Un excellent Nesbo sans Harry Hole

On ne sait pas si Jo Nesbo en a définitivement terminé avec Harry Hole. On peut par contre dire qu’avec Le fils il écrit, pour la première fois, un roman sans Harry qui s’élève au niveau des meilleurs opus de la série.

NesboSonny Lofthus est un prisonnier modèle de la très moderne prison de Staten. Jusqu’à quinze ans, sa vie coulait de source, il admirait son père policier et se préparait à suivre ses traces. Jusqu’à ce soir où en rentrant avec sa mère ils le découvrent mort. Il s’était suicidé, vaincu par la honte d’avoir été un policier ripoux qui renseignait le grand patron de la pègre d’Oslo.

Après cela, drogue, dépendance, et Sonny acceptait d’endosser la responsabilité d’un meurtre qu’il n’avait pas commis, en échange d’une cellule tranquille et de sa dose de came. Tout aurait pu continuer comme ça si un détenu n’était pas venu lui dire que son père n’était pas un ripoux, et qu’il avait été abattu avec la complicité de la vraie taupe.

Sonny va s’évader, et faire payer très cher tous ceux qui l’ont trahis … Dehors, un autre flic le comprend, Simon Kefas, qui sait que le père de Sonny n’était pas corrompu, c’était son meilleur ami.

Je pourrais vous raconter des salades, vous dire que j’ai apprécié la description d’Oslo, l’univers des junkies paumés, le coup de projecteur sur la corruption d’une société où la pègre la bourgeoisie qui tient la ville sont main dans la main, avec la complicité de la police. Ce n’est d’ailleurs pas faux.

Mais la vérité, c’est que j’ai pris un pied fou à me faire embarquer par ce sacré raconteur d’histoires. Que les pages tournent toutes seules. Qu’on adore les personnages. Qu’on se fait balader comme si on n’avait jamais lu le moindre polar.

Et pourtant, quoi de plus classique et cliché que l’histoire du gars mis en prison injustement qui s’échappe pour se venger. Depuis Dumas on en a lu des tonnes des histoires comme ça. Et pourtant là, on ne marche pas, on court. Un vrai plaisir de lecture, plus c’est noir, plus c’est surprenant, plus on lit, accro, le sourire aux lèvres.

Le pied je vous dis.

Jo Nesbo / Le fils (Sønnen, 2014), Série Noire (2015), traduit du norvégien par Hélène Hervieu.

20 réflexions au sujet de « Un excellent Nesbo sans Harry Hole »

  1. Françoise

    Il est sur la pàl, il attend juste que j’ai fini « le Sourire d’Angelica ». J’ai bien besoin d’un petit Camilleri en ce moment (après le « Revival » de Stephen King, et les nouvelles déprimantes de ces derniers temps, il devrait être remboursé par la sécu, Camilleri).

    Répondre
  2. Françoise

    J’avoue que « Du sang sur la glace » m’a beaucoup déçue. NicoleG, quand tu vas découvrir « Police » ou « Fantôme » tu vas te régaler !

    Répondre
  3. Ingannmic

    Je n’ai pas encore osé car j’avais été très très déçue par Chasseurs de têtes, qui ne met pas non plus en scène ce satané Harry si cher à mon cœur… je vais peut-être me laisser tenter, finalement !

    Répondre
  4. Meyer Meyer

    J’ai été tellement déçu par les 2 Nesbo sans Yole que j’hésite pour celui-là. J ai lu la 4e de couverture et le thème ma semblé peu original voire terriblement éculé. Si je me souviens Jean-Marc tu avais été d’une coupable indulgence avec le sang sur la glace et chasseur de têtes, alors trouve un argument pour me convaincre de lire Le fils

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Ah non, pas avec Le chasseur de tête ! Le sang sur la glace, j’avais trouvé bien foutu, le chasseur de tête j’ai le souvenir d’avoir été déçu. Après, déçu par un Nesbo, ça peut rester au dessus du tout venant, mais on attend plus de lui. Là on est au niveau des HH … Des HH style Bonhomme de neige.

      Répondre
  5. gouin jean paul

    bah moi ça ne marche plus, bien sur c’est bien écrit, c’est plein de rebondissements mais ce thriller de Nesbo ne me donne plus le frisson ni l’envie, est ce que c’est de l’usure?, du dépit? d’une machine trop bien huilée qui pourra continuer à écrire des kilométres d’histoires(je fais le parallèle avec ce que vous avez écrit sur J L BURKE, et puis j’en ai un peu marre de ce héros tout puissant qui punit à tout va et qui se sauve avec sa chérie très loin …. est ce pour annoncer le Retour du Fils. Bref c’est une grosse déception .

    Répondre
  6. Meyer Meyer

    encore une fois j’ai été déçu par un Nesbo sans Harry Hole. L’intrigue est légère, on dirait presque du Luc Besson (pour moi ça n’est pas un compliment) . Mai c’est bien écrit et ça se lit bien et sans déplaisir. C’est même le « meilleur » Nesbo sans Harry que j’ai lu. Plutôt qu’un retour du fils évoqué plus haut, s’il e plaît Jo fais revenir Harry. >>Sinon après ce livre j’ai enchaîné avec le dernier roman de Dror Mishaini « Les doutes d’Avraham. Pourquoi j’en parle ? Parce que c’est un auteur à lire. Son héros Afraham Avraham est vraiment réussi. Un conseil lire la série dans l’ordre en commençant par « Une disparition inquiétante » puis en enchaînant par « La Violence en embuscade » et e poursuivant par celui-ci

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Comme quoi, des goûts et des couleurs … J’essaierai donc Dror Mishaini, j’avais fait l’impasse suite à des critiques a assez tièdes, surtout sur le premier, qualifié de pas mal sans plus … La question étant : vais-je trouver le temps de lire la série ?

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s