquin une vague opération de renseignement sur une officine d’extrême droite, en liaison avec les collègues de Toulon, son supérieur qui veut s’en débarrasser croit le neutraliser. C’est pourtant ça qui va faire exploser l’affaire.

Difficile de faire un plus grand écart stylistique que de passer d’Alex Taylor à Dominique Manotti. Ici pas un adjectif, pas un adverbe de trop. Les phrases claquent, sèches, scandées. C’est sec précis, implacable.

J’étais enchanté de retrouver Théo et ses collègues de Marseille. L’intrigue est toujours aussi impeccablement menée, rien n’est laissé au hasard, avec aucune concession pour un potentiel happy end. Du pur Manotti, parfait dans le style.

Et quel tableau de cette ville au début des années 70. Racisme ambiant, forces d’extrême droite qui ne sa cachent absolument pas, début de révolte des populations immigrées exploitées, maltraitées et assassinées, une police et une justice à vomir, une presse dégueulasse, un pouvoir d’une hypocrisie totale. On rage, on vit comme si on y était la frustration, la haine, la bêtise, mais aussi la solidarité ou la joie d’une grève qui marche.

C’est immonde, c’est révoltant, c’est salutaire de le rappeler … Et on s’aperçoit que les pourritures d’aujourd’hui ne font jamais que répéter les discours des pourris d’hier, et que les saloperies actuelles prennent racines dans celles du siècle passé.

Bref, comme toujours Dominique Manotti passionnante, indispensable, incontournable. Mais cela ne devrait être une surprise pour personne ici.

Dominique Manotti / Marseille 73, Les arènes/Equinox (2020).

Or, encens et poussière

En très peu de temps, Valerio Varesi et le commissaire Soneri sont devenus des amis. Ils sont de retour dans une ville de Parme en plein brouillard dans Or, encens et poussière.

VaresiPurée de pois sur Parme et sa région. On n’aperçoit même pas le bout de sa voiture. Ce qui crée un carambolage monstre sur l’autoroute. Alors qu’il est en route pour l’accident, Soneri accompagné du jeune Juvara croisent des vaches et taureaux échappés de l’accident, et atterrissent dans un camp de gitans. Pour finir par être appelés sur les lieux d’un crime : on a découvert un cadavre complètement carbonisé.

Dans une enquête où, c’est le cas de le dire, ils avancent dans le brouillard, Soneri et Juvara vont avoir besoin de toute l’aide de la chance en attendant de tirer la bonne carte. Et de lever le voile sur l’hypocrisie de la bonne société de Parme.

Ca me manquait. Depuis quelque temps aucune nouvelle de Parme, de Naples, de Vigata ou du Val D’Aoste. Ca fait du bien de retrouver nos amis italiens.

Or, encens et poussière démarre sur une scène inoubliable d’errance dans une vraie purée de pois. Une scène onirique, poétique et très terre à terre en même temps, dans un paysage en accord avec l’humeur de Soneri. Puis on rencontrera, comme souvent chez Varesi, un personnage haut en couleur, un marquis philosophe dans la dèche. Je vous laisse le plaisir de la découverte.

Sinon, tout ce qu’on aime chez cet auteur est là. Une ville et sa région saisies dans toutes leurs composantes, géographique, climatique, sociale, des milieux les plus populaires à la haute bourgeoisie, des mécréants aux bigots. Valerio a autant de talent pour nous faire aimer Soneri que pour dépeindre une harpie abominablement bigote. Et il ne fait jamais d’angélisme.

Une fois de plus une histoire à la fois amère, désespérée et tendre, que des rayons de soleil viennent éclairer : le partage de fromage et charcuterie, un vin rouge capiteux, la vision d’une belle femme, un geste d’humanité … Tant de choses qui nous manquent tant en ces temps où nous sommes obligés de rester loin les uns des autres.

Merci monsieur Varesi.

Valerio Varesi / Or, encens et poussière, (Oro, incenso e polvere, 2018), Agullo (2020) traduit de l’italien par Florence Rigollet.

