Un ranger à Montauban

J’aime bien le mélange des genres, je suis fan de John Connolly, alors je n’allais pas passer à côté d’un roman métis écrit par deux voisins, qui se déroule à deux pas de chez moi. C’est Wazházhe de Hervé Jubert et Benoit Séverac.

SeveracJubertBranle-bas de combat à Laprade, petit village proche de Montauban. Jack Marmont, Ranger de l’Oklahoma, colosse de plus de deux mètres, représentant du conseil des sages des indiens Osages, arrive pour prendre possession d’une petite clairière cédée à son peuple par le village en signe d’amitié entre les peuples occitans et Osages.  Etrange don … lié à la venue, deux siècles auparavant, d’un groupe d’indiens de ce peuple du côté de Montauban.

Les néo-ruraux sont aux anges, les chasseurs du coin furax qu’on refile de la terre à un étranger, à moitié bougnoule, au sens large du terme. Bref, le merdier pour le maire qui espère en finir rapidement.

Sauf que Jack Marmont déclare qu’il ne peut accepter le don en l’état, qu’il doit attendre en signe, et qu’il s’éternise. Sauf aussi qu’une gamine de 10 ans est enlevée, et que les antis y voient, forcément, la patte du bronzé. La situation devient donc tendue, pour le pauvre maire, mais également pour Claire Tourment, chef de la brigade de gendarmerie locale, chargée de l’enquête. Quand en plus un cadavre vieux de plus de 200 ans s’en mêle …

Je ne vais pas vous dire que c’est le polar de l’année. Mais j’ai passé un bon moment de lecture. Autant avertir le lecteur, il faut accepter un mélange de fantastique et de polar. Si on refuse, le temps d’un bouquin, d’imaginer qu’une entité morte depuis un bon moment peut continuer à emmerder les vivants, il vaut mieux passer son chemin.

Mais si ça ne vous dérange pas, allez-y. L’intrigue est bien menée, en évitant le piège qui consisterait à faire avancer la résolution de l’intrigue par des révélations venues d’ailleurs (risque dès qu’on accepte l’intrusion du fantastique). Les personnages sont attachants et bien campés, des plus sympas aux plus cons (et il y en a des deux sortes). Les auteurs évitent le manichéisme et acceptent la complexité. Et j’ai découvert avec beaucoup d’intérêt cette venue, il y a bien longtemps, de trois indiens Osages du côté de Montauban. Ont-ils bien fait de quitter Montauban ? Il vous faudra lire le roman pour le savoir.

Une dernière confidence, qui peut servir aux auteurs qui voudraient que je porte un regard indulgent sur leurs romans : Chaque fois qu’un roman met en scène un FBI (Fucking Big Indian) comme dit Craig Johnson je pense immédiatement à Vol au-dessus d’un nid de coucou et il m’est sympathique. Ça a encore marché ici.

will-sampson

Hervé Jubert et Benoit Séverac / Wazházhe, Le Passage (2018).

2 réflexions au sujet de « Un ranger à Montauban »

  1. Claude

    Salut Jean-Marc,
    Un auteur toulousain a raconté de manière romancée le long périple de ces indiens :
    Le voyage chez les Yeux-pâles : l’incroyable errance de six Indiens dans la France du XIXe siècle / Philippe Brassart
    M. Lafon, 2015

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s