L’institut

Cela faisait une éternité que je n’avais pas lu de roman du maître Stephen King. Je me suis rattrapé avec L’institut. Un vrai plaisir.

kingLuke Ellis est un gamin de 12 ans un peu particulier. Très particulier. Un petit génie qui vient d’être reçu dans deux universités pour suivre un double cursus, scientifique et littéraire. A 12 ans. Sa vie bascule quand un commando débarque une nuit, tue ses parents et l’enlève. Luke se réveille dans une prison, l’Institut, perdue dans le bois, en compagnie d’autres enfants.

D’autres enfants qui ont un point commun avec lui : ils ont un pouvoir, léger, presque ridicule, mais un pouvoir, soit de déplacer un objet (en général pas plus gros qu’un plat à pizza vide), soit de lire, vaguement dans les pensées de leurs voisins, les pensées superficielles.

Ici on les torture pour augmenter ces pouvoirs, puis s’en servir. Les tortionnaires ont juste oublié de prendre un compte un élément. En plus de pouvoir déplacer les petites cuillères, Luke est vraiment très intelligent …

C’est une tarte à la crème que de dire que Stephen King est un conteur hors pair, inégalable quand il met en scène des enfants et des adolescents, qui maîtrise parfaitement les changements de rythme pour amener une situation à son paroxysme. Pour ceux qui en douterait, il le prouve une fois de plus. Il se permet le luxe de mettre tranquillement son histoire en place, de poser les personnages (ce qui ne veut pas dire qu’il nous épargne les scènes rudes), pour accélérer brutalement quand l’action se précise, et mener le final tambour battant, passant d’un lieu à l’autre, d’un groupe à l’autre de façon de plus en plus rapide, obligeant le lecteur hypnotisé à ne plus lâcher le bouquin.

Comme tous les personnages sont superbes, du plus sympathique au plus pourri, que les méchants sont très réussis, que le rapport de force semble rendre toute survie des enfants impossible jusqu’à ce que … On est happé, sans s’en rendre compte, et on lit, comme un môme.

Sans concession (attention, tout ne finit pas bien), sans mièvrerie, avec beaucoup de tendresse et d’humanité, une fois de plus le maître va vous mener par le bout du nez pour notre plus grand plaisir. Adaptation à venir ?

Stephen King / L’institut, (The institute, 2019), Albin Michel (2020) traduit de l’anglais (USA) par Jean Esch.

44 réflexions au sujet de « L’institut »

      1. brindille33

        Oui oui j’ai vu un film que j’ai trouvé très beau, Dolores Claiborne, j’ai même été très émue à la fin du film. La ligne verte que j’ai vu deux fois, un chef d’œuvre.
        Carrie, le premier film qui m’a laissée totalement indifférente. Cujo, pareil 😂 Christine, j’ai adoré, un film qui m’a bien fait rire. C’est la raison pour laquelle j’aimerais lire les livres des films pour comparer.

      2. brindille33

        Misery, il y a longtemps, j’ai oublié. Shining j’ai dû éteindre la télé pour des raisons personnelles. (Voir sur mon blog : Les violences subies par maman). Alors que Carrie ça m’a rien fait. Nous avons eu pendant de nombreuses années été fâchées avec les petits et grands couteaux. A voir la tête de Jack Nicholson qui est effrayant et aujourd’hui sur l’affiche me fait rire. Le reste je ne peux pas voir. Le lire cela je pourrai sans soucis. 😀

      3. brindille33

        J’ai été voir le résumé du film via Internet. Cela me dit quelque chose, mais ???? Je devrais le revoir pour savoir si je l’ai déjà vu ou pas. 🙂 Dans le cas contraire, je le regarderai si il passe à la télé. 😉 Merci pour le tuyau.

      4. belette2911

        Lis ses livres c’est nettement mieux que les films ! Je n’ai aimé que « la ligne verte » et « misery » en films. Mais en roman, purée, Simetierre, Cujo, Carrie, Charlie, ÇA et j’en passe, c’est plus jouissif !

