Suspense japonais.

Je continue à écluser les bouquins qui étaient restés sur la pile en cette fin d’année scolaire. Et je fais une incursion à l’est, très à l’est, avec Les assassins de la 5°B de la japonaise Kanae Minato.

MinatoFin d’année en 5°B. Mme Moriguchi, professeur principal fait ses adieux à la classe. Elle a décidé de démissionner. Un mois auparavant, sa fille de 4 ans a été retrouvée morte, noyée dans la piscine du collège. Une mort accidentelle en apparence. Lors de son discours d’adieu, Mme Moriguchi révèle qu’elle sait que ce sont deux élèves de la classe qui ont tué sa fille. Qu’elle ne les a pas dénoncés à la police. Mais que sa vengeance est déjà en marche.

A la rentrée suivante, la déléguée de classe, la mère d’un des assassins, les deux garçons auront tour à tour la parole, apportant chaque fois un nouvel éclairage au drame, jusqu’à la conclusion, machiavélique.

Sans quelques conseils, ici ou là, je ne serais sans doute pas allé vers ce polar psychologique, et j’aurais eu tort. Parce qu’il est passionnant.

La construction est impeccable, tordue à souhait, chaque nouvelle voix venant éclairer les faits d’une nouvelle lumière et apporter son lot de surprises. C’est qu’ici personne n’est celui qu’il parait être. On pense forcément à Rashomon de Kurosawa dans cette façon de raconter le même événement vu par les différents protagonistes. Et cela pourrait être lassant si ce n’était, effectivement, qu’un procédé.

Mais c’est bien mieux que ça, tant la narration est habilement menée, mais surtout, tant chaque personnage, au travers de son récit de ce fait divers, révèle des pans entiers de la société japonaise. Des pans fort mal connus ici (au moins fort mal connus de moi).

L’absence totale du père dans l’éducation : ici seule les mères ont un poids. Comme si le rôle qu’elles abandonnent dans la société du travail renforçait leur pouvoir à la maison, et surtout leur influence sur leurs enfants, et en particulier leurs fils.

L’écrasante pression du regard des autres et de la place dans la société des parents et des enfants.

L’impunité et le manque total de repère de toute une génération d’adolescents, pris dans une sorte de maelstrom entre le matraquage de l’école, l’espoir immense mis sur leurs épaules par les parents et toute la société, et une sorte de début de liberté qui en fait des êtres intouchables, des parents eux-mêmes, mais également des éducateurs.

Autre fait frappant (surtout pour un latin !) le manque de chaleur dans les relations. Une distance, une froideur telles qu’elles en paraissent inexistantes.

Bref, derrière un suspense parfaitement entretenu et un final qui va en surprendre plus d’un, le portrait tout en finesse de la société japonaise qui fait froid dans le dos au français hispanophone que je suis.

Kanae Minato / Les assassins de la 5°B (Kokuhaku, 2008), Seuil/Policiers (2015), traduit du japonais par Patrick Honnoré.

20 réflexions au sujet de « Suspense japonais. »

      1. Meyer Meyer

        Je l ai fini et je te remercie de m’avoir découvrir ce très bon livre. J ai découvert en 4e de couverture que c’était la même auteur que shokuzai dont j’ai vu les2 films qui en ont été tirés l’an passé. On retrouve un peu le même univers: dans shokuzai une mère dont la fille a été assassinée ne pardonne pas à 4 de ses camarades de ne pas pouvoir décrire précisément le visage de son meurtrier à la police et les ‘condamne » à la pénitence. Le livre doit être très bien.je pense que s’il existe en français je le lirai

  1. Françoise

    Dans l’ensemble avec Seuil policiers, on est rarement déçu depuis quelque temps, me semble-t-il (sauf avec le dernier Sam Millar qui m’a un peu laissée sur ma faim, si j’ose dire). Je les prends de façon quasi-systématique pour la médiathèque.

    Répondre
  2. Mary

    Il est le prochain sur la liste, il me fait de l’oeil depuis quelques temps, mais je pense qu’effectivement, il a besoin d’être conseillé.

    Répondre
  3. Françoise

    Extrêmement bien construit, un art consommé de ce type de narration à la Rashômon, un grand plaisir de lecture, même si subsiste ce malaise que me procurent souvent les personnages d’enfants ou d’ados chez les auteurs japonais (y compris dans les animés) car, même quand ils sont stupides, ils le sont à la manière des adultes, avec des expressions d’adultes, etc.
    Quoi qu’il en soit une auteure à suivre.

    Répondre
    1. actudunoir Auteur de l’article

      Moi ce sont toutes les relations entre les gens qui me mettent mal à l’aise tant elles sont distantes et paraissent artificielles. Question de culture et d’histoire je suppose.

      Répondre
  4. Françoise

    Certes, surtout les relations parents-enfants. Dans certains animés, les parents n’existent même pas, ou à peine et c’est censé être naturel… Tu me diras, là au moins les parents existent, du moins les mères et… brrrrrr !!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s