87° District de 41 à 45

J’approche dangereusement de la fin …

87-41Isola blues hiver 89. Soirée du nouvel an. Reagan est encore président, plus pour longtemps. En rentrant, un peu éméchés du réveillon, deux jeunes parents trouvent leur baby-sitter assassinée, et leur petite fille de 6 mois étouffée dans son berceau. Sale cas pour Meyer et Carella. Dans le même temps Kling sauve la vie de d’un truand portoricain en train de se faire tabasser par trois jamaïcains, et Eileen Burke n’arrive pas surmonter les violences qu’elle a subi en faisant son boulot. La routine du 87° District. Un modèle de construction et d’intrigue, les dialogues et l’humour au rendez-vous. On passe du temps avec Eileen Burke et on voit ses collègues, et en particulier Bert Kling à travers son regard. C’est toujours un plaisir.

Bienvenue en 1990 avec Vêpres Rouges. Un soir de printemps le curé d’une paroisse située en limite entre un quartier italien et un quartier noir est assassiné de multiples coups de couteau. Et bien qu’il ne soit plus croyant depuis bien longtemps, ce meurtre trouble Steve Carella. D’autant plus que son enquête va révéler de nombreuses tensions autour de l’église. Et des mensonges, les uns après les autres. Une variation autour du thème de Rashomon, avec la même histoire racontée de différentes façon, chacune avec ses mensonges, et un petit clin d’œil au lecteur, avec Steve qui se dit qu’il ne voit pas le temps passer, qu’il pourrait s’être passé aussi bien 15 ans que 40. Et oui, Steve qui ne vieillit pas, ses jumeaux ont 11 ans, et pourtant il est sur le pont depuis 56 … un très bon épisode, assez sombre.

87-44Les veuves, ce sont celles d’Arthur Shumacher, abattu de quatre balles, en même temps que son chien. Son épouse inconsolable, son ex, ravie, ses filles, mitigées … Et aussi une amante trouvée peu de temps avant tuée de multiples coups de couteaux. En plus d’être grandes, blondes aux yeux bleus, elles semblent vite toutes être également en danger. Une affaire pour Steve Carella et Arthur Brown. Pauvre Steve qui va devoir enquêter sur son beau-frère, entre autres drames en ce mois de juillet torride où la chaleur rend fou. De son côté Eileen commence une nouvelle carrière de négociatrice lors de prises d’otages, et sa relation avec Kling reste au point mort. Un modèle du genre. Des scènes de tension magnifiques, la peinture de relations raciales compliquées, où le racisme réel, et les réactions qu’il suscite sont attisés par des prédicateurs en mal de publicité. Des quartiers à l’abandon, de braves gens, des enfoirés … Tout en si peu de pages, avec un tel rythme. Un chef-d’œuvre, une de plus du maître d’Isola.

Kiss. C’est dans une ville sous la neige, blanche, froide, mais surtout dévastée par la drogue où des quartiers entiers sombrent dans la misère que Carella et Meyer enquêtent sur deux tentatives d’assassinat. La victime, une jeune femme belle et riche a reconnu son agresseur : l’ancien chauffeur de son mari. Quelques jours plus tard l’homme est retrouvé mort. Son agresseur facilement retrouvé. Et l’enquête des deux hommes sera vite et facilement bouclée mais … un volume pessimiste, malgré la beauté de la ville sous la neige. Le constat de l’impunité, de la frustration des policiers face à des avocats et des malfrats très organisés. Moins d’humour cette fois et une tonalité très sombre.

