Une course contre l’hiver et le chaos

Je continue à m’occuper de mon retard. Avec un roman russe d’anticipation, ou de politique fiction, ou post apocalyptique … Vongo Zero de Yana Vagner.

vagnerAu début, tout le monde a pensé que l’épidémie serait vite jugulée mais, d’un jour à l’autre, Moscou est bouclée hermétiquement, mise en quarantaine. Avant que tous les moyens de communication ne soient coupés, Anna et Sergueï ont le temps d’apprendre par CNN que l’épidémie est mondiale, et que toutes les grandes villes sont touchées.

C’est alors que le père de Sergueï débarque chez eux, pour les réveiller : Il faut partir, très vite, avant que le chaos ne s’installe. Où ? Dans une maison qu’ils possèdent, au milieu d’un lac, très au nord. Un petit groupe sans vraies affinités, et avec de vraies rancœurs, charge à mort quatre voitures et part, au début de l’hiver, sans savoir ce que la route lui réserve, sachant seulement que ce seront sans le moindre doute de très mauvaises surprises.

Difficile de dire ce qu’est ce roman. Ce n’est pas un polar, c’est une sorte de road-roman post apocalyptique s’il fallait trouver une classe. Une sorte de La route russe. Mais cela ne ressemble en rien au roman de McCarthy, si l’on excepte le point de départ.

Deux choses sont importantes ici : Au premier degré, l’intrigue, la double course contre la montre. Contre l’hiver et la neige qui vont rendre toute avancée impossible, et contre la maladie et la vague de désespérés qu’elle lance sur les routes. Une courses contre la montre qui est aussi une course d’obstacles, tant ils sont nombreux : manque de carburant, traversée de villes ravagées par la maladie, zones livrées au chaos et à la violence. Au premier degré, le roman se lit d’une traite.

Et à l’intérieur de cette course, l’auteur excelle dans la description des réactions à cette situation apocalyptique. Le retour à la barbarie, le chacun pour soi, le vernis de culture et de civilisation qui craque … mais qui parfois aussi résiste, revient, empêche d’aller jusqu’au geste de trop. Parfois, pas toujours. L’horreur des autres, et l’horreur de soi-même quand on voit à quelle vitesse on se déshumanise.

Et heureusement, quelques ilots d’humanité. Un excellent roman qui, si j’ai bien compris, a une suite, que je lirai donc bientôt.

Yana Vagner / Vongo Zero (Vongozero, 2011), Pocket (2016), traduit du russe par Raphaëlle Pache.

5 réflexions au sujet de « Une course contre l’hiver et le chaos »

  1. Guillaume La Tchèpe

    Bonjour et merci pour ces critiques intéressantes qui me permettent de faire le tri parmi les nombreuses parutions. Donc concernant Vongo Zero, même si l’atmosphère hivernale et apocalyptique si prête, j’ai trouvé qu’il y avait quand même pas mal de longueurs dans leur road trip. Et puis en tant que papa, j’ai été étonné du peu de lignes concernant le jeune enfant des voisins et d’Irina, on dirait qu’ils n’existent pas. Si je faisais faire à ma fille 10 jours de voiture en condition difficile, je doute qu’elle reste sage comme une image sur la banquette arrière. Bon hormis ça, c’était quand même pas mal, assez réaliste pour le reste.

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s