Vipères brésiliennes

Découvert il y a peu par les excellentes éditions Asphalte, le brésilien Edyr Augusto commence à devenir bien connu des lecteurs de polars. Il revient, toujours aussi noir, avec Nid de vipères.

augustoNous sommes dans l’état de Para, capitale Belém. Wlamir Turvel, petit trafiquant, ne supporte pas que la famille Pastri lui résiste. Pour récupérer la scierie familiale, il tabasse le père et viole la mère, sous les yeux de Fred et Isabela tétanisés. Des années plus tard, le père est devenu invalide, la famille survit difficilement et Fred est parti aux US.

Isabela, elle, a juré de se venger et a suivi l’ascension de Turvel, arrivé gouverneur de l’état. Devenue une superbe jeune femme, elle séduit le gouverneur qui n’a pas reconnu la gamine effarée à laquelle il n’avait absolument pas prêté attention des années plus tôt. Isabela ne se doute pas de la violence qu’elle va déclencher.

L’histoire est on ne peut plus classique. Elle a produit des romans et des films par milliers. Beaucoup d’abominables bourrineries (ou bourrinades, choisissez), mais aussi quelques chef-d’œuvre. Un méchant arrive, massacre (littéralement ou symboliquement) une famille de gentils, mais il y a un survivant qui va se venger.

Malgré tout, une fois de plus, ça marche.

Grace au talent de conteur d’Edyr Augusto. La construction totalement éclatée, passant d’un personnage à l’autre, d’un temps à l’autre, donne énormément de rythme au récit. L’écriture, très resserrée va à l’essentiel et nous raconte l’histoire en faisant vivre de très nombreux personnages jusqu’à la fin inévitable, et tout cela en moins de 150 pages. Pas une baisse de rythme, pas un moment de faiblesse.

Ca marche aussi parce qu’avec ce nouveau roman (ou au moins cette nouvelle traduction) Edyr Augusto complète le portrait d’une région du Brésil ravagée par la corruption, qui voit un trafiquant arriver au sommet du pouvoir et en profiter pour devenir intouchable. Une corruption de la société qui déteint sur la corruption des âmes, à moins que ce ne soit l’inverse.

Pour finir, son traitement de ce thème classique pose de nombreuses questions sur la fidélité, la lâcheté réelle ou supposée, la vengeance, la haine comme moteur de l’existence, le respect de soi … Il pose ces questions, et se garde bien de proposer une réponse, laissant chaque lecteur apporter la sienne.

Court, noir, efficace et violent … et excellent.

Edyr Augusto / Nid de vipères (Casa de caba, 2004), Asphalte (2015), traduit du portugais (Brésil) par Diniz Galhos.

11 réflexions au sujet de « Vipères brésiliennes »

  1. Françoise

    Lu celui-ci : sacrée claque ! Du coup, les deux autres ne vont pas tarder à suivre dès que la pàl cessera de ressembler à des tours jumelles…

    Répondre
  2. lamf

    oui justement, et celui là m’a déçu, j’en ai parlé avec l’auteur à lyon, bon après cela reste un roman de qualité, mais je suis pas rentré dedans, cela arrive parfois
    amitiés

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      C’est vrai que ça arrive : on sent bien que le bouquin est bon, on n’a rien de concret à lui reprocher, mais on n’arrive pas à rentrer.

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s