      5. actudunoir Auteur de l’article

        Stand by me, dedans il y a la chanson (que j’aime beaucoup) et c’est l’histoire d’une groupe de potes, 12-13 ans, qui un été partent le long de la voie de chemin de fer, dans le sud des US, parce qu’il parait qu’il y a un cadavre pas loin, et ils veulent le voir.
        C’est très humain, drôle par moment, souvent émouvant.

      6. belette2911

        ♫ When the night has come
        And the land is dark
        And the moon is the only light we see
        No, I won’t be afraid
        Oh, I won’t be afraid
        Just as long as you stand
        Stand by me ♪

        J’ai vu la casting du film, ben dis donc, il y a des acteurs connus !

      7. actudunoir Auteur de l’article

        C’est très très bien. Aussi bien que Misery, Quand Harry rencontre Sally, Princess Bride ou Spinal Top. Du Rob Reiner.

      8. brindille33

        Merci Belette. Je me doutais que les livres devaient certainement être meilleurs que les films. HS : A ce propos c’est comme l’exorciste livre que j’ai adoré. Le film quelle déception en tous points de vue. Celui-ci n’a été axé que sur une si infime pages du livre et complètement, pour moi, à côté du sujet. Que du sensationnalisme et rien d’autre.
        Merci 🙏 pour tes bons conseils. Autre HS : Je viens de terminer Persona dont Yvan a fait une chronique et je ne parviens pas depuis deux jours à commencer un autre. Je viens de lire la première nouvelle de Écouter le noir… C’est Wouaw, géant…. 👏👏😨

      9. belette2911

        Tu sais, j’ai lu « l’exorciste » mais je n’ai jamais vu le film, je ne connais que la scène « jésus me baise » ou je ne sais plus quoi, avec le crucifix… Et encore, parce qu’une copine l’avait vu et me racontait LA scène la plus trash. Mais ça m’a toujours permis de comprendre les gags qu’on utilisait en référence au film.

        Mes conseils sont gratuits, c’est tout ce que je peux offrir ! 😛 Et c’est de bon coeur.

        Il si foutrement bien le « Personna », alors ? Non pas que je ne fasse pas confiance au barbu Yvan, mais vu ma PAL, je n’osais pas l’ajouter et donc, je regardais ailleurs. Mais si tu t’y mets aussi, là, je ne vais pas résister ! Vade retro, tantatas ! (oui, j’ai changé la phrase) 😆

        Écouter le noir, la première nouvelle, elle m’a troué le cul ! Un coup de ❤

      10. brindille33

        Tu me fais rire avec Persona. Il y a dénonciation de la technologie. C’est l’arbre qui cache le forêt. Quoique à certains passages descriptifs de cette toile d’araignée, qui n’a pas déjà vu les implications des big datas planqués dans des endroits tenus secrets et où se trouvent chaque lettre, clic etc… recherche que nous faisons sur notre outil. Bref tout. C’est bien démontré, sauf que pour moi c’est pas le meilleur puisque déjà connu. C’est l’enquête, les soupçons, Les découvertes des meurtres dont le modus operandi est très innovateur tout en étant à devoir s’accrocher où nous pouvons. L’auteur fait fort et ne manque pas d’imagination dans ce domaine. Un autre arbre qui cache la forêt….et ainsi de suite. J’ai adoré plonger dans les souterrains de Paris, il s’est vraiment documenté et c’est très cinématographique. A déguster sans modération. Après je te laisse dans d’autres méandres de pensées personnelles à ce sujet. Geneviève sadique là. 😎😝Pour Écouter le noir, la première nouvelle est géante et qu’elle chute ! Typique pour une nouvelle 😀. Et le pire, je ne sais si tu peux comprendre, j’ai éclaté de rire en disant : « Trop fort », j’adore. Qui suis-je ? 😳🥶. 😆👏👏👏👏ça c’est pour la première nouvelle.

      11. belette2911

        Mince alors, pour mes articles de Nowel, je tape souvent sur Gogole « santa claus naked » ou « santa claus sexy »… Me voici fichée dans les obsédées sexuelles dangereuses !