87-45Poissons d’avril voit le retour du Sourd. Steve Carella reçoit des lettres lui conseillant de lire un obscur roman de SF. Et le mois d’avril approche. Dans le même temps, des tagueurs se font abattre la nuit par quelqu’un qui ne semble pas apprécier leurs graffitis, et il semble y avoir une épidémie de personnes âgées atteintes de troubles de la mémoire abandonnées aux portes des hôpitaux. Alors que le printemps tarde à venir, les inspecteurs du 87° ne sont pas près d’être au chômage. Encore un épisode très sombre, presque sans humour, avec le constat désabusé d’un pays où les communautés se font la guerre, où la drogue fait des ravages, et où les plus faibles souffrent, encore et toujours. Décidément, ce début des années 90 est sinistre pour le 87°, et le talent d’Ed McBain pour dépeindre la société américaine et la ville de New York tout en entremêlant ses intrigues vraiment incomparable.

Ed McBain / 87° District volumes 41 à 45 :

(41) Isola Blues (Lullaby, 1989), traduit de l’anglais (USA) par Jacques Martichade.

(42) Vêpres rouges (Vespers, 1990), traduit de l’anglais (USA) par Jacques Martichade.

(43) Les veuves (Widows, 1991), traduit de l’anglais (USA) par Jacques Martichade.

(44) Kiss (Kiss, 1992), traduit de l’anglais (USA) par Jacques Martichade.

(45) Poissons d’avril (Mischief, 1993), traduit de l’anglais (USA) par Jacques Martichade.

Disque monde n°8

Un polar français neurasthénique, hop, un Terry Pratchett, En plus là, coup de bol c’est Au Guet ! soit le début de la saga du 87° District d’Ankh-Morpok. Peut-on faire mieux ? Non.

TP8Le guet municipal de nuit d’Ankh-Morpok n’est pas exactement un corps de police d’élite. Il se compose en tout et pour tout du Capitaine Vimaire, qui boit pour oublier tous les soirs, de Chicard, dont personne n’est absolument certain qu’il soit vraiment humain, et du Sergent Côlon qui est arrivé au faite de sa carrière. Le guet est juste sur le point d’accueillir son premier volontaire, un certain Carotte, aussi naïf et ingénu que bien intentionné et … baraqué. Et puis il a ce truc, incompréhensible, quand il vous demande de le suivre pour faire appliquer la loi, vous pourriez le suivre jusqu’au bout du monde. Et pourtant, Chicard a essayé de lui apprendre quelques trucs :

« Tout ce que tu as à faire, c’est te balader la nuit dans les rues et crier « Il est minuit, tout va bien – Et si tout ne va pas bien ? » je lui ai demandé. Alors il a dit « Tu te démerdes pour trouver une autre rue vite fait » »

Alors quand une sorte de société secrète arrive, par le plus grand des hasards à invoquer un dragon, si le Guet est l’ultime rempart, Ankh-Morpok et ses habitants sont mal partis. Quoi que …

Tout le génie de Terry Pratchett, dans la construction, dans son humour, dans ses descriptions qui font immédiatement naitre des images :

« D’épaisses volutes de fumée restaient suspendues en l’air, peut-être pour éviter de toucher les murs. »

Qui sait si bien saisir la nature humaine en quelques mots :

« Qu’on lui laisse les aigris dont les torrents de venin et de rancœur n’étaient retenus que par de fragiles barrages de nullité et de paranoïa miteuse. »

Ou quand, au détour d’une phrase, vous reconnaissez immédiatement quelqu’un que vous avez croisé, et que vous vous dites que c’est ça le talent :

«  Quand elle parlait, chaque mot faisait l’effet d’une bonne claque dans le dos et vibrait de cette assurance aristocratique que confère la bonne éducation. La seule sonorité des voyelles aurait découpé du teck. »

Tout est génial, j’ai éclaté de rire un nombre incalculable de fois, c’est à la fois sans concession sur notre veulerie, nos lâchetés, et plein de compréhension pour la pauvre nature humaine. Et on voit pour la première fois nos héros à venir, Vimaire, Carotte, Chicard, Côlon, Dame Ramkin, Vétérini … un des meilleurs dans une série exceptionnelle.

Terry Pratchett / Au Guet ! (Guards !Guards !, 1989), L’Atalante/La Dentelle du cygne (1997), traduit de l’anglais par Patrick Couton.

