Il faut lire John Connolly !

J’ai déjà écrit tout le bien que je pense de John Connolly. Et bien, à l’occasion de la sortie de son dernier roman Les murmures, je recommence. Et à force, je finirai bien par vous convaincre de le lire.

Le Maine, au nord-est des Etats-Unis. La frontière avec le Canada est une vraie passoire. Drogue, immigrés clandestins, armes … Tout passe et repasse. Depuis peu, de nombreux anciens soldats d’Irak se sont installés dans la région. Ils y ont apporté un nouveau trafic : celui des œuvres d’art anciennes volées au musée de Bagdad. Ils ne savent pas que, parmi ces trésors, se cache un objet très anciens, très précieux, très … dangereux. Et les suicides commencent. Chargé d’enquêter sur l’un de ces soldats, Charlie Parker, ex flic devenu privé va se trouver sur les traces d’un Mal aussi vieux que l’humanité. Un Mal qu’il n’est pas le seul à traquer.

Le hasard de mes lectures fait que pour la première fois je m’aperçois combien les univers de John Connolly et de James Lee Burke sont proches. Et nouveau hasard, dans cet opus, Charlie Parker, pour passer le temps, lit un roman de James Lee Burke. Je me suis même demandé comment je ne m’en étais pas rendu compte plus tôt.

Les deux ont un personnage récurrent hanté par ses démons, par ses morts, et par les morts de l’Histoire qui ne les laissent jamais en paix. Les deux doivent en permanence (ou presque) lutter contre leur propension à la violence. Les deux ont des amis … peu conventionnels (même si Louis et Angel sont un poil plus bizarres et imprésentables que Clete Purcel). Les deux affrontent souvent un mal métaphysique. Les deux auteurs aiment pimenter leurs romans d’une pointe de fantastique (plus prononcée chez Connolly). Enfin les deux auteurs excellent dans les descriptions poétiques de la nature, plus inquiétantes chez Connolly, plus lyriques chez Burke …

Ce qui n’empêche pas des différences, la plus importante à mes yeux étant que Connolly n’a pas, comme Burke, un attachement viscéral à une région.

Et puis, un dernier point, les deux sont deux sacrés auteurs ! Et ce nouvel épisode des aventures de Parker en est la preuve, avec tous les ingrédients habituels : une solide histoire, un suspense parfaitement maîtrisé, des personnages que l’on a plaisir à retrouver (comme ses amis Louis et Angel, ou Le Collectionneur, vieille connaissance …) des dialogues qui claquent (surtout quand Angel et Louis sont de la partie) et une pincée de fantastique pour épicer le tout sans pour autant tomber dans la facilité.

Et c’est une grande force de Connolly ce tour de main pour assaisonner au fantastique. Car si, indéniablement, des forces « hors normes » et des créatures pas franchement réalistes interviennent, l’auteur ne se permet aucune facilité de scénario, et aucun élément de résolution ou d’action n’est fantastique. Tout pourrait n’être qu’une vision de l’esprit des personnages, l’effet d’une folie passagère, un cauchemar très réaliste … Même si le lecteur SAIT que le machin là, existe pour de vrai … dans le roman. Juste un frisson de plus, une pincée lovecraftienne au pays des hardboiled. J’adore ça !

Cette fois l’histoire sert de toile de fond à une réflexion sur le traumatisme des guerres, les blessures visibles ou pas qu’elles génèrent, la façon dont les anciens soldats sont accueillis en rentrant chez eux. Des thèmes récurrents aux US, qui semblent montrer que les choses n’ont guère évolué depuis le siècle dernier.

Bref, un roman puissant, original et instructif, en un mot passionnant. De quoi, j’espère, vous donner envie de lire tous les John Connolly.

John Connolly / Les murmures (The whisperers, 2010), Presses de la Cité/Sang d’encre (2011), traduit de l’anglais (Irlande) par Jacques Martichade.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s