        De toute façon, quand c’est gratuit, c’est que c’est toi le produit. Quand je pense que Trumpinette (niqué le système, il va pas comprendre) a fait un caca nerveux sur le smartphone au lotus qui espionnait, alors que lui, hein… Bref, on est toujours sali par plus sale que soi.

        Bon, le livre est vendu ! Yvan et Ge peuvent te nommer sous-traitante, quand eux n’y arrivent pas, toi oui ! 😆 Je suis influençable, faut me faire soigner… Même si ça ne marche pas avec le fait que « c’est le dernier disponible ».

        Oui, la première nouvelle, elle est terriblement magnifique, la fin est… oufti, on a mal, on souffre mais on adore !

        Trop fort j’adore, on dirait du David Jeanmotte ! Ou du Kiki quand il l’imite ! Je me suis presque pissée dessus le jour où il l’a imité sur la plateau du grand cactus !

      12. brindille33

        Le grand cactus trop drôle à pleurer de rire. Je ne le trouve plus depuis la France sur Googel 😂
        Tu as bien raison, pour le « quand c’est gratuit c’est toi le produit. » 😜.
        Bon dimanche Miss 😊

      13. belette2911

        Sinon, sur Auvio… Une partie va sur leur page FB et une autre sur you tube. Je me suis pissée dessus jeudi dernier avec Kody en De Gaule ! 😆

      14. belette2911

        Tu le trouveras sur ton PC… Internet. Faut s’inscrire, mettre son adresse mail et un mot de passe.

        Je suppose et j’espère qu’Auvio est accessible aux expats, sinon, c’est de la discrimination ! 👿

      15. belette2911

        Je lis pour le moment le Tome 1 des Cactus de De Warzée, une compilation de ses meilleurs chroniques, je me marre, je pouffe de rire, j’en peu plus.

      16. brindille33

        Haha !!!! J’ai été voir. Coquine, voilà un cadeau que je vais faire pour l’anniversaire de ma meilleure amie à Ellezelles 🤗🤗 c’est justement à la fin du mois.

      17. belette2911

        Je le lis un peu tous les jours en soignant le chat et j’adore !! (voix de Kiki imitant Janmotte)

        Il est caustique, il rentre dans le lard de tout le monde et ça fait du bien.

      18. belette2911

        Après les tunnels bruxellois, je suis avec les miss Belgique… Le chat ne relève plus la tête de sa gamelle lorsque je pouffe de rire.

        Tiens, gratuit :

  1. Ingannmic

    King est une valeur sûre (même s’il est vrai que sa très foisonnante bibliographie ne compte pas que des pépites), j’y reviens de temps en temps toujours avec plaisir aussi..

    Répondre
  2. Nico

    En plus des livres cités, je trouve que « 22/11/63 » est un véritable chef d’oeuvre qui vaut vraiment la lecture des quelques 1000 pages !

    Répondre
      1. Nico

        En fait, sans dévoiler trop l’histoire, JFK n’est qu’une toile de fond car le héros se retrouve en 1958, soit 5 ans avant l’assassinat et il va devoir vivre ses 5 années pour atteindre son objectif.
        Du coup, on voit surtout la vie d’un homme des années 2010 dans les années 50/60 avec ses bons côtés ( » le fameux c’était mieux avant ! ») et ses moins bons (« Euh, ben en fait peut être pas ! »).
        Il va nouer des relations très fortes mais qui risquent d’être éphémères puisqu’il a le projet de repartir au XXIème siècle.
        On va suivre aussi la vie de Lee Harvey Oswald pendant ces années.
        Ça donne un livre assez mélancolique et émouvant.

        Une série en a été tirée (avec James Franco) qui se concentrait quasi uniquement sur l’action et le suspense, et ne rendait pas forcément justice à l’ambiance du livre.

      2. brindille33

        Merci, merci. Je me suis sans doute mal exprimée et c’est un peu ce que j’avais compris. Merci pour l’ajout des informations bien utiles. Comme d’habitude ou de manière rarissime, les séries ou films sont en-dessous des livres. Logique. Pour la série, j’ai pas vu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s