True Detective

Je suis toujours aussi lent pour regarder les séries. Plus de quatre mois que j’ai terminé Treme, c’est le temps qu’il m’a fallu pour voir les 8 épisodes de la première saison de True Detective de Nic Pizzolatto. Mais que ce fut bon !

1995 Marty Hart et Rust Cohle flics de Louisiane arrêtent deux psychopathes dans leur taudis au fin fond du bayou. 2012, alors que les deux ont quitté la police, ils sont interrogés par les flics. Il semble qu’un nouveau meurtre ait eu lieu, qui ressemble à celui de la première victime identifiée en 1995.

On ne sait pas pourquoi, Cohle avait disparu depuis 2002 et vient de réapparaitre en Louisiane. Marty a monté une agence de privé. Les deux hommes ne se sont pas parlés depuis 2002. Que c’est-il passé en 1995 ? Pourquoi cette brouille ? Où était passé Cohle ? Et que ce passe-t-il aujourd’hui ?

Vraiment excellent.

True Detective 01

A commencer par l’interprétation époustouflante des deux acteurs principaux, Matthew McConaughey et Woody Harrelson. Complexes, ambigus, parfois inquiétants, souvent émouvants. Impressionnants dans leur incarnations des deux époques à 17 ans d’intervalle. Ils sont monumentaux.

True Detective 02

La construction est magistrale, le suspense parfaitement entretenu.

Et surtout comme c’est poisseux, vénéneux. Paysages bien crades d’industries plus ou moins à l’arrêt, maisons délabrées, églises abandonnées. En adéquation parfaite avec la peinture d’une classe politique corrompue, d’églises évangéliques bien immondes, d’exploitation des plus pauvres laissés totalement à l’abandon. C’est du glauque bien glauque, mais sans voyeurisme, et sans mépris.

Cerise sur le gâteau, le générique et la musique sont magnifiques.

Du grand polar. Comme tout le monde me dit que la saison deux est moins bien. J’arrête là, et je m’attaque à The Wire. Vu mon rythme, prochain rendez-vous série d’ici deux ans ennviron.

87° District de 36 à 40

Un coup de mou ? hop quelques aventures de Carella et les autres et c’est reparti. Bienvenue dans les années 80 à Isola en compagnie des flics du 87° district.

87-36Nid de poulets (quel titre français pourri !) s’ouvre sur le meurtre de Sally Anderson, danseuse dans une revue, loin du 87°. A priori, rien qui concerne les flics de la bande de Carella. Sauf quand la balistique découvre que l’arme utilisée est la même que celle qui a servi à tuer Paco Lopez, un dealer du 87° qui ne manque à personne. Et c’est comme ça que Carella se retrouve en charge des deux enquêtes. Il va y entrainer Bert Kling en pleine déprime depuis qu’il a divorcée de sa mannequin d’épouse qu’il aime toujours et qu’il voit tous les jours sur les couvertures des magazines. Sans être un des meilleurs, un excellent volume qui permet d’explorer le monde des comédies musicales, et remet en scène le personnage d’Eileen Burke, flic qui joue les appâts pour attirer les violeurs et assassins de femmes. Un personnage qui prend de l’importance dans …

Lightning. Steve est appelé un petit matin parce qu’on a découvert le corps d’une jeune femme, pendu à un lampadaire. Quelques temps plus tard, une deuxième étudiante est découverte dans un autre quartier. Manque de chance pour les flics du 87°, c’est celui de l’affreux Ollie Weeks qui adore travailler avec Carella (mais la réciproque n’est pas vraie). Pendant ce temps, Eileen, qui est plus ou moins en couple avec Kling joue l’appât pour piéger un homme qui a déjà violé plusieurs femmes, et surtout les a violées plusieurs fois. Très bon volume centré sur les violences faites aux femmes. Par des meurtriers et violeurs qui ont chacun leurs raisons, mais aussi par les associations très catholiques qui veulent interdire l’avortement (voir l’évolution retracée mine de rien dans les romans depuis Adieu cousine de 1975). Un volume à la fois très drôle (comme chaque fois qu’intervient le gros Ollie) et très émouvant. Et qui annonce le suivant avec le retour du Sourd.

87-38Huit chevaux noirs voit donc le retour du Sourd. Fin octobre, alors que l’été semble vouloir faire son retour, les flics du 87° reçoivent une enveloppe anonyme avec dessus huit photos de chevaux noirs. Viendront des matraques, des casquettes de flic … Tout cela ressemble fort à leur pire cauchemar, le retour du Sourd. Mais ils ont d’autres chats à fouetter, avec la découverte du cadavre d’une jeune femme, déposée nue dans le parc à proximité du commissariat. Rien ne bouge, Noël et les fêtes approchent, l’hiver est arrivé, et Carella, Brown et les autres tournent toujours en bourrique sans savoir ce que leur réserve leur pire ennemi. Comme toujours quand ce personnage est présent un chef-d’œuvre d’ingéniosité et de suspense. Ed McBain se permet même le luxe de rappeler la définition du suspense par maître Hitchcock ! Et quel sens du dialogue, quel humour, avec une mention spéciale pour la description de la mauvaise humeur de certains inspecteurs à l’approche de Noël et de sa joie obligatoire. Un vrai délice, du pur génie sans avoir l’air d’y toucher.

Poison. Alors que le printemps tarde à venir Steve Carella et Hal Willis pataugent littéralement dans la merde. Auprès d’un homme qui s’est vidé en mourant. Il s’avèrera qu’il a été empoisonné avec de la nicotine. Rapidement l’enquête tourne autour de la très belle et très mystérieuse Marilyn Hollis. La victime était un de ses amis intimes. Quand un second est égorgé, le mystère s’épaissit, et le petit Willis tombe amoureux … un volume émouvant, qui rend hommage au printemps à New York, et brosse le portrait d’une femme étonnante et inoubliable.

87-40Quatre petits monstres (Tricks en anglais), se déroule en une nuit, la nuit d’Halloween. Quatre gamins dévalisent les marchands d’alcool, et descendent les propriétaires sans somation. Un magicien disparaît après une représentation dans un lycée. Un cadavre est découvert, coupé en morceaux. Eileen va se déguiser en pute pour piéger un tueur de prostituées. Autant dire que nos amis du 87° ne vont pas passer une nuit paisible. Un petit détail amusant, au détour d’une phrase Ed McBain signale que la tradition d’Halloween est en train de démarrer à Londres et prédit que dans quelques années même les petits anglais se promèneraient dans les rues déguisés en criant « treat o trick » il n’avais pas prévu que la mode se répandrait dans toute l’Europe … Sinon, un modèle de construction et de suspense. Ajoutez-y l’humour de l’auteur, et quelques mises en scène macabre et vous aurez un parfait épisode de pur plaisir.

Ed McBain / 87° District volumes 36 à 40 :

(36) Nid de poulets (Ice, 1983), traduit de l’anglais (USA) par M. Charvet.

(37) Lightning (Lightning, 1984), traduit de l’anglais (USA) par Jacques Martichade.

(38) Huit chevaux noirs (Eight black horses, 1985), traduit de l’anglais (USA) par Jacques Martichade.

(39) Poison (Poison, 1987), traduit de l’anglais (USA) par Philippe Sabathé.

(40) Quatre petits monstres (Tricks, 1987), traduit de l’anglais (USA) par Philippe Sabathé et Jacques Martichade.

La neige sous la neige

Tiens un polar estonien, bonne idée, on va voir ce que ça vaut : La neige sous la neige d’Arno Saar. En fait, même s’il y a une arnaque, c’est correct.

SaarTallinn. En promenant son chien, un retraité découvre, en bordure de la ville, le cadavre d’une très jeune femme recouvert de neige. C’est au commissaire Kurismaa que va revenir cette enquête qui semble partir sur de mauvaises bases : depuis que le cadavre a été déposé là, la neige à recouvert toute trace éventuelle.

Sauf que Kurismaa, ancien champion de ski de fond, sait tout de la neige, il sait en particulier que pour qui sait la lire, elle garde des indices, et révèle des secrets.

Commençons par l’arnaque. Arno Saar est le pseudo sous lequel l’auteur italien Alessandro Perissinotto écrit la série du commissaire Kurismaa. Le problème n’est bien évidemment pas qu’un italien écrive des polars se déroulant en Estonie. Ni qu’il le fasse sous pseudo. Ce qui me gène c’est que l’éditeur français indique « traduit par » et non « traduit de l’italien par », et que nulle part n’apparaisse le titre original. Après faut pas être un génie, la première publication indiquée est chez Mondadori et c’est traduit par Patrick Vighetti. Un coup de google et hop le mystère est levé. Mais je trouve quand même le procédé limite.

Ceci dit qu’en est-il du polar ?

C’est du bon boulot d’artisan, divertissant, avec un cadre inédit, une bonne utilisation de la ville et de son climat. C’est honnête sans être génial. Le genre de livre qu’on lit avec plaisir, qu’on referme content, sans pour autant se jurer qu’on ne ratera aucun nouveau roman de la série. Bon boulot, pas dérangeant, pas enthousiasmant, il lui manque de la puissance ou une autre originalité que le lieu pour m’embarquer complètement, mais je peux le conseiller sans crainte. Tout public.

Arno Saar alias Alessandro Perissinotto / La neige sous la neige, (La neve sotto la neve, 2017), La fosse aux ours (2020) traduit de l’italien par Patrick Vighetti.

Fragile est la nuit

Un nouvel auteur napolitain, chouette. Il faut quand même avouer que Fragile est la nuit de Angelo Petrella n’est pas près de supplanter l’immense Maurizio de Giovanni.

PetrellaDenis Carbone est un bon flic. Mais ça ne lui sert plus à grand-chose. Un peu ripoux il a été attrapé la main dans le sac et muté dans le quartier chic de Naples, où rien ne se passe. Jusqu’à ce qu’une femme d’une quarantaine d’année soit retrouvée morte au pied de la tour de sa magnifique villa. La possibilité pour Carbone de faire, enfin, un vrai boulot de flic.

Mais outre qu’on l’oblige à collaborer avec celui qui l’a fait tomber, il semble que son enquête dérange des gens qui ne plaisantent pas, et sont prêts à tout pour la faire capoter. Ils ne savent pas que Carbone est têtu, et surtout qu’il n’a rien à perdre.

Comme je disais donc, Fragile est la nuit souffre de la comparaison avec les deux séries de Maurizio de Giovanni. C’est peut-être injuste de comparer, mais comme les deux auteurs situent leurs histoires à Naples, difficile de ne pas le faire.

De ce court roman on peut dire qu’il est rythmé, que le ton est vif et ne manque pas d’humour et que l’auteur y reprend avec adresse le cliché du flic très limite, tout le temps entre gueule de bois et cuite, en conflit ouvert avec sa hiérarchie. Donc on ne s’ennuie pas.

Mais ça manque de profondeur, dans la description des personnages, et surtout dans celle de la ville. Si les quartiers sont bien dépeints, ce qui manque beaucoup au fan de Ricciardi ou de son collègue contemporain Lojacono c’est le peuple de ces quartiers. Car c’est bien ce qui fait la force des romans de cet autre auteur de Naples, l’empathie et l’humanité avec laquelle il décrit les napolitains. Ici, mis à part les flics, ils sont bien absents du roman qui se concentre uniquement sur son intrigue.

Il reste une bonne série B, menée à un bon rythme. Ni plus ni moins.

Angelo Petrella / Fragile est la nuit, (Fragile è la notte, 2018), Philippe Rey/Noir (2020) traduit de l’italien par Nathalie Bauer.